Nous suivre Industrie Pharma

« Ouvrir davantage nos sites industriels à des partenaires extérieurs »

À travers la création de la nouvelle structure CDMO, Pierre Fabre souhaite ouvrir plus largement ses sites de production à de nouveaux partenaires. L'objectif est triple : offrir des solutions de sous-traitance innovantes allant de la R&D à la distribution, maintenir l'outil industriel à la pointe de la technologie et stabiliser l'emploi sur les sites. Détails avec Christian Bailly, directeur de CDMO.

Industrie Pharma : Quelle est l'importance de la production dans le groupe Pierre Fabre ?

Christian Bailly : L'effectif de la production représente 25 % de l'effectif total du groupe Pierre Fabre qui s'élève à 10 000 personnes. Le groupe possède 4 unités de production d'actifs, 6 unités de production pharmaceutique et 3 unités de production de dermo-cosmétique, implantées en France et à l'étranger. Cet effectif est globalement stable car nous cherchons à rentabiliser chacun de ces outils de production.

 

Quelle est votre stratégie ?

C.B. : Une des façons de rentabiliser nos sites est de les ouvrir à la sous-traitance. Par exemple, notre site de Pau est dédié à la fabrication d'injectables stériles à forte valeur ajoutée. Il est spécialisé dans le remplissage aseptique de produits anti-cancéreux cytotoxiques et biotechnologiques comme des anticorps monoclonaux ou des vaccins, en flacons ou en seringues pré-remplies. Ses compétences en remplissage en atmosphère stérile et en lyophilisation à l'échelle industrielle sont reconnues mondialement et c'est l'un des axes d'excellence du groupe. Ce site sert à la production de nos médicaments anticancéreux Navelbine (vinorelbine) et Javlor (vinflunine), mais depuis sa création, nous l'avons ouvert à la sous-traitance. Aujourd'hui, il travaille à 80 % pour des partenaires extérieurs et à 20 % pour des produits Pierre Fabre. Cette stratégie est destinée à rentabiliser nos coûts de production, mais également à maintenir notre expertise grâce à des investissements qui nous permettent de rester à la pointe de la technologie.

 

En est-il de même pour tous les sites de production ?

C.B. : Il y a des sites qui sont davantage partagés entre la production interne et externe. C'est le cas du site d'Aignan, situé au coeur du vignoble de Saint-Mont (Gers). Il développe, fabrique et conditionne des sucres cuits, dans un environnement pharmaceutique, qui sont utilisés dans des pastilles pour les maux de gorge ou pour le sevrage tabagique, par exemple. Il travaille à 40 % pour des produits Pierre Fabre à travers la production des pastilles Drill et à 60 % pour des partenaires extérieurs. À l'inverse, il y a des sites comme Gaillac, spécialisé dans la production de principes actifs, et qui reste tourné à plus de 80 % vers l'interne, actuellement.

 

Avez-vous la volonté de faire évoluer vos sites vers plus de sous-traitance ?

C.B. : Oui, nous souhaitons ouvrir davantage les portes de nos usines à des clients extérieurs pour offrir notre savoir-faire. Fin 2014, nous avons créé une structure CDMO pour Contract Development and Manufacturing Organization, spécialement dédiée à la promotion de nos activités de sous-traitance. Il s'agit bien d'une structure CDMO et non CMO car nous avons la volonté d'accompagner des entreprises, notamment les biotechs, dans le développement de leurs produits. D'ailleurs, en plus de nos unités de production, nous mettons à leur disposition notre R&D, car nous souhaitons également capitaliser sur notre savoir-faire en innovation. Cette nouvelle structure, basée à Toulouse, emploie une dizaine de personnes. Elle est divisée en trois pôles : un pôle consacré aux produits stériles injectables, un pôle consacré aux formes sèches (sucres cuits et comprimés standard) et un pôle consacré aux principes actifs. Dans ce dernier domaine, nous avons une grande connaissance de l'extraction végétale à Gaillac et de l'extraction animale à Virrey Del Pino en Argentine. L'idée de cette structure est de permettre à nos partenaires d'avoir une porte d'entrée unique dans le groupe, que ce soit pour le principe actif ou le produit fini.

 

Pensez-vous que cette stratégie va avoir une conséquence positive sur l'emploi ?

C.B. : Pour être performant, un outil de production doit tourner à pleine capacité. C'est la signature de contrats avec des partenaires qui nous permet d'investir car il est assez rare d'investir en avance de phase au niveau industriel. Par exemple, à Gaillac, nous disposons d'une technologie particulière basée sur les fluides supercritiques pour la fabrication et la purification de produits complexes. Nous sommes en passe de signer un accord qui devrait nous amener à renforcer notre outil industriel pour atteindre l'échelle commerciale. Même si notre objectif premier est de maintenir nos compétences au plus haut niveau, cette stratégie de développement de la sous-traitance ne peut avoir que des conséquences positives sur l'emploi.

LES SITES DE PRODUCTION PHARMACEUTIQUE DE PIERRE FABRE

Production d'actifs Gaillac (81) : développement et production de principes actifs Bagnères-de-Bigorre (65) : plantation, récolte et transformation de plantes Virrey del Pino (Argentine) : extraction animale, végétale et hémisynthèse Palézieux (Suisse) : principe actif pharmaceutique d'origine animale Production pharmaceutique Aignan (32) : sucres cuits Cahors (46) : gélules et capsules en pilulier Château-Renard (45) : conditionnement de formes pâteuses, liquides, semi-solides et patchs Gien (45) : formes sèches, pâteuses et liquides Pau (64) : remplissage aseptique d'injectables Ussel (19) : centre de distribution

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

 Transformation digitale : "Le sujet de la digitalisation est en perpétuel mouvement"

Transformation digitale : "Le sujet de la digitalisation est en perpétuel mouvement"

Vice-président Sales and Operation EMEA Pharma du groupe Aptar, Yann Ghafourzadeh va présider le prochain colloque du cluster Polepharma consacré à l’industrie du futur. Dans cette interview, accordée[…]

Eau pharmaceutique : Une ressource sous haute surveillance

Eau pharmaceutique : Une ressource sous haute surveillance

Enquête Normandie : Une stratégie conquérante dans la pharmacie

Enquête Normandie : Une stratégie conquérante dans la pharmacie

Enquête Normandie

Enquête Normandie

Plus d'articles