Nous suivre Industrie Pharma

Orage sur le site AstraZeneca de Dunkerque

C'est un coup dur pour le site AstraZeneca de Dunkerque (Nord). Les salariés viennent d'être informés qu'une partie de la production d'ésoméprazole va être transférée à la mi-2009 à l'Indien Ranbaxy. Un accord a dû être signé en avril pour mettre fin aux menaces de copies du génériqueur indien. Or Dunkerque était le seul site de production mondial de cette molécule qui est aussi le principe actif de
l'Inexium/Nexium, premier produit du groupe avec un chiffre d'affaires de 5 milliards de dollars (3,2 Mrds e). À ce titre, Dunkerque pouvait se glorifier d'être l'un des sites stratégiques d'AstraZeneca. Outre cette molécule anti-acide, l'unité chimique produit également deux autres principes actifs: le budésonide indiqué dans le traitement de l'asthme et qui entre dans la formulation des inhalateurs Pulmicort et Symbicort et l'oméprazole, matière active du Mopral, version racémique de l'ésoméprazole. Que va-t-il advenir de toute cette production chimique? Le groupe assure que seul l'ésoméprazole à destination du marché américain, c'est-à-dire une partie minoritaire de la production, est concernée. Des chiffres de réductions d'effectifs circulent néanmoins parmi les délégués syndicaux qui annoncent 150 suppressions d'emplois en 2009 sur un total de 680 salariés. La direction dément cette information pour la simple et bonne raison que les conséquences de ce transfert de production sont encore en cours d'analyse. Cette annonce d'une possible réduction de la voilure à Dunkerque n'est qu'une demi-surprise dans la mesure où le groupe s'est clairement exprimé ces derniers mois sur sa volonté de se détourner de la production. C'est d'ailleurs une tendance lourde dans l'ensemble de l'industrie pharmaceutique. Hormis les produits majeurs ou les biomolécules innovantes, beaucoup de produits partent à la sous-traitance.
Néanmoins, si des réductions d'emplois sont à prévoir à Dunkerque dans la partie chimie, la direction assure que l'ensemble du site n'est pas menacé. Notamment la partie consacrée à la galénique, deuxième pilier de cet outil de production. Depuis 2001, AstraZeneca a consenti près de 100 ME pour la mise en place de nouvelles lignes de production de Symbicort en version aérosol. Ce produit a débuté sa carrière commerciale l'an dernier aux États-Unis. Et il sera progressivement déployé dans de nombreux pays, dont la France. La production d'aérosols est réputée délicate. Elle demande beaucoup de savoir-faire et de longues années de développement. Elle devrait protéger le site contre toute velléité de cession ou de relocalisation de la production. En France, l'industriel suédo-britannique a récemment cédé son site de Monts (Indre-et-Loire) au façonnier Récipharm. À Dunkerque, il n'en est pas à son premier transfert de produit. La production de Symbicort en aérosol s'est par exemple faite au détriment de la production de Pulmicort dans sa version Turbuhaler (inhalateur à poudre sèche), transférée en Suède. Pour protester contre ces évolutions, les salariés de Dunkerque ont entrepris lundi dernier un arrêt de travail, bloquant l'entrée de leur usine. Mais la grève s'appuie aussi sur des revendications salariales, dans cette période inflationniste qui pénalise tant les bas revenus. n Sylvie Latieule

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : MSD met la main sur OncoImmune pour 425 M$

Covid-19 : MSD met la main sur OncoImmune pour 425 M$

Le laboratoire américain s’empare ainsi du candidat-médicament en phase III contre le Covid-19 de la biotech. MSD (Merck & Co.) a annoncé l’acquisition de toutes les actions en circulation de la biotech[…]

Covid-19 : L'utilisation du remdesivir de Gilead remise en cause par l'OMS

Covid-19 : L'utilisation du remdesivir de Gilead remise en cause par l'OMS

Dans les pipelines : Roche, Sanofi, Vivet Therapeutics

Dans les pipelines : Roche, Sanofi, Vivet Therapeutics

Covid-19 : Delpharm va produire le vaccin de Pfizer et BioNTech

Covid-19 : Delpharm va produire le vaccin de Pfizer et BioNTech