Nous suivre Industrie Pharma

Oncologie : Xentech réduit le taux d'attrition

Sujets relatifs :

Ce spin-off de l'Institut Curie s'est spécialisé dans la recherche préclinique en oncologie, avec une collection d'une centaine de modèles animaux plus représentatifs des cancers humains.
Ce spin-off de l'Institut Curie s'est spécialisé dans la recherche préclinique en oncologie, avec une collection d'une centaine de modèles animaux plus représentatifs des cancers humains. On ne peut pas faire plus tendance: recherche translationnelle, médecine personnalisée, réduction du taux d'attrition, modèles prédictifs, etc. Tous les mots clés sont réunis pour rencontrer le succès. Le projet conduit par Jean-Gabriel Judde est très ambitieux dans sa définition: prédire avec des modèles animaux les chances de développement d'une molécule anti-cancéreuse au stade préclinique. « Une demi-heure après avoir prélevé un morceau de tumeur sur un patient, il est implanté sur une souris immunodéprimée », raconte Jean-Gabriel Judde, président et directeur scientifique de la start-up, installée sur le Génopole d'Evry. Une fois le modèle robuste, il fait l'objet d'analyses moléculaires très poussées. Objectifs: identifier des biomarqueurs de la tumeur, établir une sorte de typologie des tumeurs et les distinguer selon la façon dont elles sont susceptibles de répondre à un traitement ou pas. Voilà de quoi illustrer le concept de recherche translationnelle. Plus d'une centaine de modèles animaux La xénogreffe a l'avantage de préserver les caractéristiques biologiques de la tumeur, ce que les lignées cellulaires tumorales ne permettent pas. Xentech offre en prestation de services ces essais d'évaluation de traitements innovants ou déjà commercialisés, avec collecte des données sur des biomarqueurs originaux, pour le compte de laboratoires. La plupart du temps, l'équipe travaille sur des « leads qualifiés », juste avant les essais cliniques sur l'homme. « Parfois, nous travaillons sur des molécules déjà prescrites dont il s'agit d'élargir l'indication », souligne Jean-Gabriel Judde. Et pour des chimiothérapies conventionnelles, par exemple, cela permet d'éviter de soigner des malades qui n'y répondront pas. Les cliniciens auront à faire un choix thérapeutique selon le profil de la tumeur du patient. Une illustration de la fameuse médecine spécialisée. Xentech possède à ce jour une collection de plusieurs centaines de tumeurs humaines de diverses natures (colon, sein, pancréas). Les analyses moléculaires (génome, transcriptome, protéome etc), sont, quant à elles, sous-traitées auprès de sociétés, comme Partnerchip (Evry) ou Exonhit Therapeutics (Paris). Spin-off de l'Institut Curie, Xentech a été créé en avril 2006. « Cette plateforme avec ces modèles animaux a été développée depuis plus d'une dizaine d'années au sein du laboratoire d'investigation préclinique, dirigé par Marie-France Poupon », raconte Jean-Gabriel Judde. L'idée de créer une société à partir de la plateforme a germé très vite dans les esprits, notamment en raison de la composante de prestation de services qui sortait du cadre de recherche académique de l'Institut Curie. En parallèle de ces services, Xentech mène ses propres projets de recherche. Le premier porte sur la validation de leurs tests fondés sur des biomarqueurs tumoraux. Une activité qui se traduira par la commercialisation de tests de diagnostics de tumeurs et prédictifs de réponses aux traitements. « Nous sommes à l'étape de validation clinique de nos biomarqueurs. Nous travaillons sur des coupes anapathologiques de patients traités avec des agents anticancéreux. Nous parlons avec des hôpitaux pour avoir accès à ces échantillons. Après cette première étape de validation clinique rétrospective, nous passerons dans un an ou deux à une phase de validation prospective pour démontrer la puissance d'un test. Nous devrions commercialiser nos premiers tests dans les 4 à 5 prochaines années », précise Jean-Gabriel Judde. Le second grand axe de travail de Xentech est la recherche sur les cellules souches tumorales, « un domaine en explosion depuis un an ou deux ». Son principe est fondé sur l'hypothèse selon laquelle les tumeurs ont pour origine des cellules souches, celles qui donnent aussi naissance aux métastases. « Les xénogreffes sont une source de ces cellules souches. Souvent absentes ou dénaturées dans les lignées cellulaires », souligne-t-il. En deux ans, les activités de la start-up étaient financées par les prestations de services. « 80 % de notre chiffre d'affaires est généré par des industriels essentiellement à l'étranger », explique-t-il. Des sociétés de biotechnologies et des laboratoires académiques les sollicitent également. En l'espace de deux ans, Xentech se porte plutôt bien mais le chemin à parcourir reste long: nouer d'autres partenariats, accéder à d'autres tumeurs, pédiatriques notamment. L'effectif actuel de neuf personnes passera à quatorze d'ici à 2008, avec le recrutement d'un manager expérimenté dans le domaine des partenariats. La société est en train de finaliser un tour de table de 600000 euros pour financer ses deux prochaines années de R&D. Il devrait être bouclé en septembre 2008. Côté propriété intellectuelle, Xentech possède une licence sur ces modèles. « Dans deux ans, nous serons sur les traces d'un Genomic Health et peut-être même engagé dans un partenariat avec eux », espère-t-il. N.T. Votre titre ici
Finances 50000 euros de capital, en avril 2006par les membres fondateurs (Curie détient 5 %) 700000 euros janvier 2008 OSEO/ANVAR 1 million d'euros de CA 2007-2008 2 millions CA 2008-2009

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Nanosive planche sur le futur des crèmes solaires

Nanosive planche sur le futur des crèmes solaires

Grâce à une technologie d'encapsulation d'actifs dans des polymères bioadhésifs, la start-up Nanosive entend mettre au point des écrans solaires plus sûrs et écoresponsables, utilisant moins[…]

17/12/2018 | InnovationDermatologie
L'opération New Deal Biotech vise à attirer des porteurs de projets

L'opération New Deal Biotech vise à attirer des porteurs de projets

DNA Script automatise la production d'ADN par voie enzymatique

DNA Script automatise la production d'ADN par voie enzymatique

Des étiquettes moléculaires contre la falsification

Des étiquettes moléculaires contre la falsification

Plus d'articles