Nous suivre Industrie Pharma

Oncologie : Inhibiteurs de kinases: Serono renforce son pipeline avec des molécules de Rigel

Sujets relatifs :

,
La compagnie américaine Rigel vient d'accorder à Serono l'exclusivité des droits sur le développement et la commercialisation des produits issus de son programme de recherche sur les inhibiteurs des protéines kinases Aurora. Cette famille de kinases est impliquée dans la régulation du fuseau mitotique et de la cytocinèse (phase finale de la mitose). Leur surexpression peut aboutir à une transformation cellulaire retrouvée dans un certain nombre de cancers. L'inhibition des protéines kinases Aurora arrête la division cellulaire, programme l'apoptose et constitue, de fait, une nouvelle approche dans le traitement des cancers. Le programme d'inhibiteurs des protéines kinases Aurora de Rigel comprend la molécule R763, dont les essais cliniques devraient débuter en 2006. « Le R763 est un inhibiteur puissant de plusieurs protéines kinases Aurora, administrable par voie orale, qui permet de stopper la prolifération de cellules cancéreuses, dont celles du col de l'utérus, du côlon, du poumon, du pancréas et de la prostate », explique la compagnie. Selon les termes de l'accord, Rigel recevra un premier versement de 25 M$ (21 M€) et pourrait recevoir jusqu'à 160 M$ (133 M€) au total. La licence est valable pour le monde entier à l'exclusion du Japon. Rigel rajoute ainsi un partenariat à son arc. Créée en 1996 et installée au sud de San Francisco, la compagnie s'est spécialisée dans la découverte et le développement de molécules de petite taille dans les domaines du cancer mais aussi des maladies inflammatoires ou virales. Objectif: « amener chaque année un nouveau produit au stade du développement clinique dans une indication thérapeutique importante », la plupart du temps en nouant des partenariats. Ainsi, l'accord signé avec Serono est la cinquième collaboration de Rigel en oncologie. L'Américain a déjà conclu un accord avec Merck & Co. pour diverses cibles de la ligase ubiquitine (2004), avec Daiichi pour une cible spécifique de cette ligase (2002) et avec Johnson & Johnson pour l'inhibition des cycles cellulaires (1998). À l'heure actuelle, le projet le plus avancé (phase II) de Rigel est le composé R112, en développement dans le traitement de la rhinite allergique. Sa dernière collaboration en date est un accord de recherche avec Pfizer portant sur le développement de produits inhalés pour le traitement de l'asthme allergique et autres maladies respiratoires. Un ensemble de partenariats qui a rapporté à la compagnie 4,7 M$ (3,9 M€) en 2004 (11 M$ en 2003 et 15 M$ en 2002).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles