Nous suivre Industrie Pharma

Novartis injecte 100 M€ à Huningue

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

Le groupe suisse va étendre les capacités de son site de bioproduction d'Huningue, en Alsace. Au programme : une centaine d'embauches et une augmentation de 70 % des capacités de production à l'horizon 2019.

Le site de bioproduction d'Huningue (Haut-Rhin) de Novartis a de beaux jours devant lui. Le laboratoire suisse a récemment dévoilé un projet d'extension de taille. 100 millions d'euros investis sur quatre ans, une centaine d'emplois créés...Des chiffres qui laissent rêveur sur un territoire français assez frileux en termes d'investissements dans la production pharmaceutique et biopharmaceutique ces dernières années. « Le périmètre de ce projet concerne l'extension du bâtiment principal de production, la création d'une seconde ligne de purification et l'ajout de bioréacteurs de culture cellulaire », a détaillé Philippe Barrois, le directeur général de Novartis Pharma, la filiale française du groupe suisse. Avant d'ajouter : « Cette opération vise à augmenter de 70 % la capacité de production du site et à rendre possible la production simultanée de deux médicaments en parallèle ». En 2013, l'usine avait produit l'équivalent en substances actives de 3,8 millions de doses de médicaments. L'installation des premiers équipements supplémentaires de production interviendra en janvier 2017. Le démarrage des activités de production commerciale est ensuite prévu en décembre 2018. Les embauches suivront à l'horizon 2019-2020, avec la création d'une centaine de postes. Cette extension vise à faire face à une demande mondiale grandissante en biomédicaments. Inauguré en 2005, le centre de biotechnologie d'Huningue représente le principal site de production de médicaments issus des biotechnologies de Novartis. Il s'agit de l'une des plus grandes usines de production d'anticorps par culture de cellules de mammifères au monde. Il assure la fabrication de plusieurs substances actives de médicaments innovants (traitements de l'asthme, du psoriasis, pour la transplantation rénale et anti-inflammatoire) ou nécessaires aux études cliniques de Novartis. Il est situé à quelques kilomètres du siège et du c0ampus de R&D de Novartis à Bâle (Suisse). L'usine recense actuellement plus de 430 salariés. 80 % de sa production est exportée vers le marché mondial. Depuis 2000, ce site a fait l'objet de plus de 266 M€ d'investissements.

 

100 M€ par an dans la recherche en France

 

Novartis est présent dans l'Hexagone depuis 1924, où il emploie 5 000 personnes. En 2015, il s'est engagé à investir 800 M€ sur le territoire français au cours des trois prochaines années, dont 100 M€ par an dans la R&D. « En investissant dans la recherche en France, Novartis souhaite valoriser le potentiel d'attractivité du pays pour y renforcer sa présence et continuer de développer une R&D ambitieuse et pionnière dans son secteur », a expliqué le patron de Novartis en France. « Dans le secteur de l'oncologie également, la France dispose de vrais atouts grâce au réseau des centres de lutte contre le cancer. Novartis a d'ailleurs signé un partenariat historique avec l'Institut national du cancer pour le développement d'essais cliniques. Novartis a en outre localisé à Rueil (Hauts-de-Seine) l'une de cinq plateformes mondiales de recherche clinique en oncologie », a-t-il ajouté.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Servier tiré par l'international

Servier tiré par l'international

Le géant pharmaceutique français a annoncé de bons résultats pour l'exercice 2016/2017, et ce malgré une baisse des ventes en France. Pour l'exercice 2016-2017, le chiffre d'affaires de Servier[…]

05/03/2018 | ServierActualités
Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Plus d'articles