Nous suivre Industrie Pharma

Novartis, GSK et Lilly rebattent les cartes

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

Avec le laboratoire suisse en chef d'orchestre, les trois acteurs ont amorcé un grand remaniement de leur portefeuille. En ligne avec sa stratégie initiée mi-2013 de revoir son portefeuille, Novartis a annoncé le 22 avril un recentrage de ces activités sur ses « trois divisions principales » : Pharmaceuticals, Alcon (soin des yeux) et Sandoz (génériques). Il cède ses Vaccins, à l'exception de l'Influenza, au Britannique GSK pour 5,25 milliards de dollars auxquels s'ajoutera 1,8 Mrd $ en paiements d'étape et des royalties. C'est Eli Lilly, via sa filiale Elanco, qui s'est porté acquéreur de la division Santé animale de Novartis pour 5,4 Mrds $. La division Santé animale d'Eli Lilly vise les positions 2 ou 3 des acteurs pour les principales espèces, selon le laboratoire américain. Enfin, la division OTC du Suisse fait l'objet de la création d'une coentreprise entre Novartis et GSK. Dans le même temps, le laboratoire suisse renforce son activité Pharmaceuticals avec l'acquisition des produits Oncologie de GSK pour 14,5 Mrds $ auxquels s'ajoute 1,5 Mrds $ de paiements d'étape. Au total, Novartis prévoit de débourser 7,6 Mrds $ en 2015.

Ces grands bouleversements de portefeuille à l'initiative de Novartis se traduisent aussi par plusieurs changements de stratégies chez GSK. Ainsi, le laboratoire britannique entend « accélérer (sa) stratégie visant à générer une croissance durable provenant largement des ventes et d'améliorer le bénéfice à long terme », selon Andrew Witty, p-dg de GSK. Avec l'acquisition des vaccins de Novartis, le Britannique estime détenir 29 % d'un « marché mondial de 25 Mrds $ qui va croître d'environ 10 % par an dans les 10 prochaines années ». GSK s'engage par ailleurs avec Novartis dans une coentreprise détenue respectivement à 63,5 % et 32,5 % afin de créer « un leader mondial du Consumer healthcare ». Cette entité affiche des ventes pro forma 2013 de 10 Mrds $ selon Novartis. Enfin, l'acquisition du portefeuille commercial en oncologie de GSK devrait permettre à Novartis de « renforcer notre division Pharmaceuticals et notre activité Oncologie », selon Joseph Jimenez, p-dg de Novartis.

Ces opérations devraient être finalisées au premier semestre 2015 et marquer « un tournant historique pour Novartis », selon Joseph Jimenez. Le dirigeant entend ainsi construire « une entreprise de santé prospère » avec des positions de leader dans ses « trois activités principales, à l'échelle mondiale et avec la puissance de l'innovation ». Reste à définir les nouveaux contours du laboratoire qui a enregistré des résultats de 57,9 Mrds $ en 2013, et comptait près de 135 700 employés.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles