Nous suivre Industrie Pharma

Sous-traitance analytique

Nexelis perce dans l'analyse des vaccins

Nexelis perce dans l'analyse des vaccins

Le siège social de Nexelis à Laval (Canada).

© Nexelis

Issue de GSK Vaccines et après plusieurs acquisitions, la CRO québécoise Nexelis, spécialisée en immunologie, se fait depuis trois ans une place de choix sur le marché de la sous-traitance analytique, au point d'être devenue une référence dans les analyses des vaccins contre le Covid-19. Le point avec Benoît Bouche, son président-directeur général.

S'il y a un laboratoire de sous-traitance analytique qui n'a pas connu la crise en 2020, c'est sans doute l'entreprise québécoise Nexelis. La CRO a multiplié les projets, ces derniers mois, entre acquisitions et contrats noués autour du développement de vaccins contre le Covid-19. Une trajectoire fulgurante pour une entreprise créée il y a seulement quelques années.

Fondée en 2015 en tant que spin-off de GSK Vaccines, Neomed Labs, qui deviendra Nexelis après l'acquisition de Pacific Biomarkers et de Pair Immune, a connu, ces trois dernières années, une « croissance exponentielle », passant de 55 à 360 salariés, et voyant ses revenus multipliés par quinze.

« Depuis l'engagement d'Ampersand Capital Partners, société basée à Boston (États-Unis) et très spécialisée dans le domaine de la santé, Nexelis a entamé un plan de développement agressif », nous explique Benoît Bouche, le p-dg de nationalité française de Nexelis.

Résultat, la CRO réalise aujourd'hui environ un million de tests par an, « avec des méthodes analytiques très complexes » et joue un rôle essentiel dans le développement, la qualification, la validation de tests et leur utilisation dans plus de 100 dossiers d'approbation par la FDA de nouvelles entités moléculaires, vaccins, antiviraux, produits d'immunothérapie, de thérapie génique ou cellulaire. Nexelis est un des principaux fournisseurs de services de développement, de méthodes analytiques et de testing clinique dans les domaines des maladies infectieuses et métaboliques et a consacré de gros investissements, au cours de ces deux dernières années, au développement d'une franchise en cancérologie.

« Nous avons trois domaines de prédilection : l'infectiologie, plus précisément le segment des vaccins, l'immuno-oncologie et les pathologies métaboliques, NASH et NAFLD en particulier. L'immunologie sous toutes ses formes, en quelque sorte. Et c'est là notre spécificité, avoir une expertise scientifique à forte valeur ajoutée », précise Benoît Bouche.

Une « excellence scientifique en immunologie », que le p-dg explique par la structure-même de Nexelis : « pour sous-traiter, il est nécessaire d'avoir une équipe agile, cela est plus compliqué dans les grosses structures de la pharmacie. C'est là que nous intervenons ». Une « agilité » qui réussit à la CRO, cette dernière étant aujourd'hui implantée sur deux continents. Avec une présence en Europe renforcée tout récemment.

 

© Nexelis
Benoît Bouche, le p-dg de Nexelis.
 

Une acquisition stratégique en Allemagne

Au cours de ces trois dernières années, Nexelis a multiplié les acquisitions pour disposer aujourd'hui de cinq sites opérationnels en Amérique du Nord et en Europe, plus précisément en Belgique (cf. encadré). Dernière acquisition en date, et non des moindres, celle du laboratoire bioanalytique clinique dédié aux vaccins appartenant à GSK, situé à Marbourg, en Allemagne. Elle a été réalisée à la fin du mois de janvier 2021. Un site, qui emploie actuellement 80 personnes, loin d'être choisi au hasard.

« Ce site existe depuis plus d'un siècle et dispose d'un emplacement stratégique. De plus, cette opération s'explique par nos liens historiques avec GSK. » Situé à proximité de Francfort, le laboratoire de GSK bénéficie en effet d'un écosystème favorable : la désormais célèbre biotech allemande BioNTech, qui a développé un vaccin à ARNm contre le Covid-19 avec Pfizer, est, par exemple, implantée dans cette région.

Et pour son nouveau site allemand, Nexelis est ambitieux, comme le détaille Benoît Bouche : « Nous pensons que cette transaction est une étape déterminante dans le développement de Nexelis en tant qu'opérateur de référence dans le domaine des vaccins. » En conséquence, la CRO prévoit de doubler la taille du site, d'employer une centaine de personnes supplémentaires et de réaliser d'importants investissements, notamment dans de nouvelles plateformes d'essais afin d'accroître son offre de services en bactériologie, virologie et oncologie.

« Nous allons également commencer des collaborations avec d'autres entreprises pharmaceutiques actives dans le développement de vaccins ainsi qu'avec les autres sites nord-américains et européens de l'entreprise, notamment avec notre filiale en Belgique qui intervient à des stades de développement précoce », ajoute le dirigeant. De quoi honorer l'accord de collaboration stratégique d'une durée de cinq ans noué avec GSK, en parallèle de la cession du site de Marbourg.

Après le Canada, les États-Unis, la Belgique et l'Allemagne, quid de la France ? Concernant une éventuelle implantation sur le territoire français, un tel projet n'est pas à l'ordre du jour pour Nexelis : « Nous sommes toujours à l'affût de nouveaux projets. La France a un écosystème scientifique favorable, notamment dans la région lyonnaise, lorsque l'on parle d'immunologie, mais nous n'avons pas identifié pour l'instant de projets de reprise qui aient une taille suffisante pour que cela ait un sens pour nous de le réaliser », indique Benoît Bouche.

Quoi qu'il en soit, Nexelis poursuit son développement, loin d'être entravé par la crise du coronavirus. L'entreprise, dont le siège social est basé à Laval, au Québec, est désormais une référence dans le domaine des vaccins, un marché initial de niche dont les besoins ont flambé avec la crise sanitaire.

 

© Nexelis
Nexelis emploie 360 personnes.

Une CRO de référence contre le Covid-19

« Comme toutes les entreprises, nous avons souffert de la crise sanitaire, plus particulièrement des contraintes en matière de déplacement, mais la pandémie a également été pour Nexelis la source d'une forte exposition de ses laboratoires à toute l'industrie pharmaceutique », relativise Benoît Bouche.

Et effectivement, la crise du Covid-19 a été l'occasion pour Nexelis de tirer son épingle du jeu. « Nous sommes devenus un laboratoire analytique de référence pour plusieurs organismes impliqués dans le développement de traitements contre le Covid-19, notamment de vaccins, pour endiguer la pandémie », se félicite le p-dg.

Les analyses concernant les vaccins restent particulièrement complexes et mettent en jeu des méthodes d'évaluation nécessitant d'importants moyens et un grand nombre de plateformes pour prédire l'efficacité d'un vaccin. « Il existe une grande différence entre les tests à effectuer en pharma plus « classiques » et ceux à effectuer sur des vaccins. Avec les vaccins, il faut travailler en permanence sur des grandes séries de dilution. Lors d'un essai clinique, on peut tester 32 doses différentes en parallèle, là où pour d'autres types de candidats-médicaments en développement clinique, l'idée est de préciser la dose la plus efficace lors de la phase II », détaille le p-dg. Nexelis est ainsi aujourd'hui impliquée dans pas moins de 32 projets Covid-19, devenant ainsi l'un des plus gros opérateurs sur ce segment.

Bon nombre d'organismes s'appuient ainsi sur l'expertise de Nexelis, comme la fondation Bill & Melinda Gates, la CEPI (Coalition for epidemic preparedness innovations), le gouvernement britannique et son Covid-19 vaccination program, ainsi que le gouvernement américain et son opération Warp Speed menée par la Barda (Biomedical advanced research and development authority). Une satisfaction et une fierté pour le laboratoire, alors que le marché des vaccins reste une cible difficile à atteindre pour les sous-traitants, comme l'explique Benoît Bouche : « Le marché des vaccins est un marché de niche, généralement tiré par l'offre et la demande. Mais sur ce point, les laboratoires sont encore réticents à déléguer. »

Un marché difficile, mais dans lequel Nexelis semble avoir trouvé sa place. Et sur lequel, aidée par sa nouvelle plateforme de Marbourg, l'entreprise peut tabler pour afficher une croissance au beau fixe pour les années à venir.

NEXELIS EN BREF

  • Fondé en 2015
  • 360 salariés
  • 5 sites en Amérique du Nord et en Europe
    • Laval (Canada)
    • Seattle (États-Unis)
    • Indianapolis (États-Unis)
    • Gosselies (Belgique)
    • Marbourg (Allemagne

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

ASPEC : « Certains de nos prestataires et utilisateurs ont dû adapter leur activité »

Salles propres

ASPEC : « Certains de nos prestataires et utilisateurs ont dû adapter leur activité »

Alors qu'elle est un élément incontournable pour la production pharmaceutique, comment la salle propre a-t-elle traversé la crise ? À quelques mois d'un des rendez-vous clés pour le secteur, le salon[…]

Tendance : Le marché des salles propres « boosté » par l'urgence

Salles propres

Tendance : Le marché des salles propres « boosté » par l'urgence

Innovation : Climascience propose du modulaire sur mesure

Salles propres

Innovation : Climascience propose du modulaire sur mesure

Protection antimicrobienne : Pylote se positionne pour des applications dans la pharmacie

Salles propres

Protection antimicrobienne : Pylote se positionne pour des applications dans la pharmacie

Plus d'articles