Nous suivre Industrie Pharma

Néovacs fait son entrée sur Alternext

Juliette Badina

Sujets relatifs :

, ,
Néovacs fait son entrée sur Alternext

La société de biotechnologies Néovacs entend lever 20 millions d'euros lors de son introduction en Bourse sur Alternext le 31 mars. Des fonds qui lui permettront de financer le développement de ses trois candidats-médicaments.

Marquant la première introduction en Bourse depuis deux ans dans le secteur des biotechnologies, la société Néovacs a reçu le visa des autorités des marchés financiers le 18 mars et a ouvert son offre publique le lendemain. Après clôture du placement le 30 mars, la première cotation est prévue pour le 31 mars. Spécialisée dans le développement d'immunothérapies ciblant les maladies auto-immunes, inflammatoires ou cancéreuses, Néovacs entend lever au moins 20 millions d'euros lors de son introduction en Bourse sur Alternext. Dont 2,5 millions de ses trois partenaires historiques, les fonds Truffle Capital, Novartis Venture Fund et OTC Asset Management, qui détiennent avant introduction en Bourse 75,2 % du capital de la société. Ces nouveaux financements lui permettront de soutenir ses projets jusqu'à mi-2012, estime son directeur financier et directeur général adjoint, Michel Finance. « Cette levée de fonds et nos 7 M€ de trésorerie nous permettrons d'avancer le développement de nos trois candidats-médicaments, poursuit-il. Notamment le TNFa-K, notre candidat le plus avancé, testé dans le traitement de la maladie de Crohn et de la polyarthrite rhumatoïde, et l'IFNa-K pour le Lupus ».

Un premier produit sur le marché en 2014

A ce jour, trois anti-TNF sont sur le marché : Humira (Abbott Laboratories), Remicade (Johnson et Johnson / Merck&Co) et Enbrel (Amgen/Pfizer). A eux trois, ils représentent un chiffre d'affaires de 12,4 milliards d'euros. Ils ont chacun atteint le statut de blockbuster deux ou trois ans après leur lancement, et figurent tous les trois dans le top 20 des médicaments biologiques 2009, d'après le R&D Pipeline News. L'approche de Néovacs lui permettrait d'entrer sur la partie du marché non satisfaite par les anti-TNFa. Par ailleurs, les Kinoïdes de la biotech française semblent plus efficace, plus faciles à administrer et beaucoup moins coûteux à produire en raison du procédé de production et du faible dosage. Après avoir obtenu des résultats de phase I/II encourageants avec son kinoïde TNFa dans la maladie de Crohn, la société a démarré des essais de phase IIa début 2010 pour les patients résistants aux traitements actuels dans la polyarthrite rhumatoïde (avec une aide de 6,4 M€ de l'Oséo). Et la société pense obtenir une AMM conditionnelle (Fast track registration) dès 2014 pour cette indication. Les essais de phase IIa pour la maladie de Crohn vont débuter pour une durée de 18 mois. « Nous pourrions signer un accord de licence global pour ces deux indications dès 2011 ou 2012 avec un laboratoire pharmaceutique », indique Guy-Charles Fanneau de La Horie, directeur général de Néovacs. La société n'exclut pas que le premier accord de partenariat soit signé pour son IFNa-K, même s'il est à un stade moins avancé. Les essais de phase I/IIa devraient débuter dans l'année, et ceux de phase IIb début 2011. Compte tenu du manque de nouvelle thérapie dans le domaine du Lupus, une AMM conditionnelle pourrait également être obtenue dès 2014.

Le pipeline de Néovacs contient un troisième produit en développement : le VEGF-K pour la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). « Ce produit n'entre pas dans la focalisation de la société pour le moment, confie le directeur général. Compte tenu des moyens actuels et de la taille de l'équipe (effectif de 19 personnes), nous pensons céder ce composé en fin d'essais précliniques. Un accord pourrait être signé en 2011 ». Le modèle de Néovacs devrait générer des revenus substantiels, essentiellement des accords de licences, dès 2012. Des scénarios de poursuite des essais en propre sont également envisageables. Plus créateurs de valeur, ils nécessiteraient cependant des fonds supplémentaires.

 

« Le modèle de Néovacs devrait générer des revenus substantiels, essentiellement des accords de licences, dès 2012 »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles