Nous suivre Industrie Pharma

Naskeo installe une unité de méthanisation chez NP Pharm

Sujets relatifs :

Premier projet de Naskeo dans la pharmacie, cette unité de traitement des effluents permettra à NP Pharm de réaliser des économies subtantielles dans ce domaine.
Le fabricant d'excipients pharmaceutiques NP Pharm, filiale du groupe Ethypharm, vient d'inaugurer sur son site de Bazainville (Yvelines) une unité de traitement de ses effluents par méthanisation développée par la jeune société Naskeo Environnement. Le procédé utilisé par cette unité, baptisé Proveo, permet de convertir les effluents organiques de l'usine – en l'occurrence des sucres – en gaz naturel. Ce dernier peut ensuite être utilisé comme source d'énergie. Un traitement qui est réalisé par des bactéries fixées dans un environnement anaérobie (en absence d'oxygène) et qui a été mis au point par le Laboratoire de biotechnologie de l'environnement de l'INRA. Son efficacité repose notamment sur la conception d'un support innovant qui optimise la rétention des bactéries et sur l'application au réacteur de paramètres hydrodynamiques spécifiques. Selon Marc Bauzet, directeur commercial de Naskeo, « les bénéfices clients de la technologie Proveo sont notamment une performance accrue, avec des Charges organiques appliquées (COA) supérieures à 35 kg de DCO/m3.j [Ndlr : DCO, demande chimique en oxygène] pour un rendement épuratoire supérieur à 90 % et une meilleure robustesse des installations. »
Un investissement que NP Pharm a dû consentir pour faire face à la forte croissance de son activité, et donc à la quantité d'effluents que l'usine émettait. « Nous avons des effluents extrêmement chargés en sucre, que nous rejetions auparavant directement dans le tout-à-l'égout et qui étaient ensuite traités par la station d'épuration communale », explique Michel Duval, directeur de la production de NP Pharm. « De ce fait, sans cette installation, nous devrions faire face à des taxes d'environ 50000 e par an ». L'unité de Naskeo, la première dans l'industrie pharmaceutique, présente pour NP Pharm un retour sur investissement très court, de deux ans et demi, hors subventions potentielles de l'Ademe et de l'Agence de l'eau. Elle permet de traiter quotidiennement 300 kg de DCO, avec un débit de 4 m3 par jour. Une facture énergétique réduite de 10 % Michel Duval détaille les raisons du choix de la technologie Proveo: « Nous avons vite écarté les stations de traitement aérobies, qui font appel à des cuves très volumineuses, de 130 à 150 m3, posant des problèmes d'intégration sur le site et produisant de grandes quantités de boues, dont l'enlèvement coûte cher ». Selon M. Duval, « le nombre d'enlèvements des déchets de saccharose sera désormais limité à deux par an, contre une dizaine autrement, et les boues sont pompées tous les deux mois ». Quant à la production d'énergie, « elle est utilisée à 20 % pour le fonctionnement de l'unité, détaille Marc Bauzet, directeur commercial de Naskeo. Les 80 % restant, sont utilisées pour l'usine, ce qui permet une réduction de 10 % de la facture énergétique du site ». Autre avantage souligné par Michel Duval, « l'entretien et la surveillance de l'installation est simple. Son fonctionnement représente une demi-journée homme par semaine ». D'autant que l'opérateur peut contacter Naskeo en cas de problème, ce dernier pouvant contrôler les paramètres à distance. Seuls inconvénients, selon le directeur de la production, « il faut faire plus attention aux produits que nous utilisons pour le nettoyage du process, afin de ne pas tuer les bactéries ». Un autre facteur a permis à Naskeo de dépasser les offres de méthanisation anaérobies concurrentes. « Contrairement aux autres, Naskeo n'est pas venu nous voir avec un devis, mais en nous proposant d'étudier la faisabilité du projet dans leurs laboratoires. Ce n'est qu'ensuite que nous avons parlé d'argent ». Une offre pour les déchets solides en développement Pour l'instant limitée au traitement des polluants solubles avec un minimum de particules en suspension, avec la technologie Proveo, l'offre de Naskeo devrait bientôt s'élargir aux déchets solides. « Dans ce cas de figure, nous développons la technologie Energium, qui devrait permettre de dépasser les limites de Proveo, indique Marc Bauzet. « Nous sommes en négociations avec des industriels pour installer un pilote de 1 à 2 m3 et d'autres de 20 à 30 m3, avec un démarrage prévu début 2007 ». Mais Naskeo continue à développer Proveo, notamment dans la chimie: « nous travaillons sur les effluents liés à la production de biocarburants, ainsi que sur des rejets contenant du glycérol ». De quoi soutenir le développement de la jeune société. Après avoir réalisé un chiffre d'affaires de 600000 h sur son premier exercice commencé en mai 2005, Naskeo, qui a déjà atteint son équilibre financier, prévoit de doubler ce chiffre sur 2006. Prochaine étape, une levée de fonds prévue début 2007, nous a confié Marc Bauzet. Objectif: renforcer les moyens humains de la société. Mais Naskeo, qui a déjà reçu des offres de rachat de grands de l'énergie, veut pour l'instant rester indépendante. « Ce qui ne nous empêche pas de travailler pour eux en tant que sous-traitant sur des projets pour lesquels notre offre est la plus appropriée », précise le manager.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Endress+Hauser s'empare de Kaiser Optical Systems

Endress+Hauser s'empare de Kaiser Optical Systems

Le groupe suisse a annoncé l'acquisition de l'Américain Kaiser Optical Systems, filiale de Rockwell Collins spécialisée dans les instruments de spectroscopie Raman.La transaction, dont le montant demeure confidentiel, permet à[…]

Bioaxial lève 1,9 M€

Bioaxial lève 1,9 M€

Median Technologies décroche deux contrats

Median Technologies décroche deux contrats

Rockwell affiche sa stratégie

Rockwell affiche sa stratégie

Plus d'articles