Nous suivre Industrie Pharma

Nanotechnologies : La nanoencapsulation des cytotoxiques, entre espoirs et déceptions

Sujets relatifs :

La société française BioAlliance Pharma vient d'annoncer la suspension de l'essai de phase II/III de la construction « doxorubicin transdrug » dans le cancer primitif du foie, conformément à l'avis des Comités indépendants de sécurité et de pilotage.
La société française BioAlliance Pharma vient d'annoncer la suspension de l'essai de phase II/III de la construction « doxorubicin transdrug » dans le cancer primitif du foie, conformément à l'avis des Comités indépendants de sécurité et de pilotage. Les résultats préliminaires révèlent des intolérances pulmonaires aiguës fréquentes et en gravité plus élevées qu'attendues. Le « doxorubicin transdrug » est un anti-cancéreux couramment employé mais formulé dans une nanoparticule à base de polyisohexylcyanoacrylate. Ce système offrait la possibilité de contourner les résistances des cellules tumorales lorsqu'on administrait le principe actif seul. Étape suivante? « Si l'arrêt est définitif, je ne pense pas que nous retravaillerons la formulation. Nous avons d'autres projets sur d'autres technologies dans notre portefeuille. Notamment, un système de délivrance par voie orale d'un autre anticancéreux, l'irinotécan dans le cancer du colon. Actuellement en préclinique, son développement pourrait être accéléré », souligne Gilles Avernard, chef des opérations. Le portefeuille de projets indépendants en termes de risques est source d'espoirs. Le cofondateur de l'entreprise créée en 1997 reste d'ailleurs optimiste. D'autant qu'en parallèle de cette annonce, une autre société de biotechnologie californienne, SynDevRx, annonce la mise au point d'une formulation orale d'une petite molécule anticancéreuse aux propriétés antiangiogéniques, déjà bien connue des cancérologues. Mais l'utilisation du TNP-470 s'est heurtée à des problèmes de formulation et notamment de biodisponibilité trop courte dans l'organisme, nécessitant des injections parentales répétées. Des chercheurs américains viennent de publier dans la revue Nature Biotechnology, une formulation orale de cet anticancéreux, appelée Lodamine. Le TNP-470 a été formulé avec du monométhoxy-polyéthylène glycol – polylactique acide en micelles. La construction est bien absorbée dans l'intestin et s'accumule de façon sélective au niveau de la tumeur. La prise orale implique un passage par le foie, rendant le produit spécialement prometteur pour prévenir l'apparition de métastases hépatiques. Le produit devrait passer rapidement en phase d'essais cliniques. N.T.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Nanosive planche sur le futur des crèmes solaires

Nanosive planche sur le futur des crèmes solaires

Grâce à une technologie d'encapsulation d'actifs dans des polymères bioadhésifs, la start-up Nanosive entend mettre au point des écrans solaires plus sûrs et écoresponsables, utilisant moins[…]

17/12/2018 | InnovationDermatologie
L'opération New Deal Biotech vise à attirer des porteurs de projets

L'opération New Deal Biotech vise à attirer des porteurs de projets

DNA Script automatise la production d'ADN par voie enzymatique

DNA Script automatise la production d'ADN par voie enzymatique

Des étiquettes moléculaires contre la falsification

Des étiquettes moléculaires contre la falsification

Plus d'articles