Nous suivre Industrie Pharma

Mourenx : l'Anses appelle à revoir les VTR duvalproate de sodium

L.H

Sujets relatifs :

, ,

Alors que Sanofi a suspendu, le 9 juillet, la production de son site de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques) suite à des dépassements des normes de rejets pour plusieurs composés organiques volatils (CPH n°851), l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'environnement, de l'alimentation et du travail (Anses) vient de rendre publique son analyse critique des valeurs toxicologiques de référence (VTR) du valproate de sodium. Cette substance est le principe actif de l'antiépileptique Dépakine, produit par l'industriel français à Mourenx, dans le bassin de Lacq. Le valproate de sodium étant rejeté dans l'environnement, Sanofi Chimie s'était vu dans l'obligation de réaliser une évaluation quantitative des risques sanitaires associés, et donc d'établir une VTR pour cette substance. Ce qui a été fait par deux bureaux d'études : le CEHTRA (Consultancy for Environmental & Human Toxicology et Risk Assessment) en 2017 et Equitox en 2015. Ces VTR ont ensuite été utilisées pour mener l'évaluation quantitative des risques sanitaires pour les riverains et les professionnels travaillant à proximité du site. Celle-ci concluait que « les risques sanitaires liés aux rejets actuels et passés de valproate de sodium sont inférieurs aux valeurs de référence ». Cependant, après avoir analysé la méthode de construction des VTR utilisées et leur qualité scientifique, l'Anses conclut que celles-ci ne peuvent pas être retenues, et qu'elles doivent être revues « au regard des nouvelles études publiées et des effets observés ». Les experts soulignent également qu'ils n'ont pas pu identifier de dose minimale en dessous de laquelle des effets sur la reproduction et le développement sont susceptibles de ne pas se produire.

La préfecture des Pyrénées-Atlantiques a donc indiqué que le préfet allait fixer de nouvelles mesures s'appliquant aux installations de la société Sanofi Chimie à Mourenx. Objectif : réviser l'évaluation des risques sanitaires suivant les recommandations des experts nationaux, mais aussi encadrer les travaux pour la réduction et le traitement des rejets, et faire vérifier par un organisme indépendant que Sanofi Chimie applique les meilleures techniques possible pour traiter et réduire ses rejets et surveiller strictement la qualité des rejets de bromopropane et de valproate de sodium au niveau des émissaires, de l'ensemble de l'usine, et dans le milieu environnant. Le gouvernement avait, quant à lui, indiqué que toutes les conditions en matière d'émissions et d'absence de risques pour les salariés et les riverains devraient être réunies pour que l'État puisse autoriser une reprise de l'activité du site, et que des prélèvements et analyses seraient effectués par des laboratoires indépendants sur le site et dans son voisinage pour s'en assurer (CPH n°851). Les riverains, de leur côté, ne décolèrent pas : selon La République des Pyrénées, l'Association des riverains des sites industriels du bassin de Lacq (Arsil) a indiqué avoir déposé une deuxième plainte contre Sanofi auprès du pôle santé publique du parquet du tribunal de grande instance de Paris pour « mise en danger d'autrui » et « administration de substances nuisibles ». La procédure est également dirigée à l'encontre des autorités administratives en charge du contrôle de l'usine, à savoir la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal), organisme sous l'autorité de l'État.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Valsartan : le site de Zhejiang Huahai non conforme

Valsartan : le site de Zhejiang Huahai non conforme

Une inspection de l'Agence européenne du médicament, en collaboration avec le European Directorate for the Quality of Medicines (EDQM), a conclu que le site de Chuannan (Linhai, Chine) de la société chinoise[…]

08/10/2018 | RéglementairePanorama
L'EMA revoit à la baisse les risques de rupture de stock liés au Brexit

L'EMA revoit à la baisse les risques de rupture de stock liés au Brexit

Un nouvel outil en ligne pour informer sur les brevets

Un nouvel outil en ligne pour informer sur les brevets

L'ANSM fait le point sur le valsartan

L'ANSM fait le point sur le valsartan

Plus d'articles