Nous suivre Industrie Pharma

Mitologics étudie les altérations de la mitochondrie

Nadia Timizar

Sujets relatifs :

, ,
Finances

2009 : 39 000 euros Lauréat de concours création d'entreprise en émergence 2009-2012 : 150 euros, projet ANR de trois ans 180 000 euros, projet ANR de trois ans

Mitologics étudie les altérations  de la mitochondrie

Anne Borgne-Sanchez, présidente de Mitologics

© Mitologics

La start-up parisienne a développé une plateforme de criblage sur mitochondries isolées, un outil de R&D qui réduit le taux d'attrition des essais cliniques.

A l'origine, la plateforme de Mitologics était utilisée pour identifier des molécules qui ciblent la mitochondrie, l'usine énergétique cellulaire. « L'idée était alors de cibler spécifiquement les mitochondries des cellules tumorales », raconte Annie Borgne-Sanchez, présidente de Mitologics. En entraînant des perturbations sur les mitochondries de ces cellules, les chercheurs espéraient que cela entraînerait leur mort (apoptose). Ces recherches ont permis la mise au point de protocoles d'isolement de mitochondries issues d'organes de souris mais aussi issues de lignées cellulaires cancéreuses humaines. La plateforme prend encore une autre dimension alors que la société Theraptosis, qui l'a développée, met la clef sous la porte en novembre 2008. Annie Borgne-Sanchez, en accord avec le liquidateur de Theraptosis, reprend alors les actifs nécessaires à la valorisation de la plateforme, persuadée, avec Nelly Buron, chercheuse, et Mathieu Porceddu, technicien supérieur, également anciens salariés dans la même équipe, de l'intérêt de l'exploiter. Tous les trois créent en février 2009 Mitologics. Objectif : évaluer pour le compte de laboratoires les effets de molécules sur les mitochondries. La molécule en question peut être un candidat médicament dont les laboratoires propriétaires souhaiteraient s'assurer de l'effet potentiel sur les mitochondries. « Nous avons aussi démontré l'intérêt d'évaluer les molécules en testant simultanément leur efficacité sur mitochondrie tumorale et leur innocuité sur mitochondrie saine », explique-t-elle. La plupart des sociétés pharmaceutiques qui étudient la mort cellulaire travaillent sur cellules entières. Aujourd'hui, ils peuvent vérifier une éventuelle action spécifique sur la mitochondrie. Un effet délétère est intéressant pour conduire la cellule à la destruction, « un effet protecteur est intéressant en neuroprotection comme en cosmétique ». Mais pour le moment, le marché visé est la pharmacie et la biotechnologie.

Une alternative aux sacrifices d'animaux

L'histoire du développement pharmaceutique est jalonnée d'échecs, notamment pour des problèmes de toxicité hépatique et/ou cardiaque des molécules. Le deuxième axe d'utilisation de la plateforme est de réaliser des tests de toxicité in vitro sur des mitochondries isolées de foie et de cœur de souris, prédictifs de toxicités chez l'homme. Mitologics a déjà testé un large panel de molécules connues, 50 médicaments hépatotoxiques ou non. « Et nous avons 90 % de corrélation entre les effets observés sur mitochondries isolées et l'hépatotoxicité chez l'homme en clinique. C'est très prometteur même si nous devons consolider notre évaluation sur le plan statistique, en augmentant le panel de molécules de référence », s'enthousiasme Annie Borgne-Sanchez. La plateforme est une alternative à l'emploi d'animaux. Elle limite du moins le nombre de sacrifices. Les tests sont plus rapides, l'incubation peut se faire en 30 minutes, contre deux jours avec les techniques courantes.

Quand bien même Mitologics est une société de services essentiellement, elle conduit deux programmes de recherche financés par l'Agence nationale de la recherche (ANR). Le premier vise à comprendre le rôle d'un transporteur qui permet les échanges entre le compartiment mitochondrial et le cytoplasme de la cellule. L'autre programme évalue l'effet d'un médicament ou de la combinaison de plusieurs médicaments sur des mitochondries, issues de foie de souris saines en comparaison de celles issues de souris obèses. L'idée est d'ajuster les prescriptions sur les patients obèses. Mais il s'agit aussi d'identifier les risques de ces mélanges à doses infimes.

Mitologics part avec une certaine longueur d'avance dans le savoir-faire. Reste à le traduire financièrement. Après un an d'activités, la jeune pousse incubée à l'incubateur francilien Agoranov mais installée à l'hôpital Robert Debré (Paris 19e), compte huit clients pour chacun desquels elle évalue cinq molécules en moyenne. « Pour le moment, les laboratoires nous évaluent. Mais nous avons déjà des clients qui reviennent avec d'autres demandes. » Mitologics envisage d'ouvrir le capital à des business angel « pour stimuler le développement ». Le premier semestre 2010 sera déterminant sur le potentiel de Mitologics à se développer, avec des contrats consolidés et renouvelés et l'espoir que cette évaluation scientifique devienne systématique. Mitologics a signé un partenariat commercial avec une société anglaise de biotechnologie Horizon Discovery (Cambridge), qui avance « le vent en poupe » notamment grâce à ses lignées tumorales humaines mutées pour des cibles d'intérêt en oncologie. « Un service de test sur mitochondries issues de ces cellules mutées compléterait bien l'approche de notre partenaire britannique », explique Annie Borgne- Sanchez. Mitologics ne bute sur aucune concurrence frontale - personne d'autre ne travaille sur mitochondries isolées - mais d'autres sociétés en France comme à l'international proposent des évaluations sur cellule entière.

Pour compléter l'information, article à paraître dans la revue PLoS ONE : Use of Human Cancer Cell Lines Mitochondria to Explore the Mechanisms of BH3 Peptides and ABT-737-induced Mitochondrial Membrane Permeabilization. Nelly Buron, Mathieu Porceddu et co.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles