Nous suivre Industrie Pharma

La chronique de Julien Bazus : Mise en applications

La rédaction

La chronique de Julien Bazus, associé, cabinet SpinPart

Quiconque marche dans la rue a forcément croisé de nouveaux cyclistes, livreurs de repas à domicile. Il s'agit de l'un de ces « métiers » créés dans les années 2010, dont le succès repose essentiellement sur deux éléments clés : le formidable outil qu'est le smartphone associé à la redoutable simplicité des applications spécialement développées pour l'occasion, et le client digital totalement à l'aise avec ce type d'environnement.

Or ce même client, ultra connecté, qui passe une commande de chez lui, la pilote et réalise ses paiements à distance, va généralement se voir interdire l'utilisation de son smartphone dans l'entreprise. Il se retrouve alors dans un univers de papier et un environnement informatique bien souvent peu ergonomique, incomparable avec ce qu'il côtoie hors du bureau. Un véritable paradoxe, si l'on sait qu'un Français passe désormais 1 heure 42 par jour sur son « téléphone » et est équipé en moyenne de 32 applications. Alors pourquoi limiter l'utilisation des tablettes et des smartphones dans nos environnements de travail ?

Une première explication : très peu d'applications sont adaptées au smartphone au coeur même de l'entreprise. Pourtant, aujourd'hui, le développement d'une application métier est devenu rapide et peu coûteux, mais rien n'est fait en ce sens ; et souvent, en raison de la résistance de l'ancien monde et des prétextes de sécurité. Il est devenu pourtant facile de paramétrer un assistant vocal, dans la veine de Siri, pour piloter des dossiers ou demander l'exécution de tâches par la voix ; d'utiliser des datamatrix pour accélérer les saisies ou l'accès aux informations, supprimant au passage la documentation en papier et ses problèmes de mise à jour ; de s'identifier de manière rapide et sûre pour accéder à des espaces sécurisés, physiques ou virtuels ; de superposer un univers à réalité augmentée à son environnement pour être aidé à distance ; d'accéder instantanément à des tutoriels personnalisés pour s'assurer de réaliser le bon geste ; d'agir à distance sur des paramètres et observer les effets en direct...

Le Smartphone n'est plus seulement un outil de communication ou d'échanges, il est devenu une véritable télécommande universelle. À condition de bien prévoir collectivement comment s'en servir...

Une deuxième explication est le cadre de liberté, et donc d'autorisation, laissé aux personnels.

Les téléphones intelligents et les tablettes ne doivent plus être perçus comme des objets sources de déviance, mais comme des assistants qui accroissent les facultés de chacun, et en font une sorte de « personnel augmenté ». Bien utilisés, en responsabilité, ils décuplent les capacités pour permettre d'agir plus vite et mieux au service du client et de l'entreprise. Ainsi, les principes d'utilisation doivent être clairs et fermement appliqués, mais surtout audacieux. Demain, chacun fera entrer son client dans les murs grâce à l'arrivée de la technologie 360° et de la 5G, à la fois sur les lieux de production, de distribution et de consommation. Une formidable chance de rapprocher le client au plus près de ceux qui créent la valeur. L'occasion aussi de permettre aux équipes de continuer à se développer dans le cadre d'un environnement réconcilié avec celui de leur vie quotidienne... en dehors de l'entreprise !

Des perspectives qui, dans le fond, n'ont qu'une limite : notre imagination...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Le cheval de Troie de Medesis

Le cheval de Troie de Medesis

La société de biotechnologie Medesis Pharma développe une technologie, baptisée Aonys, une microémulsion eau dans l'huile, qui permet l'administration de faibles doses d'actifs pharmaceutiques par[…]

Des bactéries qui vivent à fleur de peau

Des bactéries qui vivent à fleur de peau

La fondation du Leem soutient 12 initiatives en oncopédiaterie

La fondation du Leem soutient 12 initiatives en oncopédiaterie

Des nanoparticules lipidiques contre le VIH

Des nanoparticules lipidiques contre le VIH

Plus d'articles