Nous suivre Industrie Pharma

Méthanol chinois made in USA

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le gaz de schiste américain fait rêver les chimistes chinois. En l'occurrence les producteurs de méthanol, dont les projets fleurissent avec beaucoup d'ambitions aux États-Unis.

Le plus avancé d'entre eux est mené par Shandong Yuhuang Chemical. Ce groupe fondé en 1986 à Heze, dans l'est de la Chine, recense 5 600 salariés. Il a généré l'an passé un chiffre d'affaires de plus de 4 milliards de dollars (environ 3 Mrds €), et produit des oléfines et des aromatiques, entre autres. Son projet américain consiste en un investissement de 1,85 Mrd $ pour la construction d'un complexe de méthanol à St James Parish, sur les rives du fleuve Mississippi. Ce qui représenterait, selon le gouverneur de Louisiane, le plus grand investissement direct d'une entreprise chinoise dans l'état. De quoi inciter la Louisiane à accorder quelques avantages fiscaux. Environ 10 M$ d'aides et d'allégements de charges seraient prévus, rapporte Chemical Week.

Le projet sera mené par Yuhuang Chemical, filiale de Shandong Yuhuang Chemical. Elle a acquis une option pour l'achat d'un terrain de 445 hectares à St James Parish, à proximité d'un terminal de Plains All-American Pipeline, un opérateur de pipelines pour l'acheminement de pétrole brut et de gaz naturel liquéfié. Des contrats ont également été signés avec un ingénieriste chinois, pour le design du complexe, ainsi qu'avec Air Liquide pour le procédé technologique de production de méthanol. Le complexe doit être bâti en trois phases. Le calendrier fixé prévoit un démarrage de la construction en 2016 avec la mise en service d'une première unité de méthanol en 2018. Une seconde unité est ensuite prévue pour atteindre sur place des capacités combinées de 3 millions de tonnes par an. Yuhuang construirait dans un troisième temps une unité de dérivés pour la production d'intermédiaires. Seulement 20 à 30 % du méthanol produit sur le futur complexe serait destiné au marché américain. La majorité de la production est vouée à être exportée en Chine pour alimenter des unités en aval de Shandong Yuhuang.

Ce projet chinois dans le méthanol aux États-Unis est loin d'être isolé. Dans la foulée de l'annonce de Yuhuang, fin juillet, la presse américaine a évoqué un projet de la société Fund Connell USA Energy and Chemical Investment, détenue par les groupes chinois Sino Life Insurance et Connell Group, pour la construction d'un complexe de méthanol de 7,2 Mt/an dans le Golfe du Mexique. La décision d'investir pour ce projet évalué à 4,5 Mrds $ ne serait pas prise avant mi-2015. Deux sites seraient en compétition : Texas City, au Texas, ou Donaldsonville, en Louisiane. Le projet comprend aussi un volet pour la construction d'un terminal en eaux profondes puisque, là encore, le méthanol serait destiné majoritairement à l'exportation en Chine. Ces derniers mois, on peut aussi relever les annonces de Northwest Innovation Works (NIW). Cette coentreprise entre le parc pétrochimique chinois de Dalian et la société Shanghai Bi Ke Clean Energy Technology (coentreprise entre l'Académie chinoise des sciences et BP) étudie la possibilité de construire deux, voire même trois complexes, de méthanol de taille mondiale sur la côte nord-ouest des États-Unis (CPH n°675).

Au regard des délais annoncés pour des décisions définitives, il convient d'être prudent sur la concrétisation de ces vastes projets. Quoi qu'il en soit, la révolution américaine des gaz de schiste continue de bouleverser la donne. Il y a encore trois ans, il aurait été peu concevable de voir des chimistes chinois prêts à s'engager à ce point aux États-Unis. En parallèle, on n'entend plus vraiment parler de projets américains en Chine...

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Édito Covid-19] :  Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

[Édito Covid-19] : Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

Le projet est aussi ambitieux et risqué que les premiers pas sur la lune. Pourtant, Covid Moonshot a les pieds sur terre et vise à trouver des antiviraux capables de lutter contre la pandémie de Covid-19. Il faut bien se[…]

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

Plus d'articles