Nous suivre Industrie Pharma

Merck restructure tout en se développant dans les pays émergents

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Les étés se suivent et se ressemblent un peu pour Merck. Comme l'an dernier, le n° 2 mondial de l'industrie pharmaceutique a annoncé un nouveau plan de restructuration pour continuer d'améliorer sa rentabilité suite à sa fusion avec Schering-Plough. Il y a tout juste un an, il prévoyait de réduire d'ici à 2012 de 15 % ses effectifs mondiaux, soit 15 000 salariés en moins, et comptait fermer une quinzaine de sites dont une dizaine d'usines (CPH n°515). Cette année, le groupe a annoncé la réduction supplémentaire de 12 à 13 % de ses effectifs mondiaux d'ici à 2015, sur la base des effectifs recensés fin 2009, soit environ 100 000 employés. Ce qui représente pas loin de 13 000 postes supplémentaires à supprimer, quand le groupe recensait 91 000 salariés à fin juin dernier. Merck n'a pas précisé les détails de ce nouveau plan de restructuration. Selon l'AFP, quelques usines pourraient être fermées, mais la majorité des suppressions s'effectueront dans les fonctions administratives et de support. Avec ce plan, le laboratoire américain espère générer des économies de coûts de 4 à 4,6 milliards de dollars (de 2,8 à 3,2 Mrds €) par an à partir de 2015, contre seulement 2,7 à 3,1 Mrds $/an sans ce nouveau plan. L'objectif est aussi de parer au plus vite à la tombée en 2012 du brevet de Singulair. Premier produit du groupe, cet anti-asthmatique a généré en 2010 environ 5 Mrds $ de ventes.

Des projets en Asie

Si Merck restructure, il compte toutefois augmenter sa masse salariale dans les pays émergents. Cet été, le groupe s'est d'ailleurs engagé dans deux nouveaux projets en Chine et en Inde. Merck a signé fin juillet un accord de coentreprise avec Simcere Pharmaceutical. Ce laboratoire chinois est spécialisé dans les génériques de marque et les produits éthiques sur les aires thérapeutiques des maladies infectieuses, de l'oncologie ou encore des maladies cardiovasculaires. Il dispose de six usines aux conditions GMP et de 3 000 employés dans le pays. La coentreprise avec Merck, qui dispose via sa filiale MSD de 3 sites de production et de 5 000 salariés en Chine, portera sur une coopération dans le domaine des maladies métaboliques, en particulier pour le traitement du diabète de type II, et des maladies cardiovasculaires, pour améliorer l'accès au marché chinois des produits de Merck et de Simcere. En Inde, le laboratoire américain a signé un accord dans les vaccins avec Serum Institue of India, un spécialiste local des vaccins pédiatriques. L'objectif de ce partenariat réside dans le développement et la commercialisation de vaccins conjugués pour les infections à pneumocoque.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles