Nous suivre Industrie Pharma

Merck et Novartis réorganisent leurs activités françaises

Sujets relatifs :

,
R&D RÉDUITE EN FRANCE POUR MERCK ET NOVARTIS Merck Serono ferme son unique site français de R&D tandis que Novartis transfère à l'International des activités de bioanalyse et de développement.
Faute d'avoir pu lui trouver un repreneur, Merck Serono annonce la fermeture de son unique site de R&D français situé à Chilly-Mazarin (Essonne) et spécialisé dans les médicaments contre le diabète. Quelque 97 salariés sont concernés. Parallèlement, Novartis envisage la fermeture de deux activités en France: celle de bioanalyse à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) et celle de développement pharmaceutique à Orléans-la-Source (Loiret). Environ 80 emplois sont concernés. Le groupe suisse souhaite « transférer ses activités sur quelques sites internationaux majeurs (États-Unis, Suisse et pays émergents) dans un but de centralisation, de simplification et de rationalisation des coûts ». Cette annonce devrait aussi avoir un impact sur quelques activités de la direction des affaires cliniques dont dépendent les deux départements visés. Merck: un long remodelage qui touche à sa fin Ce projet de fermeture présenté aux instances représentatives du personnel fait suite à l'annonce en octobre dernier du président de Merck Serono, Elmar Schnee, de centrer les activités de recherche et développement sur l'oncologie, les maladies neurodégénératives, les maladies auto-immunes et inflammatoires, la fertilité et, pour le développement, sur certains domaines en endocrinologie. Il avait alors annoncé ne plus continuer à investir en R&D dans le diabète. L'annonce de la fermeture du site de Chilly Mazarin met fin à une longue restructuration entreprise dans l'Hexagone. À l'issue de celle-ci, Merck Serono emploiera moins de 2000 personnes en France, répartis sur six sites: le siège de Lyon, Monaco (spécialisé dans le développement et la commercialisation des médicaments de gynécologie), Martillac en Gironde (lots pour les essais cliniques dans les biotechnologies) et trois usines à Calais (Pas-de-Calais), Semoy (Loiret), et
Meyzieu (Rhône).
D'autre part, la direction de Merck Serono a annoncé son souhait de soutenir des projets de redéploiement par création d'entreprises autour de compétences des métiers du site de Chilly Mazarin. J.B.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles