Nous suivre Industrie Pharma

Médicaments : GlaxoSmithKline poursuit son combat contre les importations parallèles

Sujets relatifs :

,
GlaxoSmithKline vient de régler à l'amiable le conflit qui l'opposait au distributeur de médicament britannique Dowelhurst. Le laboratoire reprochait à ce dernier d'avoir commercialisé au Royaume-Uni des lots de ses antirétroviraux (Combivir, Epivir et Trizivir) et de son antiasthmatique Serevent destinés au marché africain. Par conséquent, GSK vient de retirer sa plainte contre Dowelhusrt, ce dernier s'engageant à verser une certaine somme à diverses ONG africaines s'occupant de la lutte contre le Sida. Une annonce qui intervient alors que GSK serait sur le point, selon le Financial Times , de mettre en place des technologies de marquage sur les lots de Combivir et Epivir destinés aux pays en développement, afin de pouvoir les différencier facilement de ceux commercialisés dans les pays développés. Ces mesures consisteraient notamment en un enrobage rouge des comprimés destinés aux programmes africains. Autre dossier pour GSK sur ce sujet, le procès qui l'oppose à des grossistes grecs. Ces derniers ont intenté une action en justice contre le laboratoire, lui reprochant d'avoir refusé de satisfaire l'intégralité de leurs demandes d'approvisionnement. En limitant ses livraisons, GSK souhaitait réduire le commerce parallèle. En effet, la société britannique avait remarqué que ces grossistes exportaient une grande partie des médicaments commandés vers d'autres États membres. Le groupe avait fait valoir que ces exportations parallèles conduisaient à d'importantes pénuries sur le marché grec. Dans ce dossier, la Cour européenne de justice (CEJ), saisie par la Commission hellénique de la concurrence, vient de se déclarer incompétente. L'EFPIA, fédération européenne des laboratoires pharmaceutiques, a vivement critiqué la prise de position de la CEJ, soulignant les conséquences négatives de cette pratique sur la compétitivité de l'Europe. Selon l'EFPIA, les importations parallèles auraient causé un manque à gagner de deux milliards d'euros pour les laboratoires en 2003. Toujours selon l'EFPIA, les importations parallèles se seraient élevées en 2003 à 5 milliards d'euros (prix producteur), soit 5 % du marché pharmaceutique européen, représentant une perte nette de 2 milliards d'euros pour les laboratoires innovants. Toutefois, d'après Jean-François Dehecq, p-dg de Sanofi-Aventis, les efforts des laboratoires pour contrôler la diffusion des médicaments commencent à porter leurs fruits: « les importations parallèles devraient diminuer cette année », a-t-il ainsi déclaré à l'occasion de l'assemblée annuelle de l'EFPIA. Une réforme européenne des mécanismes de fixation des prix D'autant que les laboratoires pourraient bénéficier du soutien de la Commission européenne dans ce domaine. Présent lors de la manifestation, Peter Verheugen, vice-président de la Commission en charge de l'entreprise et de l'industrie, a présenté les nouvelles orientations de la politique européenne visant à renforcer la compétitivité de l'Union dans le secteur pharmaceutique. Et en ce qui concerne les importations parallèles, le commissaire a évoqué une possible réforme des réglementations portant sur la fixation des prix des médicaments. Bruxelles souhaite en effet « étudier de quelle manière il est possible de donner plus de flexibilité à l'industrie pour qu'elle établisse les prix sans obérer la capacité des États membres à protéger leurs budgets pour les soins de santé ». Avec pour objectif principal d'harmoniser les délais de mise à disposition des médicaments dans les différents États membres, mais aussi de réduire le commerce parallèle. Les contrôles des prix des médicaments ne relevant pas de la compétence d'État pourraient ainsi être levés. Parmi les autres pistes de réforme, Bruxelles veut également renforcer l'information des patients en ce qui concerne les médicaments, ainsi que l'implication des industriels dans le septième programme cadre de recherche européen.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles