Nous suivre Industrie Pharma

Médicament/Roche : prélancement pour le Fuzeon en Europe à un prix unique

Sujets relatifs :

,

Déjà sous le feu des critiques des ONG concernant sa politique de prix des traitements du VIH, le suisse Roche risque à nouveau de s'exposer à des réprimandes concernant le prix de vente de son nouveau traitement contre le VIH, Fuzeon (enfuvirtide ou T-20), développé en partenariat avec Trimeris et actuellement en cours d'homologation par les autorités de santé européennes. La compagnie vient en effet d'annoncer la mise à disposition de son inhibiteur de fusion dans les pays de l'Union européenne, au prix de 52 ? par dose journalière, soit près de 19 000 ? pour un an de traitement, à destination des patients infectés par des souches résistant aux thérapies actuelles. Selon la compagnie, le traitement est déjà prescrit à certains malades dans le cadre des essais cliniques. Mais aux critiques qui font déjà jour à propos du prix de Fuzeon, Roche fait valoir que cette tarification, proche de celle qui sera pratiquée lors de la mise sur le marché, " est le reflet de la complexité structurelle de Fuzeon et de son procédé de fabrication, très complexe et nécessitant l'utilisation de technologies de pointe ", selon William M. Burns, président de Roche Pharmaceuticals. Le dirigeant précise que Fuzeon " est l'inhibiteur de fusion dont le développement est le plus avancé, représentant la plus importante avancée thérapeutique depuis 1996, (mise sur le marché des premières antiprotéases, ndlr) ". En effet, la synthèse d'un kilogramme de Fuzeon nécessite 45 kg de matières premières, et comporte plus de 100 étapes réactionnelles. Et pour cause : Fuzeon est un peptide synthétique constitué de 36 acides aminés. Il permet d'empêcher l'entrée des particules virales dans la cellule hôte en se liant à la protéine virale de surface gp41. Pour corser le tout, 420 composants sont inclus dans le kit de traitement, prévu pour un mois, avec entre autres un flacon de Fuzeon, un autre d'eau stérile, et deux seringues à aiguille rétractable, une pour la reconstitution et une pour l'injection. Le Fuzeon sera produit par l'usine américaine de Boulder (Colorado) , dans laquelle 140 M$ ont été investis pour l'occasion, et le groupe a déjà établi un calendrier concernant l'évolution de ses capacités de production, calendrier dévoilé dans un communiqué de la filiale américaine de Roche. La compagnie, qui a annoncé en décembre dernier avoir réalisé avec succès la production d'un premier lot de Fuzeon à l'échelle commerciale, a prévu pour 2003 de produire 2 tonnes de produit, une quantité équivalent à 20 000 kits de traitements par mois (un kit correspond à un mois de traitement). Ce qui permettra de répondre aux besoins d'entre 12 000 à 15 000 patients. Le nombre de patients qui pourront obtenir le traitement est inférieur aux capacités de production, la compagnie devant constituer un stock équivalent à 6 mois de production. En 2004, la capacité de production sera portée à 3,7 tonnes par an, correspondant à la quantité de produit nécessaire pour traiter 32 000 patients pendant un an. En 2005, ce nombre devrait passer à 39 000 patients. En 2005, les ventes de Fuzeon devraient ainsi atteindre environ 750 M$. Par ailleurs, Roche et Trimeris ont dans leur pipeline un successeur au Fuzeon, le T- 1249, inhibiteur de fusion de deuxième génération, en phase I/II des essais cliniques.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles