Nous suivre Industrie Pharma

Médicament/NicOx demande l'ouverture d'une enquête de la COB sur des mouvements de son titre

Sujets relatifs :

,

Le français NicOx a demandé à la Commission des opérations de Bourse (COB) d'ouvrir une enquête " sur les mouvements ayant affecté son titre dans les semaines précédant " la publication de résultats de tests cliniques négatifs sur un médicament analgésique, l'AZD3582, selon la compagnie. Le cours du titre avait été suspendu le 17 février à la demande de l'entreprise, à 9,80 ?, dans l'attente de la publication d'un communiqué diffusé le lendemain avec le britannique AstraZeneca, partenaire du français dans ce développement. Dans ce communiqué, les compagnies ont annoncé que l'AZD3582, inhibiteur de la COX (cyclo- oxygénase) en phase II des essais cliniques évalué en tant que traitement des douleurs chroniques et aiguës, censé limiter les effets secondaires gastro-?sophagiens (ulcères), " a démontré son efficacité mais n'a pas satisfait au critère d'évaluation principal relatif aux ulcères gastro-intestinaux ". NicOx précise que les objectifs secondaires, incluant la protection contre les dommages gastro- intestinaux - comprenant non seulement les ulcères, mais également les érosions - ont été atteints. " Nous nous interrogeons sur le fait que la baisse du titre s'est accélérée dans les semaines qui ont précédé la diffusion du communiqué, alors que nous-même (NicOx) n'avions pas encore été informés par AstraZeneca " du résultat de ces tests, a déclaré un porte-parole de NicOx. Entre le 22 janvier et le 17 février (soit 18 séances de Bourse, ndlr), le titre a chuté de 26,3 %. " Visiblement le matin du 17 février, il y avait un vendeur assez agressif " sur le marché, a ajouté le porte-parole. Les analystes de Global Equities ont estimé dans une note que " c'est surtout NicOx qui devrait très fortement pâtir de l'annonce " de l'échec de ces tests. " Au-delà de la simple déception sur ce produit, c'est l'intégralité du concept de NicOx qui pourrait être remis en cause ", avaient-ils ajouté. Rappelons que la technologie de NicOx consiste à greffer un groupe oxyde nitrique sur des médicaments existants, afin d'en réduire les effets secondaires et/ou d'en améliorer l'efficacité. Par ailleurs, NicOx a demandé à AstraZeneca, chargé de conduire les essais cliniques du produit, de lui fournir l'ensemble des données issues de ces études, afin de les faire analyser par des experts qu'elle aura sélectionnés. AstraZeneca n'avait, selon la compagnie française, fourni qu'une partie de ces données. Les essais de phase II sur l'AZD3582 devraient malgré tout se poursuivre : AstraZeneca et NicOx décideront du devenir de ce produit une fois l'intégralité des données récoltées et analysées.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles