Nous suivre Industrie Pharma

Médicament/Europe : nouveau succès pour Aventis en cancérologie

Sujets relatifs :

,

L'année 2003 débute plutôt bien pour Aventis. Après avoir reçu la semaine dernière un avis positif du comité consultatif de la FDA pour l'homologation du Ketek (Telithromycin) dans le traitement des infections respiratoires, le groupe franco-allemand vient de se voir accorder, par les autorités de santé européennes, une autorisation de mise sur le marché du Taxotere (docetaxel) dans le traitement de première ligne du cancer du poumon non à petites cellules, en combinaison avec le Cisplatine. Cette forme de cancer est la plus répandue aux Etats-Unis. Ce produit, de la classe des taxanes, a représenté en 2001 un chiffre d'affaires annuel dépassant le milliard d'euros (soit 5,6 % des ventes totales du groupe), en hausse de 34 % et voit ainsi ses indications élargies. En effet, le Taxotère était déjà indiqué dans le traitement de première ligne du cancer du sein. Selon les analystes de Merrill Lynch, ce produit pourrait rapporter environ 2 Mrds $ par an à Aventis en 2005. Et cette nouvelle indication ne devrait pas être la dernière. Le groupe devrait déposer, en 2003, à la fois en Europe et aux Etats- Unis, les dossiers de demande d'enregistrement du Taxotere dans le traitement du cancer de l'estomac, de la prostate et en tant qu'adjuvant dans les cancers du sein et de la tête et du cou. Cette annonce intervient alors qu'Igor Landau, président du directoire du groupe, a déclaré au quotidien Le Monde que son groupe privilégierait une croissance organique pour assurer son développement. Le dirigeant n'a pourtant pas exclu de nouveaux rapprochements à terme, y compris avec Sanofi-Synthélabo, si plusieurs critères étaient réunis, a déclaré Igor Landau, précisant que " toutefois, dire que jamais au grand jamais, Aventis ne participera à une fusion dans les cinq ans à venir serait absurde ". Pour Igor Landau, un éventuel rapprochement doit permettre " non pas seulement des économies de coûts " mais " une véritable accélération " du développement et suppose que les deux entreprises puissent " facilement s'entendre culturellement ". Commentant l'évocation récente par Jean-François Dehecq, le président Sanofi-Synthélabo, d'une possible fusion " un jour " avec Aventis, il répond : " Aucune opération de rapprochement ne peut être a priori exclue, à terme, si elle satisfait à ces critères. Si un jour, nous devions nous rapprocher de Sanofi, il faudrait que cette union satisfasse ces exigences ". Une opération qui ne constitue pas une urgence pour Aventis, qui peut " se renforcer aux Etats-Unis sans avoir à fusionner, mais en acquérant par exemple des droits sur des médicaments ", selon Igor Landau. Rappelons que le groupe s'est fixé comme objectif d'enregistrer une croissance des ventes de ses produits stratégiques supérieure à 20 % par an entre 2002 et 2004, et de 11 à 12 % de son chiffre d'affaires global. Le résultat par action devrait quant à lui croître de 25 à 30 % par an jusqu'en 2004. Le groupe s'est également fixé comme objectif, d'ici à 2004, de réaliser 40 % de ses ventes aux Etats-Unis, et de voir ses produits stratégiques représenter 60 % de son chiffre d'affaires.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles