Nous suivre Industrie Pharma

Meda Pharma investit sur son site de Mérignac

À Mérignac, Aurélie Dureuil

Sujets relatifs :

, ,

Le laboratoire suédois concentre toutes ses productions de Betadine dans son usine girondine. Il affiche ainsi sa volonté de développer les marchés d'applications de cet antiseptique.

Le groupe suédois mise sur la Betadine (povidone iodée). Meda Pharma a développé la production de cet antiseptique sur son site de Mérignac et fabrique aujourd'hui des formats unidose. L'usine inaugurée en 1968 s'est dotée de la technologie BFS (Blow-fill-seal) qui permet de former les unidoses, les remplir et les sceller en une unique étape. Le projet démarré en 2012 a été finalisé, l'an passé.

D'un investissement de 2,5 millions d'euros, il s'est inscrit dans une enveloppe globale de 16 millions d'euros injectés sur le site sur trois ans et a permis l'embauche de 12 personnes. Ce nouvel atelier affiche « des capacités annuelles de 25 millions de doses individuelles », selon Bernard Duzet, directeur général de Meda Manufacturing. Il ajoute : « Depuis la création du nouvel atelier de monodoses, l'intégralité de la production de Betadine pour l'Europe a été rapatriée sur le site de Mérignac ».

Le format unidose n'est pourtant pas une nouveauté dans le portefeuille de Meda Pharma. « Nous avions quatre produits Betadine en unidose sur le marché depuis 1996-1997. Ils étaient fabriqués chez un sous-traitant en Allemagne, Holopack », confie Grégory Moses, directeur marketing Betadine de Meda Pharma. Puis, la montée en puissance du produit a conduit Meda à rapatrier cette production en interne. « L'atelier BFS est très complexe. Quand on allume la machine le dimanche soir, elle doit tourner jusqu'au vendredi, en 3x8 », ajoute Bernard Duzet. Il précise qu'un lot de 24 000 litres de Betadine nécessite dix heures de fabrication et seize heures de conditionnement. L'atelier Fabrication pour l'ensemble des productions du site compte deux cuves de 24 000 l, deux cuves de 18 000 l et des cuves allant jusqu'à 5 000 litres. Au sein de l'usine, cinq lignes de répartition et conditionnement sont ensuite dédiées aux différents formats de Betadine. Outre l'unidose, le site produit la Betadine sous forme de gel, de tulles, et de flacons. Meda Pharma possède une licence « auprès de Mundipharma pour la France, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal et la Belgique, ainsi que l'Afrique du Nord et de l'Ouest », précise le directeur du site. L'usine de Mérignac affiche des capacités annuelles de 39 millions d' « unités ventes » de Betadine, c'est-à-dire de flacons, tubes et boîtes d'unidoses. Mais le site ne produit pas uniquement cet antiseptique. Il est dédié aux formes liquides, aux solutions et aux pâteux du groupe suédois. À Mérignac, Meda produit ainsi 48 millions d'unités chaque année. Il est par ailleurs agréé FDA depuis juin 2014. Le site emploie « 230 personnes auxquels s'ajoutent 30 sous-traitants présents en permanence », souligne Bernard Duzet. L'usine de Mérignac est une des 4 implantations de production de Meda Pharma dans le monde. Les autres se situent à Cologne en Allemagne (environ 300 employés), Decatur dans l'Illinois aux États-Unis (environ 100 employés) et Lakewood dans le New Jersey aux États-Unis (environ 70 employés). Le groupe créé en 2000 a enregistré des ventes nettes de 15,35 milliards de couronnes suédoises (SEK, 1,67 Mrd €) en 2014, en croissance de 12 % à taux de change constant par rapport à l'exercice précédent.

BETADINE SE DÉCLINE EN COULEUR ET SOUS DIFFÉRENTES FORMES

« 80 à 85 % des préparations des opérés sont réalisées avec Betadine », indique Grégory Moses, directeur marketing Betadine de Meda Pharma, citant une étude sur la préparation des opérés. Il précise par ailleurs que le marché de Betadine repose aujourd'hui à 60-65 % sur l'utilisation à l'hôpital. Le reste étant réalisé sur le marché de ville. « Aujourd'hui, avec le développement de l'ambulatoire, nous allons devoir mettre à disposition les mêmes produits pour avoir la même gestion de l'antisepsie, tout en ayant moins de frontières entre l'hôpital et la ville », ajoute le directeur marketing Betadine. Le laboratoire suédois poursuit ainsi le développement de sa gamme via des formulations spécifiques. Si les plus connues sont Betadine jaune (solution dermique 10 % pour applications locales) et rouge (savon antiseptique 4 % pour les douches pré-opératoires et le nettoyage des plaies souillées). Meda Pharma propose également la gamme bleue pour les infections vaginales et la gamme verte pour bain de bouche. Spécifiquement pour l'hôpital, la gamme orange concerne Betadine alcoolique 5 % pour « un renforcement de l'efficacité de la désinfection de la peau saine » et la gamme rose pour l'antisepsie pré-opératoire en chirurgie ophtalmique. Outre les différentes couleurs, le fabricant décline ses produits suivant un panel de formulation allant des flacons 250 ml et 500 ml au gel, en passant par les unidoses et les tulles. Une diversification des formulations qui permet de se positionner sur de nouvelles applications et porter la croissance d'un produit sur le marché depuis 1970 en France. Si Grégory Moses ne dévoile pas le chiffre d'affaires de Betadine, il indique ainsi « une croissance de 2 à 3 % par an » pour ce produit.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Dans un avis publié le 28 février 2019, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) recommande de ne plus utiliser les produits à base d'argile comme le Smecta (diosmeticte) chez les[…]

11/03/2019 | PanoramaPanorama
Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Plus d'articles