Nous suivre Industrie Pharma

Meca-Inox investit en France dans un nouveau site à Gisors

La société a emménagé à Gisors, afin de se développer sur des marchés comme l'industrie pharmaceutique. La construction et l'équipement de ces locaux représentent un investissement de 4 millions d'euros.

La société spécialisée dans la robinetterie industrielle à tournant sphérique se donne plus d'espace pour « suivre la progression de l'activité », souligne Hugues Beurel, p-dg de Meca-Inox. L'entreprise française a enregistré, ces dernières années, une croissance organique qui lui a permis de porter son chiffre d'affaires de 12,9 millions d'euros en 2010 à 17,7 M€ en 2014. Meca-Inox qui compte 131 salariés se trouvait ainsi à l'étroit sur son site historique de Coudray-Saint-Germer dans l'Oise. Jeudi 2 avril, la société a donc inauguré son nouveau site de Gisors, à une quinzaine de kilomètres de l'ancien. Un investissement de 4 M€ qui lui permet de doubler la surface d'activité (passant de 2 500 m2 à 5 000 m2). Si le déménagement n'a pas fait l'objet d'embauches spécifiques, le dirigeant précise : « nous sommes en perpétuelle embauche depuis quatre à cinq ans, particulièrement dans les domaines techniques, support, R&D, qualité... ». Le déménagement répond par ailleurs « à un projet d'aller de plus en plus sur des marchés exigeants à certifications. Nous voulions avoir un site qui réponde à ce niveau d'exigence. J'ai alors préféré partir d'une feuille blanche pour redessiner les flux d'organisation, les process... », indique le dirigeant.

Avec cette nouvelle implantation à Gisors, Meca-Inox se rapproche « d'une vraie zone industrielle, avec un meilleur accès logistique, du haut débit, etc. », ajoute Hugues Beurel. L'entreprise se dote également d'une zone d'assemblage « propre » pour répondre aux contraintes des marchés de l'industrie pharmaceutique, des gaz industriels et du nucléaire. Meca-Inox augmente sa capacité annuelle de production de 100 000 vannes à 150 000 vannes. « Ces capacités concernent notre offre catalogue. Mais ce qui porte notre croissance, c'est une offre plus récente qui vise à développer des vannes avec des fonctionnalités supplémentaires dans le cadre de réponses à des cahiers des charges très spécifiques », détaille le dirigeant. La nouvelle usine compte ainsi une salle de prototypage, des zones de réception dédiées aux organismes de certification et aux clients.

Le déménagement en France va permettre de suivre la croissance de la société, qui se développe notamment à l'export. « 2014 est la première année où nous réalisons à l'export 50 % de notre chiffre d'affaires en partant de la France (ndlr, CA France 13,5 M€). Avec nos filiales en Chine et au Maroc, nous atteignons plus de 65 % ( ndlr, du chiffre d'affaires total) », se félicite Hugues Beurel. À partir de la France, Meca-Inox vise les pays d'Europe et la Russie, et a connu un fort développement en Europe de l'Est. « Nous servons aussi les Amériques. Pour le moment, le chiffre d'affaires est faible, mais nous avons un potentiel de développement important », souligne le p-dg. Meca-Inox compte également une filiale au Maroc qui devrait lui servir de base pour se développer en Afrique francophone. La société française est aussi présente en Chine depuis 10 ans, à travers une filiale commerciale et industrielle. Pour cette filiale, « nous réalisons 50 % de notre chiffre d'affaires en Chine et le reste en Asie du Sud-Est », précise Hugues Beurel. En termes de domaines d'expertise, la société mise également sur de nouveaux marchés. « Nous avons démarré en 2012, un nouveau plan stratégique, avec un focus sur une clientèle sur des marchés de niche et un travail avec les intégrateurs qui veulent utiliser nos vannes avec des fonctionnalités supplémentaires », souligne le p-dg. De son côté, l'industrie pharmaceutique représente environ 10 % du chiffre d'affaires de Meca-Inox et s'affiche « plutôt en retrait », indique le dirigeant. « C'est un marché qui pesait 20-25 % de notre chiffre d'affaires, il y a quelques années », note Hugues Beurel qui tempère : « mais notre chiffre d'affaires augmente aussi ». Sur le marché de l'industrie pharmaceutique, « des surcapacités en Europe font que l'on n'a pas une dynamique forte dans ce domaine. Les entreprises sont plutôt en train de rationaliser leurs achats. Par contre, nous sommes sollicités sur des applications très spécifiques. Des efforts sont faits sur des problèmes de compatibilité de matériaux, etc. », observe-t-il. La société qui est spécialisée dans les vannes à tournant sphérique intervient généralement dans le domaine des utilités. Elle est néanmoins sollicitée sur des « applications très pointues. Sur la compatibilité des matériaux, nous préparons des plaquettes sur les différents matériaux... », indique Hugues Beurel.

Il constate ainsi une demande européenne, tournée vers « l'explication, la standardisation et la recherche d'optimisation de coûts ». Des attentes très différentes de celle de l'Asie. « En Chine, par exemple, on fait ce qu'on faisait en Europe il y a 20 ans. Ils ont des problèmes de base et sont contents de trouver des fabricants européens implantés en Asie pour respecter des normes particulières. Nous voyons bien deux niveaux de maturité : en Asie, une offre standard, et en Europe, une offre spécifique », observe le dirigeant. La société s'est ainsi dotée d'un nouveau site pour répondre à ces demandes européennes et baser sa stratégie à l'export.

Hugues Beurel qui indique travailler sur son nouveau plan stratégique à 5 ans, ambitionne de dépasser les 25 M€ de chiffre d'affaires à cet horizon, « avec une vraie compétence technologique, en étant un référent européen de la technologie du robinet à tournant sphérique, et une forte présence commerciale ».

MECA-INOX EN BREF

Création : 1955 Effectifs : 131 personnes fin 2014 Chiffre d'affaires : 17,7 M€ en 2014 (pharma et cosmétique 8 %, agro-industrie 28 %, gaz industriels 12 %, LNG 14 % et chimie 30 %) Implantations : Gisors et Dalian en Chine Présence internationale : une filiale en Chine, une filiale au Maroc

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Transformation digitale : Des solutions qui s'imposent

Transformation digitale : Des solutions qui s'imposent

Avec le confinement et le développement du travail à distance, la transformation numérique de l'industrie n'a jamais paru aussi pertinente. Et si la crise liée au Covid-19 accélérait[…]

La pharma se dévoile en chiffres clés

La pharma se dévoile en chiffres clés

Données : « Prioriser le retour sur investissement »

Données : « Prioriser le retour sur investissement »

La crise bouscule les habitudes

La crise bouscule les habitudes

Plus d'articles