Nous suivre Industrie Pharma

Marketing : Ipsen cède la commercialisation de Tenstasten en France à Recordati

Sujets relatifs :

,
Ipsen vient de confier à Recordati les droits exclusifs de commercialisation de Tenstaten (ciclétanine) sur le marché français, pour un montant de 18 M€. Développé par le laboratoire français, ce diurétique est indiqué dans le traitement de l'hypertension artérielle et a réalisé l'an dernier dans l'Hexagone un chiffre d'affaires de 12 M€, avec une tendance à la décroissance. Ipsen approvisionnera en Tenstaten Bouchara Recordati, la filiale française du laboratoire italien, qui le commercialisera pour une durée initiale de 7 ans. Ipsen assurera également à Bouchara Recordati la prestation de divers services au cours de la période de lancement. Selon Giovanni Recordati, président du laboratoire transalpin, « cet accord nous permet d'élargir notre offre dans le traitement de l'hypertension artérielle en France, où notre lercanidipine, inhibiteur des canaux calciques, a atteint une part de marché d'environ 17 % ». Ce médicament a réalisé au premier semestre 2005 un chiffre d'affaires de 14,2 M€ dans l'Hexagone, en hausse de 30,7 %. L'acquisition de licences de commercialisation de produits est l'un des trois axes stratégiques du groupe, avec le développement de produits innovants dans les domaines cardiovasculaires et de l'urologie et surtout l'extension de sa présence géographique en Europe. Recordati réalise actuellement 22 % de son chiffre d'affaires pharmaceutique en France (60,8 M€ au premier semestre 2005, en hausse de 22,5 %), qui représente ainsi son deuxième plus important marché derrière l'Italie (42 %) et devant l'Allemagne (10 %) et l'Espagne (7 %). Il a déjà fait son entrée début septembre sur le marché grec, avec pour objectif d'y réaliser à terme un chiffre d'affaires annuel de 10 M€. Ainsi qu'au Royaume-Uni, où il a créé une filiale et repris les droits du lercanidipine en juin dernier. Pour sa part, Jean-Luc Bélingard, président du groupe Ipsen, a estimé que cette opération permettrait d'améliorer le potentiel de croissance de ce médicament, tout en s'intégrant dans la stratégie de « gestion active du portefeuille de produits de médecine générale » du groupe. Une stratégie qui s'était déjà traduite la semaine passée par la cession d'une partie des médicaments de la filiale espagnole d'Ipsen au laboratoire local Faes Pharma (CPH n°315).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles