Nous suivre Industrie Pharma

Marcy l'Étoile, site de référence pour la production du nouvel Hexyon

Le site lyonnais a été retenu pour la production du nouveau vaccin Hexyon qui protège les nourrissons contre six maladies infectieuses graves. Sa fabrication, longue et complexe, nécessite pas moins de 49 étapes différentes.

C'est à Marcy l'Étoile, dans la banlieue de Lyon, que Sanofi Pasteur a choisi de produire son nouveau vaccin hexavalent Hexyon. Après avoir bénéficié d'une AMM européenne en avril 2013, il a été lancé sur le marché français au mois de mai de cette année. Il permet de concurrencer l'Infanrix hexa de GlaxoSmithKline qui était jusqu'à présent le seul en France à proposer une couverture vaccinale aussi large. Une concurrence qui représente en fait une chance pour les personnels de santé et les patients qui ont pu connaître des ruptures d'approvisionnement, ces derniers mois.

La particularité d'Hexyon, c'est sa présentation sous forme d'une suspension injectable unique en seringue préremplie. Infanrix hexa est aussi proposé sous la forme d'une suspension en seringue préremplie mais pour seulement 5 maladies. Un des antigènes (Haemophilius influenzae) reste fourni sous forme lyophilisée dans un flacon séparé. Pour le personnel soignant, la préparation d'Hexyon est presque 2 fois plus rapide et le nombre d'erreurs de manipulations se trouve réduit d'un facteur quatre. Néanmoins, ces deux vaccins hexavalents protègent de la même façon les nourrissons contre six maladies infectieuses graves : la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les infections à Haemophilius influenzae et l'hépatite B. La protection contre l'hépatite B dès le plus jeune âge constitue une nouveauté par rapport à la génération précédente de vaccins pentavalents.

En termes de production, la protection contre ces six maladies nécessite la combinaison de 9 principes actifs ou antigènes (par exemple, la protection contre la polio nécessite à elle seule 3 antigènes). Un vrai casse-tête qui demande jusqu'à 3 ans de production, car 70 % du temps est lié au contrôle qualité. « Les vaccins combinés pédiatriques font l'objet de contrôle qualité additionnels à chaque étape de fabrication, rendant leur temps de fabrication très long et quasiment incompressible », note Philippe Juvin, pharmacien responsable pour Sanofi Pasteur. Il ajoute que le site de Marcy fait l'objet de 90 jours d'inspection par an par des autorités de santé françaises et internationales qui cherchent à s'assurer du bon respect de la réglementation.

 

Une production longue et complexe

 

Dans le détail, le processus démarre par la production séparée des antigènes. Les antigènes de 5 maladies sont produits à Marcy. En revanche, celui de l'hépatite B vient du site Sanofi Pasteur de Pilar, en Argentine. Car si Marcy l'Étoile reste le plus important site de production de Sanofi Pasteur avec ses 90 bâtiments répartis sur 40 hectares, employant 3 740 personnes, la filiale de Sanofi est aussi installée en France à Val de Reuil (production de vaccins contre la grippe, mise en forme pharmaceutique et logistique) et Neuville/sur/Saône (production du vaccins contre la dengue), ainsi qu'en Amérique du Nord, au Mexique en Asie... Une fois les antigènes préparés, soit à partir de bactéries, soit à partir de virus inactivés, vient une étape de formulation où ces principes actifs sont mélangés à d'autres ingrédients afin d'optimiser leur réponse immunitaire et d'assurer la stabilité du mélange. Cette étape est suivie par la phase de remplissage où le vaccin est versé dans une séringue pré-remplie, avant d'être conditionné. Vient alors l'étape de mirage ; 100 % des seringues sont inspectées. À Marcy, les seringues préremplies sont inspectées par une station de mirage de l'Italien Brevetti, installée en 2007 sur le site, et capable de contrôler 18 000 seringues par heure (fêlure du verre, défaut de remplissage ou mauvais sertissage...). L'oeil humain, qui ne tiendrait pas de telles cadences, continue néanmoins de valider ce qui est réalisé par les machines.

 

La chaîne du froid à respecter

 

Au bilan, la préparation d'Hexyon nécessite l'usage de 141 matières premières différentes. Toutes n'entrent pas dans la composition du vaccin. Elles peuvent servir, par exemple, à la fabrication de milieux de cultures pour la fermentation de bactéries ou la culture de virus sur cellules vivantes, deux voies différentes d'accès aux antigènes selon que la maladie à combattre est d'origine bactérienne ou virale. De ce fait, la fabrication nécessite 49 étapes, avec la réalisation de 1 265 contrôles selon 222 méthodes analytiques. Et rien que sur le site de Marcy, le produit circule dans 10 bâtiments différents. En sortie de production, les vaccins disposent d'une durée de validité de l'ordre de 24 mois, à condition qu'ils soient transportés et conservés dans une fourchette de température sde +1 à +8 °C, dans le respect de la chaîne du froid.

À l'aube de son centième anniversaire, qu'il fêtera en 2017, Marcy l'Étoile reste un site clé dans le dispositif de production de Sanofi Pasteur. Preuve en est, en 10 ans, le site aura bénéficié de plus de 900 millions d'euros d'investissements pour soutenir la production d'antigènes clés et de 12 des 21 vaccins du portefeuille de Sanofi Pasteur, représentant quelque 100 millions de seringues et flacons mis en forme chaque année.

 

Le site aura bénéficié de plus de 900 millions d'investissements pour soutenir la production d'antigènes clés et de 12 vaccins du portefeuille de Sanofi Pasteur.

 

QUEL CALENDRIER VACCINAL POUR HEXYON ?

Les nourrissons doivent être vaccinés dès l'âge de deux mois car ils sont exposés très tôt à des maladies infectieuses qui, comme la coqueluche, peuvent provoquer chez eux des conséquences beaucoup plus graves que chez des sujets plus âgés. Dans le cas de l'hépatite B, la vaccination du nourrisson a pour objectif de le protéger contre le risque infectieux auquel il sera exposé à partir de l'adolescence. En France, le schéma vaccinal recommandé pour l'utilisation d'Hexyon est de 2 injections de 0,5 ml à 2 mois (8 semaines) et 4 mois en primovaccination, suivies d'une injection de rappel à 11 mois. Ce calendrier vaccinal propre à la France qui n'est pas harmonisé au niveau européen est élaboré chaque année par le ministère de la Santé, à la suite d'avis et de recommandations du Haut Conseil de la santé publique.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Roche investit dans la thérapie génique avec le rachat de Spark Therapeutics pour 4,3 Mrds $

Roche investit dans la thérapie génique avec le rachat de Spark Therapeutics pour 4,3 Mrds $

Le géant suisse annonçait le 25 février, la conclusion d'un accord de fusion définitif dans le but d'acquérir pleinement l'américain Spark Therapeutics. Cet accord vient confirmer le[…]

08/03/2019 | RocheBioproduction
Un réactif de transfection GMP

Un réactif de transfection GMP

Bristol-Myers Squibb va acquérir Celgene pour 74 Mrds $

Bristol-Myers Squibb va acquérir Celgene pour 74 Mrds $

Bioproduction : L'écosystème s'organise

Bioproduction : L'écosystème s'organise

Plus d'articles