Nous suivre Industrie Pharma

abonné

Macron en visite chez Seqens pour promouvoir la relocalisation de principes actifs

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,
Macron en visite chez Seqens pour promouvoir la relocalisation de principes actifs

© Sylvain Renard

Le président de la République a inauguré une nouvelle unité de production de HPAPI, d’un montant de 30 millions d’euros, sur le site de Villeneuve-la-Garenne (92) de Seqens. Elle produira l’œstrogène estétrol pour le compte du laboratoire belge Mithra.

Consécration pour le site de production de chimie fine pharmaceutique de Villeneuve-la-Garenne (92) du groupe Seqens. Le Président Emmanuel Macron et son ministre de l’Économie, des Finances et de la relance, Bruno Lemaire, sont venus inaugurer, le vendredi 28 août, le dernier investissement mis en œuvre sur place, aboutissement du projet UPP30.

Il s’agit d’une unité de production de principes actifs hautement actifs high potent ou HPAPI, d’un montant de 30 millions d’euros, installée dans l’atelier Pharma 2.

Un investissement pour le compte de Mithra

Elle produira dans un premier temps l’œstrogène estétrol pour le compte du laboratoire pharmaceutique belge Mithra, principe actif de sa pilule Estelle, encore en phase III, mais qui devrait recevoir son AMM l’année prochaine.

Cette nouvelle unité, dont la capacité de production est annoncée entre 10 et 12 tonnes par an, est pour partie construite en salle propre afin de réduire l’exposition potentielle des opérateurs à une VLE de 0,1 microgramme/m3. Certaines opérations unitaires sont même proposées sous isolateurs, en particulier l’étape initiale de manipulation de la matière première, l’estrone. Au total, l’ensemble de l’installation est calibré pour permettre la fabrication du principe actif en batch, en seulement huit étapes de synthèse.

Une performance qui est à mettre à l’actif de Seqens qui, à travers la société PCAS qu’il a rachetée en 2017, travaille depuis 2011 sur la mise au point d’un procédé de production performant en un minimum d’étapes. D’ailleurs, dans la continuité de ce partenariat, François Fornieri, président de Mithra, n’a pas hésité à miser sur une production française en banlieue parisienne pour son estétrol, alors que la matière première (estrone) vient de Chine.

Si Villeneuve-la-Garenne doit rester son site principal, Mithra installera forcément une production back up, mais toujours pas en Asie. Sans doute en Europe de l’Est ou en Amérique du Sud, confie le président de Mithra. À l’avenir, les besoins en estétrol pourraient être conséquents et grimper jusqu’à 30 t/an voire 100 t/an, si le succès de la pilule Estelle est bien au rendez-vous.

En attendant, l’unité en est au stade de la qualification de ses installations, avec bientôt la préparation de trois lots de validation, pour s’assurer de la robustesse du procédé. La campagne commerciale démarrera véritablement l’année prochaine.

Un des plus anciens sites de principes actifs au monde

Fondé en 1893 pour produire des[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Nexelis perce dans l'analyse des vaccins

Sous-traitance analytique

Nexelis perce dans l'analyse des vaccins

Issue de GSK Vaccines et après plusieurs acquisitions, la CRO québécoise Nexelis, spécialisée en immunologie, se fait depuis trois ans une place de choix sur le marché de la sous-traitance analytique, au[…]

Entretien avec le groupe Benta Pharma : « La reprise de Famar Lyon est un projet industriel »

Entretien avec le groupe Benta Pharma : « La reprise de Famar Lyon est un projet industriel »

Façonnage : « Un secteur très dynamique et à forte valeur ajoutée »

Façonnage : « Un secteur très dynamique et à forte valeur ajoutée »

Inauguration virtuelle pour un futur centre d’innovation texan de Fujifilm Diosynth

Inauguration virtuelle pour un futur centre d’innovation texan de Fujifilm Diosynth

Plus d'articles