Nous suivre Industrie Pharma

Lonza à l'assaut de Patheon

Julien Cottineau
C'est « La » surprise pharma de l'été. En lançant une offre de 460 millions de dollars (323 M€) sur le Canadien Patheon, un des leaders du façonnage mondial, le Suisse Lonza marque les esprits.
C'est « La » surprise pharma de l'été. En lançant une offre de 460 millions de dollars (323 M€) sur le Canadien Patheon, un des leaders du façonnage mondial, le Suisse Lonza marque les esprits. Mettre la main sur un façonnier pur jus lui permettrait de se positionner sur l'intégralité de la chaîne de production pharmaceutique et biopharmaceutique. Pour un groupe qui a commencé dans les engrais (carbure de calcium, acétylène), il y a 112 ans, le chemin parcouru est impressionnant. De son héritage de groupe de spécialités, Lonza n'aura gardé que certains additifs, notamment alimentaires, activité commencée en 1956. Avant de parier sur les biotechnologies et sur la production d'ingrédients pour la pharmacie et l'agrochimie au début des années 1980. À coups de croissance interne, d'acquisitions, et de désinvestissements ciblés, Lonza a depuis confirmé son virage vers les sciences du vivant. Ces trente dernières années, il est devenu un spécialiste des ingrédients nutritionnels et du contrôle microbien (41 % de son chiffre d'affaires), un leader de la production à façon d'intermédiaires et d'ingrédients pharmaceutiques actifs (API) et un spécialiste de la bioproduction (52 % de ses activités), ainsi qu'un fer de lance des services et outils pour la R&D en biologie cellulaire. On pouvait presque penser que deux cordes manquaient à son arc en pharmacie. D'un côté, les biosimilaires. Mais en janvier dernier, Lonza s'est allié avec Teva pour une future coentreprise dans le secteur. De l'autre côté, restait la production de médicaments. Cette décision surprend, à l'heure où le plus grand relais de croissance des acteurs de la chimie fine semble être la bioproduction. Pourtant, Stefan Borgas, « Lonza veut acquérir les activités complémentaires de formulation et de production de médicaments » le p-dg, explique que « depuis deux ou trois ans, nous avons perçu l'intérêt de certains à nous voir offrir l'ensemble de la chaîne de production. Cela a été le déclic ». Avec Patheon, Lonza pense ainsi acquérir « les activités complémentaires de formulation et de production de médicaments à base de petites molécules et d'ingrédients biologiques actifs », ajoute Stefan Borgas. Car Patheon dispose d'un solide bagage : 717 M$ de chiffre d'affaires l'an dernier, plus de 4 000 employés, un portefeuille de 600 produits, 300 clients, et un réseau de dix usines de production en Amérique du Nord et en Europe. Dont une en France, à Bourgoin-Jailleu (Isère). L'intérêt d'une alliance serait aussi géographique car « ils n'ont rien en Asie », résume Stefan Borgas. De Singapour à la Chine, Lonza n'a pas manqué de s'installer au coeur de la stratégique région Pacifique. Pour autant, l'opération est loin d'être faite. Lonza offre 3,55 $ par action pour le total ou au moins 67 % du capital de Patheon. Le groupe a signé un accord d'exclusivité de négociation jusqu'au 30 septembre avec le Comité indépendant des directeurs de Patheon pour analyser tous les avenants et aboutissants d'une fusion. Sauf que Patheon est aux mains du fonds d'investissement américain JLL Partners. Un fonds qui l'a sauvé de la faillite en 2007, et qui est progressivement monté jusqu'à 57 % du capital ces derniers jours. Or, d'un côté, Patheon s'inquiète de cette main-mise sur son avenir, même si JLL a toujours promis de ne pas interférer avec son indépendance dans la gestion de ses activités. De l'autre, JLL n'entend pas céder Patheon ni même relever son offre de 2 $ par action pour le reste du capital. De fait, il a rejeté l'offre de Lonza. De quoi envisager un réel bras de fer ces prochaines semaines.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Johnson & Johnson lance son essai de phase III

Covid-19 : Johnson & Johnson lance son essai de phase III

Le laboratoire espère une approbation au début de l'année 2021.   Le numéro 1 mondial a annoncé le lancement de l’étude pivot de phase III du JNJ-78436735, son candidat-vaccin contre le[…]

Covid-19 : Résultats positifs pour l'Avigan de Fujifilm

Covid-19 : Résultats positifs pour l'Avigan de Fujifilm

Roche met la main sur Inflazome

Roche met la main sur Inflazome

Thermo Fisher investit 140 M$ étendre sa production

Thermo Fisher investit 140 M$ étendre sa production