Nous suivre Industrie Pharma

Litige:Utilisation frauduleuse d'une technologie de dépistage de Nogdan

Sujets relatifs :

,
Le scandale pourrait exposer plusieurs centaines de laboratoires pharmaceutiques à des indemnités importantes.
Le scandale pourrait exposer plusieurs centaines de laboratoires pharmaceutiques à des indemnités importantes. Roland Taieb, directeur marketing de la société de biotechnologie israélienne Nogdan Immunochemical Products, revendique être l'unique propriétaire des droits de distribution et de négociation d'un brevet relatif à une technologie. Il s'agit d'un gel de fibres de verre utilisé pour la production d'anticorps, breveté en février 1994. Un accord que les inventeurs du brevet, le Professeur Igor Zusman (University of Rehovot) et le Docteur Rivka Zusman, cherchent à rompre. Le brevet, datant de 1993, est enregistré en Israël et aux États-Unis. La technologie a la capacité d'isoler spécifiquement certaines protéines en quantité un million de fois supérieure à celles des autres technologies existantes. Permettant ainsi d'obtenir des anticorps en quelques heures contrairement aux méthodes actuelles qui nécessitent six à quatorze mois. Cette technologie permet aussi de détecter les cellules précancéreuses et les tumeurs bénignes ou malignes. « Près d'un millier de documents et 72 publications internationales attestent de l'efficacité de cette découverte », déclare M. Taieb. Plusieurs grands groupes pharmaceutiques auraient profité illégalement de ce brevet et ainsi généré des milliards de dollars de profit. À l'insu de M. Taieb, en septembre 1995, Howard Greene de Biosite, un fournisseur de dispositifs médicaux, et Yair Greene, avocat-conseil des inventeurs, ont signé des accords avec des groupes tels que Novartis, IDM, Merck and Co., Elan, Pharmacia, Searle GD, Monsanto, Human Genome Sciences, pour l'utilisation de cette technologie (telle quelle ou modifiée par leurs soins) permettant de déclencher une réponse immunitaire spécifique d'un antigène. Les litiges et les désaccords, qui ont éclaté entre les partenaires de Nogdan, ont entraîné des procédures judiciaires ardues et ont bloqué l'exploitation du brevet. Les partenaires continuent de défier les décisions des tribunaux et refusent de collaborer avec Roland Taieb. Malgré les jugements, la société Biosite avait poursuivi l'utilisation de la technologie de Nogdan et signé des centaines d'accords pour sa commercialisation. Une dizaine de produits est aujourd'hui commercialisée. Ils sont supposés générer des revenus de l'ordre de plusieurs centaines de milliards de dollars dans les dix prochaines années. En parallèle, Howard Greene et la société pharmaceutique américaine Epimmune ont renommé la technologie volée sous le nom Padre et ont signé des accords avec plusieurs groupes pharmaceutiques. J.B.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles