Nous suivre Industrie Pharma

LGR Emballages inaugure son site espagnol

LGR Emballages inaugure  son site espagnol

LGR POLICOLOR A INVESTI DANS UNE LIGNE D'IMPRESSION OFFSET 6 COULEURS.

© © LGR Emballages

Le groupe français a installé sa filiale espagnole dans de nouveaux locaux. L'occasion de plus que doubler ses capacités de production et d'envisager de possibles augmentations en 2012.

Le déménagement est terminé. La filiale espagnole de LGR Emballages a inauguré son site de Barberà del Vallès près de Barcelone qui lui permet de multiplier par 2,6 la surface par rapport au précédent site de l'Hospitalet-de-Llobregat. « Cette inauguration marque une étape importante pour Policolor et LGR », s'est félicité Bernard Reine, président du groupe français. Le site qui emploie 42 personnes produit des conditionnements secondaires pour les médicaments et se positionne au 3e rang sur le marché espagnol de l'étui pharmaceutique. Au total, LGR Emballages a investi environ 6 millions d'euros, comme le confie Xavier Matas Tardiu, directeur général de LGR Policolor et fils du fondateur de la société acquise en 2003 par le groupe français. Le déménagement dans des bâtiments que Policolor a acquis s'est accompagné de l'achat d'une machine d'impression offset 6 couleurs et de divers équipements.

Aujourd'hui, les feuilles de carton sont stockées dans une des deux zones de stockage. « Nous recevons le carton sous forme de feuilles. Nous les commandons auprès de fournisseurs européens », détaille Jacqueline Rebours, responsable Grands comptes de LGR Emballages. Les grammages de feuilles varient entre 230 et 350 g. Chaque jour, 10 à 20 tonnes de feuilles sont consommées, selon Philippe Ravoire, directeur Marketing et commercial et membre du directoire de LGR Emballages. La première étape du process consiste à préparer les plaques d'impression. Chaque jour, 45 à 50 plaques sont fabriquées. Le site reçoit les fichiers numériques pour chaque étui. Après la vérification de la préparation du fichier au bon format, un opérateur effectue le transfert sur le « computer to plate ». Une plaque en aluminium par couleur est fabriquée. Une première étape consiste à effectuer une gravure laser avant de révéler la plaque. C'est à cette étape que l'étui doit être défini et toutes les données inscrites positionnées. « Nous sommes très souvent sollicités pour l'ajout d'outils contre la contrefaçon », note Jacqueline Rebours. Pour cette étape, la société a fait le choix de ne pas stocker les plaques mais d'en fabriquer de nouvelles à chaque commande. « Il est difficile de conserver une plaque sans qu'elle ne s'altère », indique la responsable Grands comptes. Une fois les plaques prêtes, elles sont installées sur la ligne d'impression. Les feuilles sont ensuite introduites et l'impression débute. Ce poste a fait l'objet d'un investissement important car la filiale de LGR s'est dotée d'une ligne d'impression offset 6 couleurs, Rapida 106 de KBA. Cette machine affiche une cadence de 10 à 12 000 feuilles par heure, sachant qu'une imposition contient en moyenne une vingtaine d'étuis. Cette acquisition correspond à un choix fait par le groupe français. « Pour les produits prescrits, en moyenne quatre couleurs sont utilisées. Pour les produits déremboursés et l'OTC, les finitions sont plus élaborées pour se démarquer des autres produits. Cette machine 6 couleurs nous offre un avantage de productivité, nous pouvons optimiser les runs de fabrication », souligne Jacqueline Rebours. Une fois imprimées, les feuilles sont dirigées vers une des deux lignes de découpe. Il s'agit de deux machines BOBST 103ER avec des cadences de 7 000 découpes par heure. Ces lignes permettent de découper l'étui, marquer le type d'étui et le braille. L'outillage spécifique à chaque format est réutilisé. Entre chaque étui, les zones de déchets sont éjectées puis retraitées et recyclées. Le site espagnol a bénéficié de son appartenance au groupe pour augmenter ses capacités de découpe. En effet, la deuxième machine de découpe installée à Barberà del Vallès correspond à un transfert depuis un autre site du groupe. Les étuis sont ensuite introduits dans une des trois machines BOBST Media 68 pour les opérations de collage avant d'être conditionnés à plat dans des cartons. Sur ces machines avec des cadences de 85 000 boîtes par jour, un contrôle visuel des codes est effectué. Après le filmage des cartons, la commande est entreposée dans la deuxième zone de stockage. Les équipes du contrôle qualité interviennent pour une vérification « principalement visuelle » de l'étui et pour le contrôle du dossier de production qui regroupe toutes les données sur chaque étape, indique Jacqueline Rebours. Avec ces nouvelles installations, le site espagnol de LGR affiche désormais une capacité de 350 millions d'étuis par an. Et l'usine compte des possibilités d'augmentation de capacités. Une deuxième ligne d'impression est déjà envisagée. Comme l'indique Philippe Ravoire, « nous pourrons doubler les capacités dès que possible. Être présent en Espagne est important dans notre volonté de nous développer sur le marché pharmaceutique ». Le groupe, qui investit 10 à 15 % de son chiffre d'affaires chaque année, a également opéré récemment le déménagement de son site d'Orléans et va augmenter les capacités de son site D'Illiers-Combray. Sur ce dernier site, le groupe va se doter d'une coupeuse au format afin de pouvoir recevoir le carton sous forme de bobines. « Cet investissement nous offre une plus grande souplesse de production. Nous pouvons couper au format les feuilles pour l'impression. Cela simplifie la logistique. Et cela nous permet de nous intéresser aux fournisseurs à l'international », indique Philippe Ravoire. LGR Emballages est présent en France, en Espagne et en Belgique où il vient d'acquérir Goldprint. Fondée en 1975, cette société est spécialisée dans la production d'étuis pliants et de notices pharmaceutiques. Goldprint affiche un chiffre d'affaires de 11 millions d'euros. Cette opération permet à LGR Emballages de se doter d'un deuxième site en Belgique. Le groupe emploie désormais 720 personnes. Il réalise un chiffre d'affaires de 130 M€ dont 90 M€ pour la pharmacie. LGR Emballages « explore par ailleurs de nouveaux horizons » selon Philippe Ravoire qui avoue « regarder d'autres marchés de l'Europe de l'Ouest. Nous sommes un des principaux acteurs mais nous ne sommes pas partout ». Aujourd'hui, le groupe se targue d'être n°1 en France et en Belgique sur le marché des étuis pharmaceutiques. Avec 21 lignes d'impression, le groupe affiche une production annuelle de 2,4 milliards d'étuis.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Transformation digitale : Des solutions qui s'imposent

Transformation digitale : Des solutions qui s'imposent

Avec le confinement et le développement du travail à distance, la transformation numérique de l'industrie n'a jamais paru aussi pertinente. Et si la crise liée au Covid-19 accélérait[…]

La pharma se dévoile en chiffres clés

La pharma se dévoile en chiffres clés

La crise bouscule les habitudes

La crise bouscule les habitudes

Données : « Prioriser le retour sur investissement »

Données : « Prioriser le retour sur investissement »

Plus d'articles