Nous suivre Industrie Pharma

Patrick Hibon de Frohen : Les médicaments sont-ils trop chers ?

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

La chronique de Patrick Hibon de Frohen.

Avec des slogans chocs, Médecins du Monde est à nouveau et récemment monté au front dans la PQR*, pour « dénoncer le prix élevé des médicaments ». Campagne destinée à mobiliser l'opinion publique, bien sûr, le tout avec des arguties d'une démagogie certaine, en l'absence de pédagogie pourtant nécessaire quand on s'adresse à cette opinion et basée sur une idéologie dogmatique coutumière de certains courants « qui s'autorisent à penser» ! Car de quels médicaments parle-t-on ? Essentiellement de ceux qui relèvent de thérapies innovantes, récentes et issues des biotechnologies - et donc d'une R&D coûteuse - et fabriqués en nombre encore restreint. Campagne qui omet de dire que c'est le Comité économique des produits de santé qui fixe le prix de ces médicaments (après « avis de la Commission dite de transparence », tout un programme !) - et non l'industriel lui-même - et qui assortit parfois une mise sur le marché de mesures visant à exclure une partie des patients, en réservant le remboursement aux cas les plus graves. Campagne qui affirme, sans fournir des éléments contradictoires et fondés, que ces coûts ne sont pas justifiés et ne servent en fait qu'à donner un « blanc-seing aux industriels du médicament », et que les prix ne sont plus fixés sur les coûts réels de R&D, de production, etc., mais uniquement sur « la marge maximale attendue » (par l'industriel, bien sûr !). Médecins du monde propose même que le législateur revienne sur la notion de brevet, et donc surseoir, au moins pour un temps (mais lequel ?), à une position de « domination » et donc à la propriété intellectuelle d'un médicament, ce qui est pourtant la base même du brevet !

Je voudrais ici rappeler quelques faits un peu oubliés. La France était, au début des années 70, le deuxième découvreur mondial de médicaments. Nous sommes passés au 7e rang mondial en 1995 et au 14e actuellement. Jusqu'en 2013, la France était le premier producteur et exportateur européen, nous sommes en passe d'être le quatrième. Il ne reste plus qu'une petite dizaine de laboratoires du top 100 mondial, à capitaux essentiellement français. Selon une étude de Roland Berger publiée l'année dernière, sur les 130 molécules autorisées en Europe entre 2012 et 2014, 8 étaient produites en France, contre 32 en Allemagne, 28 au Royaume-Uni et 13 en Italie. Après avoir jeté l'opprobre sur SERVIER, voilà que l'on s'attaque à SANOFI. Non, je ne rentrerai pas dans l'absurdité de croire à la théorie du complot, mais bien plutôt à celle d'idéologues et d'incompétents notoires qui, sans se rendre compte, casse depuis plusieurs décennies notre industrie pharmaceutique nationale, et par là-même, notre système de santé. Il est encore temps d'en prendre conscience, mais pour cela, il faut du courage, de la clairvoyance et une volonté politique pour que notre industrie pharmaceutique retrouve sa juste place. Les « échéances » de 2017 nous diront si tel est le cas.... !

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

CEPS-Leem : Un accord-cadre prometteur pour la filière

CEPS-Leem : Un accord-cadre prometteur pour la filière

L'accord intègre notamment des mesures favorisant la production en France.  Très attendu après une crise sanitaire inédite, l’accord-cadre entre le CEPS (Comité économique des produits de[…]

Cannabis thérapeutique : L'ANSM dévoile la liste des laboratoires qui participeront à l'expérimentation

Cannabis thérapeutique : L'ANSM dévoile la liste des laboratoires qui participeront à l'expérimentation

Seqens, M2i, Seppic, Aguettant et Carelide, premiers lauréats de l’AMI "résilience sanitaire"

Seqens, M2i, Seppic, Aguettant et Carelide, premiers lauréats de l’AMI "résilience sanitaire"

Covid-19 : L'OMS et l'ANSM suspendent l'évaluation de l'hydroxychloroquine

Covid-19 : L'OMS et l'ANSM suspendent l'évaluation de l'hydroxychloroquine

Plus d'articles