Nous suivre Industrie Pharma

Les leçons de l'Observatoire sociétal du médicament

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,

L'observatoire sociétal du médicament mené par le Leem indique une confiance forte des Français envers leurs produits de santé. Un résultat qui tranche avec la confiance vis-à-vis des industriels de la pharmacie, plus contrastée.

« Notre image est très fortement contrastée : les médicaments et les vaccins jouissent d'une confiance solide, mais cette confiance ne se retrouve pas dans les entreprises », constate Philippe Tcheng, président du Leem. C'est le paradoxe du 8e observatoire sociétal du médicament, une étude lancée par le Leem et réalisée par l'institut Ipsos, dont les résultats étaient dévoilés le mardi 13 novembre 2018. Basée sur un échantillon représentatif de 1 000 personnes, auquel s'ajoutait cette année un sur-échantillon de 250 patients chroniques, cette étude a pour ambition d'évaluer le rapport des Français aux médicaments et aux laboratoires pharmaceutiques.

Au rayon des satisfactions, l'image du médicament est au beau fixe. 77 % des personnes interrogées font confiance aux médicaments, un chiffre qui grimpe à 84 % chez les patients chroniques. Si ce chiffre est en légère progression par rapport à 2017 (+1 point), Brice Teinturier, directeur général délégué de l'institut Ipsos, remarque cependant « une érosion de cet indicateur sur le long terme. Une petite musique sur certains produits est venue entacher la confiance générale ». Malgré tout, l'image du médicament résiste avec un autre signe positif : 15 % des Français font « tout à fait » confiance aux médicaments, une part qui se renforce de 9 points en un an. Par catégorie, les médicaments remboursés jouissent d'un taux de confiance plus élevé que les produits non remboursés ou sans ordonnance (84 % vs 66 %). L'homéopathie, au coeur de l'actualité avec la question de son éventuel déremboursement, garde une belle image de marque, puisqu'ils sont 69 % à lui faire confiance, soit un taux égal à celui des médicaments génériques.

 

Une confiance à améliorer pour les industriels

Du côté de l'image du secteur, les chiffres sont plus contrastés. Ils sont ainsi 49 % à faire confiance aux entreprises du médicament. Dans le détail, c'est l'attention portée aux patients qui est jugée insatisfaisante pour une grande part de l'échantillon. 37 % des sondés estiment que les entreprises du médicament sont « très attentives aux risques d'effets secondaires » et 36 % « à l'écoute des patients ». Ils ne sont également que 36 % à juger les entreprises de la pharmacie « investies dans l'accompagnement des patients tout au long de la maladie ». « Les entreprises sont jugées sévèrement car les patients attendent quelque chose d'elles, les entreprises du médicament ne doivent pas être que des fournisseurs », estime Brice Teinturier. Le directeur général délégué de l'Ipsos a tenu à rappeler les contraintes qui pèsent sur la communication des entreprises du médicament. Une piste pour expliquer une partie du décalage entre l'image du médicament et leurs fabricants. Les entreprises du médicament ne sont aussi jugées éthiques que pour 34 % des personnes interrogées et « transparentes » pour seulement 16 %.

 

Le Leem promeut pédagogie, exemplarité et transparence

« Pour le Leem, cette étude constitue de la matière pour enrichir nos réflexions et nos actions », souligne Philippe Tcheng. Le président nouvellement élu souhaite ainsi « faire de l'éthique et de la transparence les valeurs prioritaires de [son] mandat. Nous devons aller plus loin dans la pédagogie sur nos entreprises afin de répondre aux questionnements légitimes de nos concitoyens ». Philippe Tcheng a ainsi appelé de ses voeux une exemplarité du secteur avec un socle de valeurs communes pour guider l'activité. Il souhaite également renforcer le dialogue avec les différentes parties prenantes : autorités de santé, associations de patients, etc. « Chaque crise de santé publique est imputée à notre industrie, ce qui est paradoxal car nous sommes extrêmement encadrés et surveillés », déplore Philippe Tcheng. Le président du Leem a souligné les actions entreprises depuis quelques années, comme la mise en place du Codeem et la signature de la déclaration commune de Transparency International sur le lobbying. Enfin, Philippe Tcheng a rappelé la campagne grand public menée depuis 2017 autour du rôle des entreprises du médicament dans l'innovation, la recherche et la découverte de nouveaux traitements. L'innovation représente en effet un potentiel levier pour améliorer l'image des entreprises. L'observatoire a évalué le rapport des Français à l'innovation en santé, un item jusqu'à présent inédit. Sur l'intelligence artificielle, 1 Français sur 2 n'est pas défavorable à son recours pour l'orientation, le conseil ou même l'analyse des données de santé. Plus étonnant, 69 % des Français aimeraient connaître leur niveau de risque de développer des maladies, par l'analyse de leur profil génétique. En 2030, pour une majorité de Français, les progrès en santé viendront du médicament (immunothérapie ou thérapie géniques) et de la régénération des cellules. Restera pour les entreprises du secteur à être identifiées comme le moteur principal de ces innovations pour espérer voir progresser la confiance des Français.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Aspen investit 65 millions d’euros dans son site normand

Aspen investit 65 millions d’euros dans son site normand

En présence de la secrétaire d’état auprès du ministre de l’Economie et des Finances, Aspen a inauguré un nouveau bâtiment sur son site de Notre-Dame de Bondeville, destiné à la[…]

18/06/2019 | AspenAnesthésiques
Les enjeux de l'alliance entre Sanofi et Google

Les enjeux de l'alliance entre Sanofi et Google

Pas de risque avec la nouvelle formule du Levothyrox selon l’ANSM

Pas de risque avec la nouvelle formule du Levothyrox selon l’ANSM

Nouvel accord entre Genmab et Janssen

Nouvel accord entre Genmab et Janssen

Plus d'articles