Nous suivre Industrie Pharma

Les laboratoires Roche attentifs aux opportunités d'acquisitions

A.D.

Sujets relatifs :

, ,
« Nous ne nous intéressons pas aux grandes fusions mais aux petites et moyennes entreprises pour élargir notre portefeuille dans les domaines de la pharmacie et du diagnostic », indique Severin Schwan, p-dg de Roche, lors d'une présentation sur l'innovation du groupe à Paris, le 23 octobre.

Afin de faire taire les rumeurs concernant un rapprochement Roche-Novartis, il ajoute par ailleurs : « La famille fondatrice de Roche, toujours présente au capital, et ses membres ont rappelé plusieurs fois qu'ils tiennent à l'indépendance du groupe ». S'il indique que les acquisitions devraient « se poursuivre au cours des prochaines années », il ne mentionne pas de cibles particulières. « L'année dernière, nous nous sommes penchés sur 1 500 possibilités et avons effectué 50 transactions. Il s'agit souvent d'accords de licences. Nous nous concentrons sur nos domaines mais ne nous interdisons pas d'étudier des opportunités en dehors de ces domaines. Nous nous dirigeons là où nous pensons pouvoir tirer profit de la science », ajoute-t-il.

En terme d'innovation, il a réaffirmé la stratégie du laboratoire d'associer des tests diagnostics à ses médicaments. Ainsi 70 % des nouvelles molécules (au total environ 65) dans le pipeline du groupe sont développées avec un test diagnostic en parallèle. « Notre stratégie est de tirer profit des synergies entre nos deux activités. Plus on comprend les mécanismes biologiques, plus on comprend pourquoi certains patients répondent bien et d'autres moins », souligne le dirigeant. Sur la place de la France dans l'innovation pour le groupe, Severin Schwan l'a décrite comme « un pays très intéressant dans la recherche », avec « un nombre important d'essais cliniques ». Il cite ainsi 10 % des essais cliniques du groupe (600 au total) réalisés en France. « La raison est la qualité et l'accès aux infrastructures. 35 000 patients participent actuellement à des essais en France », détaille-t-il. Le dirigeant mentionne cependant « des lourdeurs du système qui retardent l'accès au marché pour les nouvelles innovations thérapeutiques ». « La France est très engagée dans le domaine des sciences de la vie. Cela aiderait de reconnaître les innovations au moment où elles sont fortes », conclut-il.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles