Nous suivre Industrie Pharma

Les Laboratoires Gilbert développent leurs capacités d'unidoses

Sujets relatifs :

,
Annoncée il y a deux ans (CPH n°355), la construction d'une nouvelle usine pour les Laboratoires pharmaceutiques Gilbert a démarré sur le site d'Hérouville-Saint-Clair (Calvados) en juillet dernier. Initialement prévue pour servir le marché de la cosmétique, l'usine a finalement pour objectif de répondre aux commandes croissantes en unidoses stériles sur les marchés pharmaceutiques français et étrangers, notamment sur ceux du sérum physiologique pour l'hygiène nasale et ophtalmique. Les laboratoires commercialisent leurs propres produits, mais travaillent également pour le compte de tiers. Le bâtiment hébergera à terme six lignes Bottlepack (conditionnement en flacons), dont trois doivent être mises en service dans le courant de l'année 2009. La première sera destinée à la fabrication d'unidoses de sérum physiologique en 5 ml, la deuxième produira des produits pharmaceutiques et des dispositifs médicaux en 2 et 10 ml, et enfin la troisième sera dédiée aux médicaments et dispositifs médicaux en gros volume (de 20 et 50 ml) pour le secteur hospitalier. Alors que les Laboratoires Gilbert viennent de franchir le seuil record d'un demi-milliard de doses fabriquées par an — se hissant à la deuxième place des fabricants européens pour ce type de conditionnement -, 200 millions de doses supplémentaires seront produites chaque année. Objectif à terme: devenir leader en Europe. 50 personnes devraient être embauchées en production dès avril 2009. Et 130 personnes seront recrutées dans les cinq ans sur l'ensemble des sociétés du groupe Batteur auquel les laboratoires appartiennent. Le groupe vient d'atteindre la barre des 110 millions d'euros de chiffre d'affaires, soit une croissance de 45 % en cinq ans. 85 % des ventes ont été générées par le pôle pharmaceutique contre 15 % par le pôle cosmétique. La crise freine les investissements Les Laboratoires pharmaceutiques Gilbert ont investi 26 millions d'euros entre 2003 et 2007 pour accueillir de nouvelles capacités de production. La société avait inauguré une nouvelle usine en juillet 2006 (CPH n°346). Lors de cette première phase d'agrandissement, les banques, la Feder, et les collectivités locales avaient rapidement apporté leur soutien financier. Aujourd'hui, dans un contexte de crise financière, les processus de prise de décision des organismes financiers se complexifient et la liste des audits et des documents à produire ne cesse de s'allonger. « Les banques sont devenues des preneurs de garantie avant d'être des sources de financement », se désole Laurent Batteur, p-dg du groupe du même nom. J.B.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles