Nous suivre Industrie Pharma

Les génériqueurs à l'étroit dans le répertoire

Cédric Ménard
Onze ans après la définition légale du générique en France, le marché est toujours dynamique. En 2007 encore, sa croissance devrait rester très forte. Selon le Gemme (GEnérique Même MEdicament), qui représente les industriels du secteur dans l'Hexagone, le marché affichait une hausse de 21 % fin septembre par rapport à la même période de 2006 en valeur, avec des ventes de 1,7 Mrd€.
Sur l'ensemble de 2007, elles devraient atteindre 1,8 Mrd€. Au total, rappelle le Gemme, les génériques ont permis au système de santé français de réaliser 1 Mrd€ d'économies en 2006, soit plus de 3,4 Mrds€ en cumulé depuis 2000. Malgré ce bilan positif, les industriels estiment que l'on peut mieux faire et viennent ainsi de présenter une série de propositions qui doit permettre aux génériques « d'entrer dans une nouvelle ère ». Selon Pascal Brière, président du Gemme et de Biogaran, « le marché va continuer à progresser dans les cinq ans à venir, grâce aux nouvelles échéances de brevets représentant un potentiel de 600 M€ chaque année – et de la poursuite des efforts des pharmaciens ». Mais tempère-t-il, « nos génériques représentent moins de 8 % du marché pharmaceutique, et dans notre cadre actuel qu'est le répertoire, les limites seront bientôt atteintes ». Pour l'instant en progression constante, le périmètre du répertoire, qui couvre 16,5 % du marché pharmaceutique en valeur, devrait atteindre un plateau à l'horizon 2013. Pour le crever, le Gemme préconise de faire entrer dans la substitution des médicaments qui, par leur mode d'administration ne peuvent bénéficier d'une substitution en officine, « pour des raisons uniquement administratives et juridiques ». Comme des patchs, des inhalateurs et certaines pommades. Or, estime Hubert Olivier, p-dg de Ratiopharm, « ces restrictions n'existent pas dans les autres pays européens ». Et de proposer la création d'un second répertoire pour des « équivalents pharmaceutiques ». Ce qui permettrait selon les génériqueurs une économie de 300 M€ d'ici à 2010. Et la création d'un marché supplémentaire de 1 Mrd€. Autre proposition du Gemme : un indice de prescription dans le répertoire, afin de contrer la tendance des médecins à abandonner une molécule quand elle est génériquée en faveur d'autres plus récentes. Un mécanisme évidemment préjudiciable au générique. Mais cet outil se heurtera sûrement aux praticiens, qui ne voient pas d'un bon œil les incursions dans leurs prescriptions. D'autant que le Gemme est aussi favorable à la mise en place de logiciels d'aide à la prescription qui permettraient de connaître le coût total d'une ordonnance. Reste que du point de vue des comptes publics, ces mesures pourraient séduire: elles permettraient, selon le Gemme, de générer 50 % d'économies supplémentaires en 3 ans. Tout en donnant de l'oxygène au secteur, qui malgré son dynamisme reste toujours déficitaire en France, à hauteur de 11 M€ l'an dernier. Seulement trois sur une douzaine de génériqueurs gagnent de l'argent. Une situation qui ne pourra durer, avec les conséquences que cela pourrait avoir sur le façonnage, dont la santé est liée de façon très étroite à celle du générique. Pas moins de 60 % de la production des génériques destinés à notre marché y est réalisée, très majoritairement par des sous-traitants.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Thérapie génique : Curadigm signe avec Sanofi

Thérapie génique : Curadigm signe avec Sanofi

Le laboratoire français a choisi la technologie de Curadigm pour étoffer son portefeuille de thérapies géniques. La filiale de Nanabiotix spécialisée dans les nanotechnologies Curadigm vient de signer un[…]

Covid-19 : MSD abandonne deux candidats-vaccins, dont celui développé avec l’Institut Pasteur

Covid-19 : MSD abandonne deux candidats-vaccins, dont celui développé avec l’Institut Pasteur

Covid-19 : Comment Moderna veut adapter son vaccin face aux variants ?

Covid-19 : Comment Moderna veut adapter son vaccin face aux variants ?

Bioanalyse : Nexelis acquiert un laboratoire de GSK

Bioanalyse : Nexelis acquiert un laboratoire de GSK