Nous suivre Industrie Pharma

Les fibres de carbone de Toray décollent

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

,

Le fantasme d'un investissement de 500 millions d'euros et de la création de 2 500 emplois entrevu par Le Figaro fin 2011 n'est pas devenu réalité. Comme nous l'annoncions début janvier (CPH n°577), le projet débouchera sur un investissement d'un peu plus de 100 M€ et devrait entraîner la création d'une cinquantaine d'emplois dans le bassin de Lacq (Pyrénées-Atlantiques). Ce qui demeure un très bel investissement industriel en France, qui plus est par un acteur étranger. Le Japonais Toray a confirmé son projet de construire une unité de polyacrilonitrile sur un site de 160 000 m2 acquis auprès de Total. A l'horizon 2014, le géant japonais disposera en France, et pour la première fois en Europe, d'une unité de matériau précurseur pour ses productions européennes de fibres de carbone installées à Abidos sur le site de Toray Carbon Fibers Europe, ex-Soficar dont il a pris le contrôle intégral en début d'année. Dans deux ans, il cessera ses importations de polyacrilonitrile depuis le Japon, et exportera même vers le site coréen de Toray. Si les fibres de carbone et les matériaux composites ont le vent en poupe dans des marchés comme les équipements sportifs et dans le domaine de l'énergie, l'aéronautique est le marché extrêmement porteur. A ce titre, la présence d'Airbus à proximité du bassin de Lacq aura été un atout fabuleux pour cet investissement. En mai 2010, Toray et Airbus avaient d'ailleurs signé un accord d'une durée de 15 ans pour des feuilles pré-imprégnées de fibres de carbone pour les ailes et le fuselage d'avions de dernière génération, comme le futur long-courrier A350 de l'avionneur européen.

« L'aéronautique est un fabuleux relais de croissance »
 

La pleine mise en production du dernier-né des Boeing, le long-courrier B787, premier avion au monde dont les matériaux composites représentent plus de 50 % du poids, est une autre motivation. Toray ne s'en cache pas, l'aéronautique est un fabuleux relais de croissance. Si son complexe français et européen de fibres de carbone va se positionner comme le troisième plus grand de son réseau mondial derrière ses sites japonais et américain, l'investissement en France s'inscrit dans un plus vaste programme de croissance. Au total, l'enveloppe atteint 45 Mrds de yens (environ 415 M€). L'objectif : accroître de 6 000 tonnes par an les capacités mondiales du groupe, pour atteindre 27 100 t/an d'ici mars 2015. Toray estime que la demande mondiale en fibres de carbone à partir de polyacrilonitrile en 2011 a atteint 37 000 t. Et que le marché bénéficie d'une croissance annuelle de 15 %.

50 % des investissements annoncés sont destinés au site de Toray à Ehime, au Japon. Le groupe y construira une unité intégrée de précurseurs et de fibres de carbone d'une capacité de 1 000 t/an, visant essentiellement les marchés aéronautique et automobile. Malgré le fait que 90 % de la demande en fibres de carbone provienne de l'international, et un yen fort qui pèse sur les exportations insulaires, Toray veut maintenir sa stratégie de renforcement de ses bases japonaises, comptant sur quelques aides du gouvernement. Aux États-Unis, sur son site de Decatur (Alabama), sa filiale Toray Carbon Fibers America construira une ligne additionnelle de 2 500 t/an, qui sera mise en service en septembre 2014. Le projet est sous-tendu par les applications dans les domaines de l'énergie, notamment avec la croissance du marché des gaz de schistes, et avec la croissance des marchés sud-américains, Brésil en tête. Enfin, en Corée du Sud, Toray construira aussi une unité de 2 500 t/an sur son site de Gumi, pour une mise en service en mars 2014.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

La grande ambition d’Innovation Santé 2030

Édito

La grande ambition d’Innovation Santé 2030

La recherche française a-t-elle failli pendant cette crise du Covid-19 ? Nombreux sont les commentateurs qui accusent Sanofi de ne pas avoir réussi à développer un vaccin dans les temps. Dans une récente[…]

[Édito] : À la recherche d’un leadership en bioproduction

[Édito] : À la recherche d’un leadership en bioproduction

[Édito Covid-19] :  Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

[Édito Covid-19] : Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Plus d'articles