Nous suivre Industrie Pharma

Les autorités françaises peinent à reconnaître l'innovation

S.L.

Sujets relatifs :

, ,

Avec 41 nouveaux médicaments ou associations de médicaments autorisés en 2011 par l'Agence Européenne du Médicament (EMA), l'année aura été un bon cru en matière de progrès thérapeutique. L'Europe a plus que doublé son score de 2010 qui était 20 autorisations. Malgré la tendance mondiale au durcissement des homologations, ces chiffres prouvent que la recherche s'accélère et commence enfin à tirer les fruits des travaux engagés dans les années quatre-vingt-dix, autour de l'identification des protéines susceptibles et de leur action sur des cibles spécifiques. Ces 41 homologations constituent une bonne nouvelle pour l'Europe, mais moins pour la France. Sur ce chiffre, seuls 14 médicaments ont reçu, à ce jour, un avis favorable de la Commission de transparence de la Haute Autorité de Santé et neuf sont déjà commercialisés. Sinon, la détermination de l'ASMR (Amélioration du service médical rendu) a été effectuée sur un total de 23 molécules (toujours sur 41) et la Commission de transparence n'a délivré qu'une ASMR de niveau 1, correspondant à une innovation majeure. Aucune ASMR 2 n'a été délivrée. En revanche, avec la délivrance de 5 ASMR 3 et 17 ASMR 4, la Commission a considéré que, dans leur grande majorité, ces nouveaux médicaments ne présentaient qu'une innovation modeste, voire mineure. « La France nie l'innovation. Nous n'arrivons plus à nous mettre d'accord avec la Commission de transparence sur une définition. Les critères d'évaluation sont à géométrie variable et le système manque de lisibilité » s'est insurgé Patrice Zagamé, président de la Commission des affaires scientifiques du Leem. Ajouté à cela, le syndicat se plaint de la lenteur des procédures administratives, tant du côté des homologations que des demandes d'essais cliniques. La conséquence de tout cela est que le patient français doit attendre. Il accède souvent à un médicament 1 an à 1 an œ après son AMM européenne.

Néanmoins, le Leem espère toujours des lendemains meilleurs. « Il y a une réflexion au sein de la Commission de transparence pour la mise en place de nouveaux critères d'évaluation qui intégreraient mieux l'innovation », a déclaré Christian Lajoux, estimant qu'il faut remettre au centre du débat le besoin thérapeutique et la valeur ajoutée apportée par le médicament.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Avec 9 Mrds €, les investissements en France sont au beau fixe en 2020, chiffre le Leem

Avec 9 Mrds €, les investissements en France sont au beau fixe en 2020, chiffre le Leem

Le représentant des entreprises du médicament évalue les investissements réalisés dans l'industrie pharmaceutique en 2020 à plus de 9 Mrds € dont 2 Mrds € dédiés à[…]

07/07/2021 | Politique de santéPanorama
Covid-19 : La HAS recommande finalement le vaccin d’AstraZeneca pour les plus de 65 ans

Covid-19 : La HAS recommande finalement le vaccin d’AstraZeneca pour les plus de 65 ans

L'Anses et l'ANSM se rapprochent à Lyon

L'Anses et l'ANSM se rapprochent à Lyon

Antibiorésistance : Ineos finance un institut à Oxford à hauteur de 100 M£

Antibiorésistance : Ineos finance un institut à Oxford à hauteur de 100 M£

Plus d'articles