Nous suivre Industrie Pharma

Les antibiotiques, c'est pas automatique !

Aurélie Dureuil, Rédactrice

Sujets relatifs :

,
Les antibiotiques, c'est pas automatique !

© © Julia Grandvuillemin

La phrase a été martelée pendant plusieurs années. Pourtant, si la France a perdu sa place de « première consommatrice d'antibiotiques en Europe », elle reste dans le peloton de tête, à la 3e place en médecine humaine et seconde dans le domaine vétérinaire, selon le Centre d'analyse stratégique (Cas) qui a publié une note d'analyse sur « Les bactéries résistantes aux antibiotiques ». Un facteur d'inquiétude face à l'augmentation des bactéries résistantes à l'origine d'impasses thérapeutiques. Et les chiffres ont de quoi effrayer. Au sein de l'Union européenne, les estimations font état d'au moins 25 000 décès chaque année d'une infection due à l'une des cinq bactéries multi-résistantes les plus fréquentes. Au total, ces décès ainsi que les prolongations de maladies coûteraient plus d'1,5 milliard d'euros à la collectivité. Le Cas appelle donc à « promouvoir la coordination par l'Organisation mondiale de la santé d'un réseau mondial de surveillance et d'alerte des bactéries multi-résistantes ».

Cette résistance des bactéries aux antibiotiques s'explique par la mauvaise utilisation de ces médicaments mais aussi par leur surconsommation. La prise d'antibiotiques contre des virus, l'arrêt du traitement avant la fin de la prescription, etc., tous ces comportements représentent donc une préoccupation forte des pouvoirs publics. Le 3e plan national d'alerte sur les antibiotiques (2011-2016) parle ainsi de « stratégie de juste utilisation des antibiotiques ». Les médecins seraient mis à contribution par des actions de sensibilisation vis-à-vis de leur profil de prescription de ces médicaments. Les prescripteurs ne sont néanmoins pas les seuls visés par la note d'analyse du Cas. Les industriels sont pointés du doigt face au faible nombre de molécules innovantes dans ce domaine. Si, au cours de la période 1983-1987, seize antibiotiques ont été approuvés par la FDA, ce chiffre est tombé à deux entre 2008 et 2012, selon la Société américaine des maladies infectieuses (IDSA). « Les antibiotiques les plus faciles à mettre au point ont déjà été commercialisés, et les rares nouvelles molécules ont tendance à être réservées aux impasses thérapeutiques, diminuant d'autant la taille des marchés pour les industriels », déplore Vincent Chriqui, directeur général du Cas. Face à des marchés restreints, les industriels peinent à investir. Pour stimuler le développement de nouveaux antibiotiques, le Cas recommande donc la mise en place d'aides publiques à la recherche sur le long terme. En Europe, un programme de recherche dans ce sens a été initié en mai 2012 par l'Innovative medicines initiative (IMI) avec un budget de 223 M€. Un appel d'offre a également été lancé par la Commission européenne pour le développement d'alternatives aux antibiotiques. Le Cas propose une alternative à l'antibiothérapie : « l'usage de bactériophages », ces virus qui ne s'attaquent qu'aux bactéries. Vincent Chriqui recommande ainsi de « clarifier le statut réglementaire » de ces thérapies utilisant des bactériophages et de « mettre en place un programme de recherche afin d'évaluer leur potentiel thérapeutique ». Reste à mettre en place les financements.


Une absence de développement de nouveaux antibiotiques par les industriels.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Edito Covid-19] : Ce que nous dit la pénurie de curare

[Edito Covid-19] : Ce que nous dit la pénurie de curare

Beaucoup d'entre nous associent le curare à cette drogue utilisée par les chasseurs d'Amazonie pour enduire les flèches de leurs sarbacanes et tuer leurs gibiers. Cette pratique ancestrale avait fini par donner[…]

Edito : La subtile stratégie de Sanofi

Edito : La subtile stratégie de Sanofi

Edito : Bad buzz pour le Zolgensma de Novartis

Edito : Bad buzz pour le Zolgensma de Novartis

Edito : La data entre menaces et opportunités

Edito : La data entre menaces et opportunités

Plus d'articles