Nous suivre Industrie Pharma

Les adhérents du Sicos Biochimie en visite à Dunkerque

À DUNKERQUE, SYLVIE LATIEULE

Sujets relatifs :

, ,
Les adhérents du Sicos Biochimie en visite à Dunkerque

Ce site de Dunkerque a été racheté par Minakem en 2009.

© © Minakem

UNE VINGTAINE D'ADHÉRENTS DU SICOS BIOCHIMIE SE SONT RENDUS À DUNKERQUE POUR LEUR TRADITIONNELLE JOURNÉE HSE.

Le 17 octobre dernier, Pierre Charrier, directeur général de Minakem, accueillait sur son site de Dunkerque une vingtaine d'adhérents du Sicos Biochimie, syndicat de la chimie fine et de la biochimie, dont il est aussi vice-président. L'objectif était de faire découvrir à ses confrères une usine modèle. Ce site de Dunkerque est entré dans le giron de Minafin (holding de Minakem) en 2009, mais il a eu une première vie au sein du groupe AstraZeneca. La construction du premier bâtiment P1 remonte à 1991 avec le succès de son anti-ulcéreux vedette de l'époque d'Astra, l'oméprazole (Losec/Mopral). Puis en 2003, ce fut le tour du bâtiment P2, mis en service pour produire l'ésoméprazole (Nexium), molécule chirale venue remplacer l'oméprazole dont le brevet tombait dans le domaine public. La décision de construction de ce deuxième bâtiment avait été décidée en 1999 alors qu'Astra et Zeneca venaient tout juste de fusionner. Et à l'époque, le tout nouveau AstraZeneca a dû dépenser sans compter pour s'offrir un outil de production modèle et de grande capacité. Car si le groupe pharmaceutique n'a finalement construit qu'une seule ligne gravitaire, la place est réservée pour deux lignes supplémentaires. Ainsi, ce bâtiment de 25 000 m2 répartis sur 8 étages est entièrement construit sur une zone de rétention, tandis que les solvants (principalement du toluène et du méthanol) sont collectés et recyclés à plus de 85 %. Sur l'unique ligne de production, zone de process et zone technique sont séparées à chaque étage dans des salles connexes. La ligne est équipée de 8 réacteurs inox et émail, pour une capacité totale de 70 m3. Et même si elle a été conçue pour produire exclusivement de l'ésoméprazole du temps d'AstraZeneca, le groupe pharmaceutique avait probablement d'autres ambitions, puisque l'unité a été dessinée dans un esprit de polyvalence totale (multipurpose), avec un niveau d'automatisation des plus poussés. Cette unité produit toujours de l'ésoméprazole pour le compte d'AstraZeneca, mais Minakem souhaite diversifier sa production, pour pallier une perte de brevet attendue pour 2013. Le groupe prévoit notamment de rapatrier des productions d'un autre de ses sites, situé à Beuvry-La-Forêt, qui est aujourd'hui arrivé à saturation. Pour cela, le projet d'achat d'un filtre sécheur hastelloy est en cours. Tandis que le site est en attente de passage d'un statut de Seveso seuil bas à Seveso seuil haut, à la suite des modifications intervenues sur la réglementation.

Le bâtiment P1 qui est de conception plus ancienne, mais de capacité similaire (70 m3), est à la fois dédié à la chimie de l'oméprazole/ésoméprazole et à la chimie des stéroïdes. Il produit ainsi les trois dernières étapes de la molécule budesonide d'AstraZeneca (Pulmicort, Rhinocort, Symbicort), dont une étape de micronisation clé. Ce produit est ensuite envoyé pour partie de l'autre côté de la clôture, dans des installations de production d'inhalateurs à poudre que le groupe AstraZeneca a conservées à Dunkerque.

Le site de Dunkerque, qui produit jusqu'à 150 t/an d'API, s'inscrit dans un réseau de production plus large au sein de Minakem. Il comprend l'unité de Beuvry la Forêt (ex Seac) spécialisée dans les petits volumes (10 kg à 10 t), ainsi qu'une unité à Leuna en Allemagne (ex Chemtech) pour des productions au-delà de 100 t par an. La société Minakem est elle-même inscrite dans le giron de la holding Minafin, pilotée par Frédéric Gauchet. Avec un chiffre d'affaires de 120 millions d'euros en 2011 pour un effectif de 550 personnes, Minafin compte parmi les grosses PME françaises de la chimie, partagées entre quatre activités : Minakem dans la chimie fine, Minasolve dans les cométiques, Pennakem dans la chimie verte et la toute nouvelle entité Minathiol dans les dérivés du soufre.

Une après-midi consacrée à l'actualité réglementaire

 

La présence d'adhérents du Sicos Biochimie chez Minakem a été l'occasion de procéder à un point réglementaire, spécifique à ce métier de la chimie fine. Préparé par Céline Caroly, responsable environnement et transport à l'UIC, et par Catherine Lequime, délégué général du Sicos Biochimie, il a prouvé que, dans ce domaine, l'actualité est toujours féconde. Ainsi, la directive IED sur les émissions industrielles qui a été publiée le 24 novembre 2010 va entrer en application en 2013 pour les installations nouvelles et dès 2014 pour les installations existantes. Une circulaire technique de l'UIC est en préparation pour en préciser les modalités d'application. Céline Caroly a également évoqué le décret relatif aux garanties financières. Publié le 3 mai 2012, il fait suite notamment à l'affaire MetalEurope et prévoit de mettre en place des garanties financières en cas de fermeture d'une installation pour en assurer sa mise en sécurité en cas de défaillance de l'exploitant. Sur ce dossier, l'UIC proposerait à ses adhérents de recourir à une assurance mutualisée. Une circulaire technique est également en préparation. En ce qui concerne le règlement Reach, Catherine Lequime a mentionné l'accroissement du nombre de substances sélectionnées dans le cadre des processus d'autorisation/restriction (intentions, liste candidate... ), touchant encore une fois les acteurs de la chimie fine, utilisateurs d'une grande variété de solvants et matières premières. Pour ce qui est des intermédiaires SCC (ou strictement contrôlés), le dialogue se poursuit avec les autorités françaises et européennes avec toujours comme objectif que soit adoptée une approche proportionnée dans la mise en œuvre des dispositions applicables. A noter enfin qu'une revue de Reach est à l'étude. S'il apparait aujourd'hui que la modification du texte ne semble pas l'option privilégiée à court terme, les annexes du règlement pourraient être amendées pour intégrer plus concrètement des aspects liés aux substances à l'état nanoparticulaire.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles