Nous suivre Industrie Pharma

Le torchon brûle toujours entre laboratoires et pouvoirs publics

Cédric Ménard
En l'espace d'un week-end, les observateurs de la pharmacie française ont pu assister à deux échanges d'un contraste saisissant entre pouvoirs publics et industriels. Le 29 septembre, Christophe Weber, président de GSK France, à l'occasion de la présentation d'un des plus importants investissements du secteur dans l'Hexagone depuis plusieurs années (voir p. 6), portait un regard optimiste sur la façon dont le gouvernement percevait l'industrie pharmaceutique.
Un projet que le dirigeant a présenté comme une illustration de « l'implication des autorités nationales en termes d'attractivité, au moment où la gestion du médicament a fait des progrès sur les délais administratifs, la reconnaissance des innovations majeures et l'accélération des délais d'accès au marché ». De son côté, à cette même occasion, le ministre délégué à l'Industrie, François Loos, se félicitait de cet investissement d'ampleur et remerciait le deuxième laboratoire mondial d'avoir choisi la France pour implanter son usine. Avec à la clé 600 emplois créés d'ici à 2011, cette décision vient éclaircir un ciel particulièrement nuageux pour la pharmacie française. Reste que Christophe Weber a également souligné que « des efforts sont attendus dans le financement des médicaments innovants ». Et le dirigeant de rappeler que le plafonnement de la croissance du médicament à 1 % ne fera que décourager « les politiques volontaristes d'investissement ».
Quatre jours plus tard, c'est sur un autre ton que Christian Lajoux, président du Leem, s'est exprimé sur les différentes mesures qui vont renforcer la pression économique sur le médicament. Dernier exemple en date : dans une lettre au CEPS, le gouvernement incite l'instance à réduire les prix de l'ensemble d'une classe thérapeutique lorsqu'un des produits de celle-ci perd son brevet. Il s'est aussi indigné contre « l'objectif d'une croissance de -4 % du poste médicament dans le PLFSS 2007 et la taxation exceptionnelle ». Selon C. Lajoux, « la croissance du médicament en France tend entre 0 et 1 % en 2006, c'est un basculement historique ». Une situation qui va se traduire non seulement par une baisse des investissements, mais également par « des conséquences visibles sur l'emploi », prévient le dirigeant du Leem. Après s'être « fortement délestées », en supprimant CDD et contrats de sous-traitance, les laboratoires « sont obligés de considérer leurs propres effectifs ».
Selon lui, « tous les types d'emplois » seraient concernés : « les postes de visiteurs médicaux, la recherche clinique, l'enregistrement des médicaments, les médecins, les pharmaciens, les techniciens, les sites industriels ». Le Leem a ainsi recensé neuf plans sociaux depuis le début de l'année, après treize sur l'ensemble de 2005. Et va lancer une campagne auprès du grand public pour tenter de trouver auprès de lui un levier supplémentaire pour infléchir les décisions du gouvernement. Reste qu'à quelques mois des élections présidentielles, on peut douter que ce dernier change son fusil d'épaule. Si les citoyens peuvent prendre conscience de l'importance du médicament, il est peu probable qu'ils soient prêts à renoncer au système actuel de prise en charge des dépenses de santé. Cédric Ménard

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Novavax annonce 90 % d’efficacité pour son vaccin

Covid-19 : Novavax annonce 90 % d’efficacité pour son vaccin

La biotech devrait déposer des demandes d’autorisation au cours du troisième trimestre de cette année. La biotech américaine Novavax a publié les résultats de l’essai de phase III[…]

16/06/2021 | BiotechnologiesCoronavirus
CAR-T : Levée de fonds record à 75 M€ pour Mnemo Therapeutics

Biotech en France

CAR-T : Levée de fonds record à 75 M€ pour Mnemo Therapeutics

SGD Pharma bientôt dans le giron de PAI Partners

SGD Pharma bientôt dans le giron de PAI Partners

Logiciels : Siemens digitalise un site de BioNTech

Logiciels : Siemens digitalise un site de BioNTech