Nous suivre Industrie Pharma

Le site GSK de Saint-Amand-Les-Eaux prend son essor

À Saint-Amand-Les-Eaux, Aurélie Dureuil

Inauguré en 2011, le site de production secondaire de vaccins monte en puissance. L'année 2015 sera marquée par un doublement de ses capacités et par l'embauche de 100 personnes.

C'est sous un beau soleil printanier que Géraldine Vertterhoeffer, directrice du site de production de vaccins de GlaxoSmithKline, a ouvert les portes de son usine. Le site de Saint-Amand-Les-Eaux (Nord) est en « croissance depuis son inauguration en 2011 ». Et cette année, GSK va franchir une nouvelle étape dans cette usine en charge de la production secondaire de 14 de ses vaccins. « Nous allons doubler nos capacités de production pour atteindre 140 millions de doses. Cela s'accompagne de plus d'une centaine de recrutements », se félicite-t-elle. Cet essor de la production s'appuie sur les approbations des autorités des différents pays pour les productions. « Aujourd'hui, le site est entièrement approuvé pour l'Europe et nous avons des approbations pour pratiquement 120 pays. Toutes les dernières approbations sont en train d'arriver. Nous avons eu le Japon l'année dernière et attendons celle du Brésil prochainement », souligne la directrice du site. Ces différentes autorisations de produire entraînent une hausse de la demande. « Cette montée en puissance repose sur la fiabilisation des équipements mais également dépend des commandes. 70 % de nos commandes sont des appels d'offres. Cela rend très instables les demandes », précise-t-elle. Construit avec une vocation de capacité annuelle de 300 millions d'unités, le site arrive aujourd'hui « à mi-parcours », selon Géraldine Vetterhoeffer qui se refuse à donner une échéance pour l'atteinte de la pleine capacité.

Le site de Saint-Amand-Les-Eaux produit des vaccins permettant de « protéger contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite, la grippe saisonnière, la méningite, le pneumocoque et dans le futur le paludisme ». Ce portefeuille fait l'objet d'un renforcement. Ainsi dans le domaine de la poliomyélite, l'usine procède actuellement au transfert d'un vaccin « d'ici à la fin de l'année, afin d'élargir le nombre de sites qui peuvent le produire », indique la directrice du site. Pour la grippe saisonnière, Saint-Amand devrait produire le futur vaccin quadrivalent pour 2016, en plus du trivalent actuellement commercialisé en France. Et, l'usine se positionne également sur le futur vaccin contre le paludisme de GSK. « Actuellement, nous avons cinq lignes de production actives et nous pourrions activer très prochainement une ligne pour le Mosquirix », indique Géraldine Vetterhoeffer. Ce vaccin contre le paludisme, dont l'usine nordiste a produit les lots pour les essais cliniques, est actuellement en phase III d'essais cliniques, pour un lancement prévu en 2017. Le site poursuit l'augmentation de son portefeuille de vaccins et accompagne ainsi son essor vers sa pleine capacité de production.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Servier tiré par l'international

Servier tiré par l'international

Le géant pharmaceutique français a annoncé de bons résultats pour l'exercice 2016/2017, et ce malgré une baisse des ventes en France. Pour l'exercice 2016-2017, le chiffre d'affaires de Servier[…]

05/03/2018 | ServierActualités
Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Plus d'articles