Nous suivre Industrie Pharma

Le secteur des biotechs sous pression

Sylvie Latieule, Rédactrice en chef

Sujets relatifs :

,
Le secteur des biotechs sous pression

On en demande toujours plus aux sociétés de biotech alors qu'elles restent un réservoir d'innovation dans lequel l'industrie pharmaceutique continue de puiser. Mais avec la nécessité de faire des économies de santé en Europe et même aux États-Unis, les agences de sécurité sanitaire ou de protection sociale sont devenues plus regardantes sur l'efficacité des nouveaux médicaments. Il n'est pas question de délivrer une autorisation de mise sur le marché et de rembourser des médicaments qui ne seraient pas plus efficaces que des traitements de référence. Du coup, les biotechs pour gagner en efficacité et continuer d'intéresser leurs investisseurs, capitaux-risqueurs et industriels de la pharmacie, se sont lancées dans la médecine personnalisée. Pour une pathologie donnée, cette médecine consiste à identifier des sous-populations que l'on adresse avec des traitements différents, associés à des tests compagnons.

Cependant, du côté des investisseurs, développer des médicaments efficaces ne suffit plus. Ces derniers veulent désormais mesurer les chances de succès d'un futur médicament au stade commercial et le temps imparti pour y parvenir. Pour cela, ils ont besoin de connaître le point de vue des autorités de santé qui seront appelées à délivrer les AMM et à fixer des prix de remboursement de ce futur traitement. « C'est un travail de communication que les industriels de la pharmacie sont désormais habitués à faire. En revanche, c'est un changement de culture pour les entreprises de biotech qui ne sont pas encore toutes bien outillées pour mener ce type de discussions avec les autorités de santé » souligne Philippe Grand, associé, responsable du secteur Biotechnologies d'Ernst et Young France.

En attendant, les industriels de la pharmacie révisent leurs approches en matière d'investissements dans les biotechs. Il semble que la tendance soit à la signature de partenariats de R&D très en amont, dans une philosophie d'open innovation et de partage de risque. Et quand il s'agit d'acheter une entreprise, ils attendent des résultats de phase III, plutôt que de s'engager dès les phases IIa, comme cela se faisait par le passé. Ce qui explique aussi la frilosité des capitaux-risqueurs dont le retour sur investissement se trouve amputé par des sorties plus tardives du capital de start-up. Par ailleurs, les montants des participations des industriels de la pharmacie se trouvent mécaniquement réduits dans la mesure où l'on ne développe plus de blockbusters, mais des médicaments personnalisés qui s'adressent à des cibles réduites.

Ces tendances se retrouvent dans les chiffres clés de l'industrie des biotechs. « Les dépenses en R&D des sociétés cotées en bourse ont augmenté de 5 %, bien en-deçà du taux de croissance de 9 % atteint en 2011 », selon Philippe Grand qui explique que ces chiffres traduisent une plus grande retenue des investisseurs. Et si le nombre d'opérations de fusions-acquisitions ne faiblit pas, les volumes de ces transactions ont tendance à se réduire. Mais finalement le secteur des biotechs ne s'en porte pas si mal. Globalement son chiffre d'affaires a progressé de 8 % à 89,8 milliards de dollars en 2012 dans les zones États-Unis, Europe, Canada et Australie. Quant au résultat net, il a atteint un nouveau record de 5,2 Mrds $, en augmentation de 1,4 Mrd $ en un an. Finalement le changement de modèle des biotechs n'est pas si mauvais pour leur santé.


Les investisseurs veulent désormais mesurer les chances de succès d'un futur médicament.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Edito Covid-19] : Ce que nous dit la pénurie de curare

[Edito Covid-19] : Ce que nous dit la pénurie de curare

Beaucoup d'entre nous associent le curare à cette drogue utilisée par les chasseurs d'Amazonie pour enduire les flèches de leurs sarbacanes et tuer leurs gibiers. Cette pratique ancestrale avait fini par donner[…]

Edito : La subtile stratégie de Sanofi

Edito : La subtile stratégie de Sanofi

Edito : Bad buzz pour le Zolgensma de Novartis

Edito : Bad buzz pour le Zolgensma de Novartis

Edito : La data entre menaces et opportunités

Edito : La data entre menaces et opportunités

Plus d'articles