Nous suivre Industrie Pharma

Le Rotarix de GSK en question

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

GSK et Pfizer s'engagent pour les pays pauvres

Les deux laboratoires ont signé un accord pour fournir à prix réduit sur les dix prochaines années des millions de doses de vaccins contre les maladies à pneumoccoques dans des pays en voie de développement. Dans le cadre d'un programme international de l'Alliance mondiale pour les vaccins et l'immunisation (Gavi), qui sera financé par l'Italie, le Royaume-Uni, la Norvège, la Russie, le Canada et la Fondation Bill et Melinda Gates, GSK et Pfizer prévoient d'augmenter leurs productions respectives de vaccins Synflorix et Prevenar 13.

Les principales agences de sécurité sanitaires l'affirment en cœur et confirment les propos du laboratoire britannique : aucun problème sanitaire n'a été décelé. Le vaccin pédiatrique oral Rotarix de GlaxoSmithKline, contre les gastro- entérites provoquées par le rotavirus, est pourtant scruté à la loupe depuis la semaine dernière, suite à la découverte de traces d'ADN du circovirus porcin PCV-1 dans sa composition. Un virus qui n'aurait pas d'incidence sanitaire ni sur les humains ni sur les animaux, selon les différents rapports publiés la semaine dernière. Reste que l'Agence européenne des médicaments (EMEA) estime qu'il est pourtant « évident que de l'ADN viral ne devrait pas être présent dans le vaccin, et que sa provenance n'est pas claire ». Dans le même temps, sans un retrait des marchés, l'agence américaine (FDA) ou encore les autorités suisses conseillent aux praticiens de ne plus utiliser Rotarix avant d'en savoir plus. De son côté, GSK a affirmé qu'il chercherait au plus vite à modifier la « banque cellulaire et les souches virales utilisées pour la production » du vaccin. Production qui restera inchangée et qui se poursuivra dans l'intervalle. Le laboratoire britannique s'appuie pour le moment sur le fait que plus de 69 millions de doses ont été jusqu'à présent distribuées dans le monde sans soulever de problème de sécurité sanitaire. Approuvé en 2006 en Europe et en 2008 aux États-Unis, Rotarix est le 4e vaccin le plus vendu de GSK, avec des ventes de 282 millions de livres (316,3 M€) l'an dernier, en hausse de 50 %.

 

 

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles