Nous suivre Industrie Pharma

R.M.

Sujets relatifs :

, ,

Unités de nanofiltration au LFB.

© © LFB

Au cours des quatre dernières années, le Laboratoire français du fractionnement et des biotechnologies (LFB) a déboursé 60 millions d'euros en investissements industriels pour doubler sa capacité de production. L'étape suivante était donc naturellement d'augmenter ses approvisionnements en plasma destiné à la production de médicaments. C'est désormais chose faite, avec le rachat d'un groupe autrichien, pour un montant resté confidentiel, afin d'« assurer l'activité internationale du groupe », assure le LFB.

En 2007, le spécialiste français des dérivés du sang réalisait 6,8 % de son chiffre d'affaires à l'étranger. L'an dernier, cette part était de 9,3 %. Composé de Humanplasma GmbH, KMS Plasmaservice GmbH et SMK Plasmaholding GmbH, le groupe aujourd'hui acquis par le LFB collecte le plasma, à travers son réseau de sept centres dédiés en Autriche et un en Tchéquie, auprès de donneurs qui sont indemnisés. Ainsi, ce plasma « ne pourra pas être utilisé pour la fabrication de médicaments destinés au marché français, ou américain, qui n'accepte que du plasma provenant des États-Unis, mais plutôt pour les marchés européens - hors France », précise Sandrine Charrières, directrice de la communication au LFB.

Pour autant, les médicaments seront produits, à terme, sur les deux sites français du LFB : à Lille (Nord-Pas-de-Calais) et aux Ulis (Essonne). « Mais la production ne sera pas immédiate, car il y a un délai avant que le plasma soit disponible. Le plasma nouvellement collecté devra notamment être référencé parmi nos sources dans les dossiers de référence plasma de nos AMM », explique Sandrine Charrières. En effet, si le LFB rachète la société autrichienne, il en acquiert également les contrats. Avec un chiffre d'affaires de 376 M€, le LFB se déclare « sixième laboratoire dans le monde spécialisé dans les médicaments dérivés du plasma et troisième laboratoire à l'hôpital en France ». Il collecte annuellement près d'un million de litres de plasma, essentiellement en provenance de l'Établissement français du sang dont la contribution s'élève à environ 90 %, le reste provenant des Croix-Rouges internationales.

De son côté, le groupe autrichien racheté affiche un chiffre d'affaires de 20 M€ et collecte 140 000 litres par an.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Servier tiré par l'international

Servier tiré par l'international

Le géant pharmaceutique français a annoncé de bons résultats pour l'exercice 2016/2017, et ce malgré une baisse des ventes en France. Pour l'exercice 2016-2017, le chiffre d'affaires de Servier[…]

05/03/2018 | ServierActualités
Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Plus d'articles