Nous suivre Industrie Pharma

Le Leem s'inscrit dans la continuité

A.D.

« 2015 doit rompre avec les vieux schémas », s'est exclamé Patrick Errard, président du Leem à l'occasion des voeux à la presse des Entreprises du Médicament.

Le dirigeant voit donc dans l'année qui s'ouvre une « année charnière », après « quatre années de régulation comptable à marche forcée, d'instabilité juridique, de récession commerciale et de fragilisation industrielle ». Le Leem entend répondre aux grands enjeux déjà identifiés en 2014 : le défi autour de l'innovation, le défi autour de l'efficience et le défi de l'attractivité du pays. Alors que le Leem comptabilise 182 médicaments préenregistrés pour une mise sur le marché en 2015, l'organisation pose à nouveau la question du prix et de « l'incapacité de notre système à restituer les gains d'efficience que le médicament génère », selon Patrick Errad. Parmi les propositions formulées, le Leem demande de « fonder l'évaluation de la valeur ajoutée sur l'intérêt global du médicament pour le patient et non sur le seul rapport bénéfice/risque ». Pour répondre au deuxième enjeu de l'efficience des technologies de santé sur le système de soins, Patrick Errard rappelle les propositions portées auprès de la ministre de la Santé, et notamment « l'optimisation et la rationalisation des parcours de soins » et le développement de la télémédecine. Concernant l'attractivité française, l'organisation professionnelle appelle à « préserver les volumes de production des médicaments traditionnels et les emplois qui y sont rattachés », via notamment des mesures d'incitations fiscales à la production locale. Le président du Leem demande également une « meilleure prévisibilité des prix des produits princeps produits localement », afin de « stimuler l'investissement dans les productions d'avenir ».

Et pour répondre à ces défis, le président du Leem entend « définir avec la puissance publique un dialogue rénové ». Alors que l'organisation s'était retirée des négociations du CSIS/CSF en 2014, le Leem s'est adressé au Premier Ministre pour demander un CSIS « réellement clé de voûte du dialogue entre l'État et les industriels » ainsi que l'instauration d'un « principe de primauté conduisant à privilégier la voie conventionnelle (et donc l'accord-cadre) pour toute décision susceptible d'avoir un impact économique pour les industriels du médicament », souligne Patrick Errard.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bioproduction : un panorama inédit pour identifier les points forts et les faiblesses en Europe

Bioproduction : un panorama inédit pour identifier les points forts et les faiblesses en Europe

Le Council of european bioregions (CEBR), en partenariat avec EIT Health, vient de publier un panorama de la bioproduction en Europe. Les auteurs de ce panorama nous éclairent sur les objectifs et les enseignements à tirer de cette[…]

Coup d’envoi des travaux pour la future académie de l’OMS à Lyon

Coup d’envoi des travaux pour la future académie de l’OMS à Lyon

Avec 9 Mrds €, les investissements en France sont au beau fixe en 2020, chiffre le Leem

Avec 9 Mrds €, les investissements en France sont au beau fixe en 2020, chiffre le Leem

Covid-19 : La HAS recommande finalement le vaccin d’AstraZeneca pour les plus de 65 ans

Covid-19 : La HAS recommande finalement le vaccin d’AstraZeneca pour les plus de 65 ans

Plus d'articles