Nous suivre Industrie Pharma

Le Leem pointe les difficultés rencontrées par le secteur

Raphaëlle Maruchitch

Face à un marché pharmaceutique français stagnant pour l'année 2015, le Leem alerte sur la nécessité de développer une politique d'attractivité pour les investissements en santé.

Marché pharmaceutique « très contraint », régulation économique lourde, emploi en pleine mutation... C'est un bilan 2015 bien pessimiste que le syndicat des entreprises du médicament dresse pour son secteur en France. L'édition 2016 du bilan économique a été publiée le 30 août.

Le syndicat n'hésite pas de front à pointer que « la situation économique du secteur en France interroge sur sa capacité à rester un atout industriel pour le pays ». La France fait exception : elle est la seule dans le paysage européen dont le chiffre d'affaires n'a pas été en croissance en 2015. À l'image des quatre dernières années, il a stagné - tandis que nos voisins anglais, allemands ou espagnols ont affiché des marchés respectivement en croissance de 10 %, 6 % et 16 %. Le Leem note également que là où le secteur représentait 5,4 % des parts du marché mondial en 2005, il est tombé à 3,9 % en 2014 pour ne plus représenter que 3,5 % en 2015.

En ce qui concerne les plans successifs d'économies mis en place récemment par le gouvernement, le Leem estime qu'ils « étouffent le secteur qui assume à lui seul 50 % des efforts d'économies de l'Assurance-maladie, alors qu'il ne représente que 15 % des dépenses de santé ». Il rappelle que pour l'année 2016, la contribution des entreprises du médicament s'élève à un niveau jamais atteint précédemment avec 1,66 Mrd € d'économies (dont 900 M€ de baisses de prix). Quant à la part des prélèvements sur le chiffre d'affaires taxable, elle a augmenté de 3,6 % à 6,3 % alors que le taux de croissance de ce même chiffre d'affaires a chuté de + 0,3% à - 0,6 %.

 

Refonder une vraie politique d'attractivité

 

Autant de données chiffrées qui enjoignent le Leem à déclarer qu'il y a « urgence absolue » à « refonder une vraie politique d'attractivité pour les investissements en santé ». À ce contexte s'ajoutent les prix des médicaments français, actuellement parmi les plus bas d'Europe occidentale, note le Leem. Pourtant il faut souligner que l'industrie du médicament garde une balance commerciale positive (+ 7,7 Mrds € en 2015) et qu'après la récession de 2014, les « échanges commerciaux de médicaments entre la France et les autres pays sont en hausse de +1,5 % », comparé à l'année précédente, relève le Leem. 2016 ne semble cependant pas vouloir s'inscrire dans cette continuité, car le mois d'avril juste passé enregistre une baisse de 19 %.

En ce qui concerne l'emploi enfin, le secteur compte désormais moins de 100 000 salariés. La baisse des effectifs enregistrée s'applique à l'ensemble des métiers de la pharmacie, alors même que 8 500 embauches ont été comptabilisées en 2014. Une note positive se profile ici pour le Leem, qui indique que « l'industrie du médicament est en capacité de rebondir en matière d'emploi à travers le développement de nouveaux métiers », à nuancer avec le fait que « les conditions d'attractivité doivent être réunies au préalable pour y parvenir ». Le président du Leem, Patrick Errard, a annoncé « plaider pour un objectif national de dépenses d'assurance-maladie (Ondam) « médicament » aligné sur l'Ondam général, ainsi que pour des réformes structurelles du système de santé, qui permettent à ce dernier de restituer les économies dégagées par ces innovations ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Le G5 santé tire la sonnette d’alarme

Le G5 santé tire la sonnette d’alarme

Le think thank veut s'appuyer sur une étude du BIPE pour peser sur le futur CEPS. Un zéro pointé. C’est la croissance moyenne sur 2010-2018 pour le marché intérieur du médicament,[…]

13/06/2019 |
L’OMS recommande la transparence sur le prix des médicaments

L’OMS recommande la transparence sur le prix des médicaments

Nouvelles élections au Leem

Nouvelles élections au Leem

La HAS réévaluera les Car-T cells

La HAS réévaluera les Car-T cells

Plus d'articles