Nous suivre Industrie Pharma

Le Leem dévoile ses propositions pour la révolution thérapeutique en cancérologie

Laura Hendrikx

Jeudi 7 décembre, le Leem a présenté sa plateforme de propositions visant à défendre le rôle de la France dans la recherche, l'accès et la diffusion de nouveaux traitements dans le champ de l'oncologie.

Cela ne fait aucun doute. Avec plus de 70 nouveaux traitements autorisés au cours des cinq dernières années, 1 800 molécules en cours de développement, 50 % des essais cliniques en France et 40 % des autorisations de mise sur le marché octroyées en Europe en 2016, il s'agit bel et bien d'une révolution thérapeutique dans le champ de l'onco-hématologie. Cette accélération de l'innovation pose un certain nombre de défis pour le système de santé actuel. Dans cette optique, le Leem a dévoilé le jeudi 7 décembre une plateforme de propositions.

Aux yeux des entreprises du médicament, l'enjeu est triple : favoriser l'accès au traitement, améliorer le parcours de soins et stimuler la recherche française. « Nous devons mettre intégralement à plat le circuit d'évaluation et d'accès au marché du médicament. C'est un chantier que la France doit mener pour conforter son leadership en oncologie et son écosystème de recherche et de soins, et dans lequel, nous, industriels, sommes force de proposition et de concertation », a déclaré Patrick Errard, président du Leem. Selon lui, le système actuel, bâti il y a 30 ans, n'est pas adapté à la révolution thérapeutique en cours. « Il y a eu une rupture de paradigme, mais pas de rupture systémique. » Pour Alain Livartowski, oncologue à l'Institut Curie, le délai entre la preuve d'efficacité et la diffusion du médicament est trop long. De plus, les autorisations de mise sur le marché sont demandées pour des traitements comportant de multiples autres indications possibles et les options d'associations ou séquences de traitement multiples remettent en cause les développements cliniques et l'évolution des prises en charge. Le Pr Alexander Eggermont, directeur général du Centre Gustave Roussy, souligne également le problème de confiance envers l'industrie pharmaceutique qui « ralentit le système et tue la compétitivité de la France dans ce domaine », tout en réduisant l'accès à l'innovation.

Face à ces constats, le Leem a présenté cinq objectifs pour stimuler la recherche, six objectifs pour favoriser l'accès précoce des patients aux médicaments innovants et trois objectifs pour améliorer le parcours de soins. Concernant la recherche, les recommandations portent notamment sur un raccourcissement des délais d'autorisation et de démarrage des essais cliniques.Actuellement, le délai médian de l'autorisation de l'ANSM est de 57 jours et celui des rendus d'avis des comités de protection des personnes (CPP) de 62 jours. Le délai réglementaire maximal prévu pour 2019 est, quant à lui, de 60 jours. Autre proposition : favoriser des programmes de recherche clinique sous forme de partenariat public privé. Dans le champ du cancer, 45 % des études cliniques sont réalisées par les industriels, contre 41 % en 2014. Enfin, le Leem insiste sur l'importance de pérenniser le Crédit impôt recherche afin de conserver l'attractivité fiscale française. Jean-Christophe Barland, président du comité du cancer du Leem, rappelle en effet que l'esprit de la plateforme est de renforcer la position de leadership de la France. Concernant l'accès précoce aux médicaments innovants, le Leem propose d'améliorer les mécanismes d'accès précoce (ATU et RTU) afin qu'ils puissent répondre à l'ensemble des situations et être plus facilement mis en application. Il suggère également d'optimiser la collecte des données en vie réelle : « en France, on peut remplacer les essais de phase III par les données de vraie vie », ajoute le Pr Alexander Eggermont.

Si le Leem n'a pas abordé la question du prix, il a précisé que des travaux sur ce point seraient présentés en 2018. Autre événement de taille pour l'année qui arrive : le Conseil stratégique des industries de santé (CSIS), qui se tiendra en juillet. Patrick Errard a insisté sur le rôle à jouer de l'industrie pharmaceutique. « Nous sommes co-responsables, co-acteurs, co-constructeurs. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Le gouvernement philippin a annoncé, le 1er mars, son intention d'engager des poursuites contre des responsables de Sanofi Pasteur pour « négligence grave ayant entraîné la mort » concernant le[…]

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Plus d'articles