Nous suivre Industrie Pharma

Le groupe qui valait 13 milliards

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

,

Solvay a présenté pour la première fois des résultats pro forma, consolidant l'apport de Rhodia en année pleine. Comme annoncé, le groupe belge se classe désormais parmi les 10 plus grands groupes chimiques mondiaux (hors pétrochimie) fort d'un chiffre d'affaires de 12,7 milliards d'euros en hausse de 14 %. « Nous avons fait mieux que prévu en frôlant les 13 milliards », s'est félicité Christian Jourquin, son président. Le bénéfice opérationnel, Rebitda, atteint 2,1 Mrds €, en hausse de 11 %. Certes, le résultat net est en retrait de 63 % à 784 M€, mais le groupe préfère s'attarder sur la performance de son « free cash flow » ou liquidités disponibles qui bondissent de 46 % à 656 M€. Les trois grandes divisions ont contribué à cette forte croissance. Ainsi la branche Plastiques, qui intègre notamment le PVC et les polymères fluorés de Solvay, voit son chiffre d'affaires progresser de 10 % à 3,7 Mrds €, avec un Rebitda de 590 M€ (+6 %). La branche Chimie, qui compte la soude, le peroxyde d'hydrogène et le carbonate de Solvay, enregistre également une hausse de ses ventes de 10 % à 2,8 Mrds €, pour un Rebitda de 491 M€ (+4 %). Mais la plus forte croissance est à mettre à l'actif de la division Rhodia dont les ventes bondissent de 20 % à 6,2 Mrds €, pour un Rebitda de 1,12 Mrd € en hausse de 16 %.

Pourtant le groupe a évolué en 2011 dans un environnement difficile, et certaines activités ont montré des signes de faiblesse au quatrième trimestre, en particulier le PVC en Europe qui a fait les frais de vastes mouvements de déstockage, les polymères fluorés et dans une moindre mesure les polyamides. Mais lissés sur l'année, les résultats restent bons, compte tenu des nouvelles caractéristiques du groupe : 40% du chiffre d'affaires réalisés dans les zones émergentes, un portefeuille de produits plus large et moins cyclique, des marchés finaux plus diversifiés, des biens de consommation à l'automobile en passant par le bâtiment, une R&D cumulée représentant 274 M€ d'investissements.

Le quatrième trimestre a déçu, mais le groupe entrevoit une amélioration.
 
 

En ce début d'année, Jean-Pierre Clamadieu a du mal à se livrer à l'exercice des prévisions, tant l'horizon est bouché. Si le quatrième trimestre a fortement déçu les analystes, le futur président entrevoit une amélioration. Il estime que Solvay continuera de profiter de la forte croissance en Asie et en Amérique du Sud, tandis que l'Amérique du Nord commence à montrer des signes de redressement. En revanche, une possible récession en Europe sera l'objet de toutes les attentions. « Nous allons piloter le groupe avec beaucoup de précautions, en nous focalisant sur la génération de cash flow », explique Jean-Pierre Clamadieu qui compte sur l'agilité du groupe pour faire face aux situations avec beaucoup de réactivité. Malgré les déboires du PVC, un retrait radical du domaine n'est pas à l'ordre du jour. Christian Jourquin a même rappelé qu'en Asie cette activité délivrait de bons résultats. Le retrait de Solvay de Pipelife (coentreprise avec Wienerberger) dans la fabrication de tubes en PVC n'est pour l'heure qu'une coïncidence.

Enfin, 2012 restera l'année de l'intégration. Déjà le groupe a installé son siège à Neder-over-Heembeeken, dans la banlieue de Bruxelles, et la réorganisation des fonctions supports est quasiment achevée. Reste à s'atteler aux fonctions techniques, R&D et industrielles. Jean-Pierre Clamadieu assure que le groupe est en ligne pour réaliser les 250 M€ de synergies attendues en 2014. Dès la fin 2012, il promet que le nouveau Solvay sera en marche.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Édito Covid-19] :  Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

[Édito Covid-19] : Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

Le projet est aussi ambitieux et risqué que les premiers pas sur la lune. Pourtant, Covid Moonshot a les pieds sur terre et vise à trouver des antiviraux capables de lutter contre la pandémie de Covid-19. Il faut bien se[…]

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

Plus d'articles