Nous suivre Industrie Pharma

Le gouvernement promeut l'utilisation des génériques

A.F.

Sujets relatifs :

, ,

Le ministère de la Santé veut booster l'utilisation des médicaments génériques en France. Il a publié le 24 mars un plan national de promotion des génériques, dont le pilotage a été confié à l'inspectrice générale des affaires sociales Muriel Dahan.

 Ce plan vise à augmenter en volume, dans les trois ans, la prescription de 5 points dans le répertoire. Celle-ci s'élève actuellement à 40,1 % en volume et 28,18 % en valeur. Ce qui permettrait une économie de 350 M€.

Pour remplir cet objectif, le plan a été décliné en sept axes. Les trois premiers visent à renforcer la prescription et l'utilisation des génériques à l'hôpital ainsi que dans les transitions hôpital-ville, dans les EHPAD (Établissements hospitaliers pour personnes âgées dépendantes) et en ville. Le quatrième axe consiste à mettre en oeuvre une communication, une information et une formation adaptées pour renforcer la confiance des patients et des prescripteurs. À travers le 5e axe, le gouvernement souhaite encourager les efforts et dissuader les entraves, notamment en ciblant les établissements qui prescrivent massivement hors répertoire. Il veut également développer les essais et la production de médicaments en France et favoriser le passage précoce aux génériques. Enfin, le dernier axe a trait à la politique de prix et à l'évolution du répertoire. Cette mesure a été saluée par le Gemme, qui réunit 14 industriels du médicament générique et des biosimilaires. « Ce plan nous semble complet et prend en compte l'ensemble des facteurs essentiels ; il découle manifestement d'une analyse exhaustive et cohérente des blocages rencontrés par le médicament générique », s'est réjoui Pascal Brière, président du Gemme. Avant d'ajouter : « en se rapprochant davantage des niveaux d'utilisation constatés dans d'autres pays européens, il sera possible de faire plus et de doubler les économies actuelles afin d'atteindre 4 Mrds € d'économies par an ». Mais, de leur côté, les répartiteurs pharmaceutiques ont émis plus de réserves. La Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique (CSRP) a notamment pointé la nécessité de prêter une attention particulière aux conditions de distribution des génériques. « Les répartiteurs disposent aujourd'hui d'un niveau de rémunération qui fragilise gravement leur modèle. Pour chaque boîte de médicament générique distribuée, ils perçoivent en moyenne 0,25 € », a-t-elle indiqué. « Dans ce contexte, quelle que soit la pertinence des mesures visant à augmenter la prescription dans le répertoire, elles pourraient s'avérer inopérantes si la question de la rémunération des répartiteurs restait sans réponse. À cet égard, la CSRP regrette que le plan de promotion des médicaments génériques soit incomplet », a enchéri Fausto Ferreira, le président de la CSRP.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Le gouvernement philippin a annoncé, le 1er mars, son intention d'engager des poursuites contre des responsables de Sanofi Pasteur pour « négligence grave ayant entraîné la mort » concernant le[…]

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Plus d'articles