Nous suivre Industrie Pharma

Le G5 Santé détaille ses propositions pour l'élection présidentielle

A.D.

Sujets relatifs :

, ,

« Tous les 5 ans arrive l'élection présidentielle en France. Nous nous préparons pour cette échéance », affirme Marc de Garidel, p-dg d'Ipsen et président du G5 Santé. Le groupement de huit entreprises françaises a présenté le 10 octobre, au cours de ses 5e Rencontres, un livre blanc avec 20 propositions pour 2017. L'objectif : « Concilier les meilleurs traitements dans le monde et une politique d'industrialisation forte », selon Marc de Garidel. Le président du G5 rappelle ainsi le poids de ce groupe de réflexion composé d'entreprises du médicament, du diagnostic et des dispositifs médicaux (BioMérieux, Guerbet, Ipsen, LFB, Pierre Fabre, Sanofi, Servier et Théa). Avec 57 sites industriels et 35 sites de recherche en France, les sociétés du G5 emploient plus de 47 000 personnes dans l'Hexagone et investissent 3,3 milliards d'euros en R&D.

Parmi les propositions, un premier axe concerne la « modernisation de l'accès des produits de santé au marché », indique Marc de Garidel. Le G5 milite ainsi pour la fixation d'un prix responsable du médicament avec la prise en compte des économies potentielles mais aussi la valorisation du lieu de cette innovation.

Autre pool de mesures : l'innovation. Le G5 Santé ambitionne de « faire de l'industrie pharmaceutique française le fer de lance de l'innovation », selon Christian Béchon, p-dg du LFB. Le G5 Santé plaide donc pour une simplification. Trois propositions concernent ainsi le renforcement du dialogue entre les acteurs publics et privés, le rétablissement de l'attractivité du territoire pour la recherche clinique et la poursuite de la simplification des structures et procédures de la recherche publique.

Autre cheval de bataille du G5 : « la production de produits de santé sur le territoire français ». Les huit entreprises comptent 57 sites de production en France pour 101 sites hors de l'Hexagone. Bertrand Parmentier, dg de Pierre Fabre a notamment déploré le recul de la France de la 1re place en 2007 à la 4e place en 2014 de la production pharmaceutique européenne. Des propositions sont faites pour renforcer la production en France. Notamment une mesure viserait par ailleurs à « attribuer une enveloppe de crédits CSIS, fixée à 1 % de la dépense de médicaments remboursés, aux industriels ». Cela permettrait de « donner aux industriels qui investissent en France dans les outils de production, la modernisation... une aide de 200 millions d'euros par an », détaille-t-il.

Des mesures pour soutenir l'export

Une partie des propositions porte sur le soutien à l'exportation. Parmi les mesures présentées par le G5 figure le développement « d'une politique de prix facial pour les produits de santé largement exportés depuis la France ». Olivier Laureau, président de Servier détaille l'intérêt d'une telle mesure : « La politique de prix en France sert de référence à beaucoup d'autres pays. Quand on baisse les prix en France, cela menace les exportations car le prix baisse automatiquement dans la plupart des pays. Avec un prix facial en France qui serait visible pour les autres pays, nous nous engagerions à reverser une remise "spécifique export " ».

Dernier axe du G5 : la gouvernance. Le groupe d'industriels propose qu'« une réflexion sur la gouvernance de ceux qui nous animent soit engagée », selon Jean-Luc Bélingard, p-dg de BioMérieux. Il ajoute : « l'ampleur de l'enjeu mérite que soit créée une alliance pour la santé, organe mixte industriels et puissance publique ». Cette alliance devrait être créée pour 5 ans afin de mettre en oeuvre un plan pluriannuel. Le G5 santé va maintenant porter ces propositions dans le débat présidentiel français avec une vocation : « défendre notre pays et faire comprendre à nous gouvernants que si on ne fait pas attention, nous irons investir ailleurs », conclut Marc de Garidel.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bioproduction : un panorama inédit pour identifier les points forts et les faiblesses en Europe

Bioproduction : un panorama inédit pour identifier les points forts et les faiblesses en Europe

Le Council of european bioregions (CEBR), en partenariat avec EIT Health, vient de publier un panorama de la bioproduction en Europe. Les auteurs de ce panorama nous éclairent sur les objectifs et les enseignements à tirer de cette[…]

Coup d’envoi des travaux pour la future académie de l’OMS à Lyon

Coup d’envoi des travaux pour la future académie de l’OMS à Lyon

Avec 9 Mrds €, les investissements en France sont au beau fixe en 2020, chiffre le Leem

Avec 9 Mrds €, les investissements en France sont au beau fixe en 2020, chiffre le Leem

Covid-19 : La HAS recommande finalement le vaccin d’AstraZeneca pour les plus de 65 ans

Covid-19 : La HAS recommande finalement le vaccin d’AstraZeneca pour les plus de 65 ans

Plus d'articles