Nous suivre Industrie Pharma

Le feuilleton Sanofi-Aventis/Genzyme se poursuit

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
A moins d'une semaine de la fin de l'offre de Sanofi-Aventis sur Genzyme (le 21 janvier), les deux laboratoires ont intensifié les discussions qui achoppent toujours sur le potentiel commercial d'un anticancéreux de Genzyme.

Le 12 janvier, la commission européenne a donné son aval. Le projet d'acquisition de Genzyme ne poserait donc pas de problème de concurrence en Europe. C'était, jeudi soir dernier, le dernier fait notable dans le dossier Sanofi-Aventis/Genzyme. Depuis la fin de l'été 2010, et surtout depuis l'offre hostile lancée en octobre et qui court jusqu'au 21 janvier (CPH n°524), le feuilleton ne cesse d'ajourner son épilogue. Ces derniers jours, quelques avancées ont filtré. D'abord, la société américaine de biotechnologies a reconnu qu'elle avait intensifié les discussions avec le leader pharmaceutique français. Discussions qui tourneraient autour de la possibilité de se servir du Contingent value right (CVR), système permettant d'augmenter a posteriori la plus-value des actionnaires si les performances de la société acquise dépassent des prévisions définies. Une solution déjà évoquée par Genzyme en fin d'année (CPH n°530) et qui permettrait de contourner le nœud du problème, à savoir les prévisions de ventes de l'alemtuzumab, l'anticancéreux de Genzyme qui ne devrait pas être mis sur le marché avant fin 2012. Selon Chris Viehbacher, le directeur général de Sanofi-Aventis dans un entretien aux Echos, le CVR pourrait aussi être coté en Bourse et être ainsi déterminé par le marché et non par les performances de Genzyme directement.

Le 11 janvier, Genzyme a également publié ses résultats annuels préliminaires. Le laboratoire américain a terminé l'année sur une croissance de seulement 2 % de son chiffre d'affaires total, à 4,05 Mrds $ (3 Mrds €), mais sur une hausse de 23 % au quatrième trimestre, à 1,15 milliard de dollars (864 M€) grâce à un nouveau produit, le lumizyme (alglucisidase alpha, traitement de la maladie de Pompe) et à des accroissements de production et de disponibilité de certains de ses médicaments. Une dynamique sur laquelle Genzyme compte en 2011, où il estime pouvoir atteindre les 5 Mrds $.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles