Nous suivre Industrie Pharma

La vaccination résiste aux polémiques

NICOLAS VIUDEZ

Sujets relatifs :

, ,

Selon un sondage récent, les Français font confiance à la vaccination. Un résultat dont se réjouit le Leem qui veut surfer sur cette tendance pour faire de la France une référence européenne.

Le résultat a de quoi surprendre : 83 % des Français se déclarent favorables à la vaccination, pour eux et leurs proches, et 34 % se déclarent « tout à fait » favorables. Après des mois de polémiques autour de la décision de la ministre de la Santé d'étendre la couverture vaccinale à 11 vaccins obligatoires, la confiance des Français envers la vaccination ne paraît pas entamée. Un résultat dont se félicite le Leem qui a commandé cette étude, menée par l'institut Ipsos entre le 20 et le 24 juin 2018 auprès d'un échantillon représentatif de 1086 personnes. Malgré une nuance de forme sur la méthodologie utilisée - la question différait de celle utilisée lors de précédents baromètres sur le sujet - le Leem veut s'appuyer sur cette tendance. « Nous avons pour ambition de faire de la France un pays de référence sur la vaccination en 2022 », a plaidé Serge Montéro, président du comité vaccins du Leem, lors du point presse organisé pour présenter les résultats de cette étude. Les entreprises réunies au sein de ce comité ont publié, en avril 2018, une plateforme de 15 propositions pour atteindre cet objectif. Des propositions qui s'articulent autour de trois grands axes : la recherche, la production et l'information. Sur l'aspect production, le Leem souhaite ainsi réduire au maximum les risques de pénurie avec un partage de l'information au niveau européen et mieux gérer les exportations pour limiter les risques sur l'approvisionnement. Le volet information est également primordial pour redonner confiance en la vaccination. « La décision d'étendre la couverture vaccinale a été un acte politique fort qui a contribué à réduire l'inquiétude des Français, nous devons continuer de travailler à une information claire sur les vaccins », a souligné Philippe Lamoureux, directeur général du Leem. « La prévention n'a jamais été considérée comme un élément majeur de l'enseignement médical. Il y a une culture de la médecine en France qui ne considère pas la prévention comme quelque chose de très important », a abondé le Pr. Brigitte Autran, coordinatrice du Réseau Corevac d'Aviesan, alors que les intervenants soulignaient le faible poids du budget prévention de la France, à l'échelle de l'OCDE. Un enjeu de sensibilisation crucial, alors qu'une minorité de Français (17 %) se déclarent défavorables à la vaccination, principalement en raison de doutes portant sur la composition des vaccins (avec les adjuvants en première ligne), sur leurs potentiels effets secondaires voire sur leur efficacité. « Il existe beaucoup de recherches dans le monde pour trouver d'autres adjuvants que les sels d'aluminum, mais encore aujourd'hui, ils restent les meilleurs adjuvants », a souligné Brigitte Autran. Pour mieux comprendre comment le sujet de la vaccination était abordé et discuté par le grand public, le Leem a commandé une étude sur les réseaux sociaux auprès de l'agence la NetEscouade.

 

Le rôle en clair-obscur des réseaux sociaux

L'étude, réalisée entre juin 2017 et juin 2018, a porté sur 1 million de discussions issues des principaux réseaux sociaux (Twitter, Facebook, etc.). Parmi les sujets fréquemment discutés, la composition des vaccins fait partie des thèmes récurrents. L'étude révèle que les discours anti-vaccins ciblent particulièrement les jeunes parents qui se retrouvent confrontés à des informations contradictoires qui peuvent les amener à privilégier la réflexion individuelle (« mon enfant ») à l'intérêt collectif. Le travail d'analyse révèle cependant que les anti-vaccins ne disposent pas d'une structuration forte ni de porte-paroles reconnus sur Twitter. Devant ce travail de désinformation, l'étude détaille également la contre-attaque institutionnelle avec l'utilisation des Youtubeurs comme relais d'opinion et une communauté de professionnels de santé mobilisés sur le sujet. « Les contenus francophones sur Youtube peuvent également avoir un impact en Afrique francophone avec des conséquences dramatiques », a par ailleurs souligné le Pr. Brigitte Autran, pour rappeler l'importance de la lutte contre la désinformation. La vaccination, parfois malmenée dans les conversations en ligne, fait paradoxalement l'unanimité, quand elle rime avec innovation. Vaccins contre le cancer, contre le VIH ou contre la maladie de Lyme constituent des sujets abondamment partagés par les internautes. Si l'enjeu de l'information est aussi important, c'est que les acteurs de la vaccination aimeraient à terme pouvoir se passer de l'obligation légale et enregistrer un taux satisfaisant, sans peur du gendarme, comme c'est le cas dans les pays nordiques. « L'OMS recommande des prises de paroles fortes des pouvoirs publics. Les mauvaises opinions peuvent être réversibles, si on affiche une position ferme et forte », a rappelé Brigitte Autran.

LES COUVERTURES VACCINALES INSUFFISANTES

Malgré la bonne image de la vaccination, la couverture vaccinale est encore jugée insuffisante pour certaines maladies. 6 300 cas de cancers causés par HPV ont été ainsi recensés en 2015, alors que le taux de couverture vaccinale est de seulement 21 %. 700 cancers du foie sont attribuables à l'hépatite B pour une population couverte à hauteur de 40 %. Le méningocoque a provoqué, par ailleurs, 63 décès en 2016, alors que 72,6 % des enfants de 24 mois sont vaccinés (source : Santé Publique France).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Les voeux du Leem, une piqûre de rappel

Les voeux du Leem, une piqûre de rappel

C'était un baptême du feu pour Philippe Tcheng. Le traditionnel exercice des voeux a été l'occasion pour le nouveau président du Leem de tourner la page de 2018, en rappelant les principaux chevaux de[…]

21/01/2019 | LeemÉDITO
Politique de santé : Un CSIS conforme aux attentes de l'industrie

Politique de santé : Un CSIS conforme aux attentes de l'industrie

Avec la Vallée scientifique de la Bièvre,un pôle de rang international se profile

Avec la Vallée scientifique de la Bièvre,un pôle de rang international se profile

Dix propositions pour un meilleur usage du médicament

Dix propositions pour un meilleur usage du médicament

Plus d'articles